Ekhorizon

Geekeries du Sud-Ouest : web, BDs, séries, ciné, anecdotes, réflexions et magret de canard
Bas de page

Farscape

Date : dimanche 1 juin 2008 à 0h59 • Mise à jour : mercredi 17 novembre 2010 à 13h50
Numéro : 87/553 • Auteur :

Catégorie : Farscape • Tags : , , , , , ,
Cet article est vieux de 11 ans. Certaines informations peuvent être obsolètes, et le style d'écriture est peut-être un peu jeune. Merci d'en tenir compte, n'hésitez pas à le mentionner en commentaire, et bonne lecture !

Une série étonnante à tous points de vue, mais malheureusement plus que méconnue dans l'héxagone. Venez-voir par ici à quoi ça ressemble... Bienvenu à bord de Moya !

Farscape, ou la série de science-fiction la plus extraordinaire que je connaisse. Ce n'est pas forcément ma préférée, mais c'est de loin la plus surprennante que j'aies jamais vu. Ca ne vous dit rien ? C'est sans doute normal : elle n'est jamais passé sur les chaines hertziennes et a toujours été cantonnée à d'obscures chaines reculées du cable. La légende dit qu'elle a faillit passer sur M6, mais je n'y crois pas trop : Farscape me semble trop originale pour plaire au grand public.

Mais voyons d'abord rapidement de quoi il en retourne : John Crichton est un astronaute américain. Avec l'aide d'un ami d'enfance, il a mis au point une théorie qui permettrait d'augmenter exponentiellement la vitesse d'une navette en "surfant" sur l'atmosphère de la Terre. Une expérience est donc mise au point par la NASA. John embarque donc à bord du module expérimental Farscape et l'expérience spatiale commence avec brio. Cependant, une onde électromagnétique coupe la route du Farscape et John se trouve aspiré dans un vortex. En quelques secondes, il se retrouve ni plus ni moins... qu'à l'autre bout de l'univers ! Ayant aboutit au beau milieu d'une bataille spaciale, il se retrouve attiré par l'un des deux camps : il s'agit d'un petit groupe de prisonniers en train de s'évader tandis que leurs geoliers, les Pacificateurs, tentent de les en empècher. Le vaisseau fugitif finit par s'échaper... La série raconte donc les errances de ce groupe d'anciens prisonniers auquel s'est joint Crichton. Poursuivit par les Pacificateurs, il n'a qu'un seul espoir : retourver un jour la Terre.

Outre John, l'équipage du vaisseau est composé de Zaan (une pretresse pacifique), D'argo (un guerrier au grand sens de l'honneur), Rygel (un amphibien minuscule, ancien empeureur, qui a tendance à emmettre toutes sortes de sons d'origines douteuses), Pilote (créature insectoide aux multiples bras, intégrée au sens propre au vaisseau), Aeryn (ex-pacificateur, jolie pilote et redoutable combattante) et enfin Moya, le vaisseau lui-même, qui est en réalité un animal gigantesque !

A ce joyeux groupe se joindront au fur et à mesure de la série un certain nombre d'autres protagonistes, pour des durées variables. C'est déjà le premier point fort de Farscape : bien que John Crichton soit le personnage principal, les nombreux autres personnages peuvent varier, certains mourrons, d'autre viendront s'ajouter de manière permanente à l'équipage de Moya... Les relations entre les différents personnages sont extrèmement bien travallées, ainsi que les réactions des uns et des autres. Tandis que de nombreuses série tournes autour d'humains dont la personnalité est très superficielle ou mal définie, les aliens de Farscape ont des caractères et des personnalités extrèmement bien réussies.

Je parlais d'aliens au sens propre. En effet, John est forcément le seul humain dans cette partie de l'univers. Il existe cependant de nombreuses espèces humanoides (budget oblige) mais un effort considérable à été fait pour qu'il apparaisse un nombre incalculable d'espèces. Imaginez-vous dans la Cantina de Starwars durant toute la durée de série !!! A noter la présence de "sébacéens", dont font partie les Pacificateurs, qui sont identiques aux humains d'un point de vue extérieur, mais néanmoins différents sur certains point. Si vous n'aimez pas les créatures étranges, passez votre chemin. Amateurs de races toujours plus bizarres ? Bienvenu dans Farscape !

A propos d'espèces différentes, il existe une incohérences redondante dans la SF : le fait que tout le monde parle anglais ! Ici, point de cela, mais une explication originale (comme presque tout dans cette série, vous l'aurez compris) : dans Farscape, tout le monde utilise des "germes traducteurs". Il s'agit de microbes qui colonnisent le cerveau et permettent de comprendre tous les langages. Je trouve l'idée géniale ! D'autant que ces "germes traducteurs" ont parfois des bugs ou ne peuvent pas traduire certaines expressions ou insultes...

L'histoire globale est un peu longue à se mettre en place, c'est peut-être ce qu'on peut repprocher le plus à la série. Il faut attendre la fin de la saison 1 pour que les principales pièces du puzzle soient en place. Chaque épisode est relativement indépendant, mais ils sont tous indispensables pour comprendre l'ensemble.

C'est une autre curiosité de Farscape : son univers est assez anarchique et si on découvre de nombreux nouveaux éléments à chaque épisode, il est cependant assez rare de revoir deux fois la même race, la même technologie ou la même planète. L'univers est donc infiniment riche, très cohérent, mais ne nous laisse pas le temps de se poser et d'en apprécier toute la profondeur. En revanche, contrairement au background qui manque peut-être donc d'un peu de linéarité, la série met un point d'honneur à suivre de très près les personnages, leur évolution, leurs liens, leur passé... Je pense n'avoir jamais rien vu de comparable, excepté dans la littérature (et encore).

L'histoire en elle-même est extrèmement complexe, ne vous fiez pas à mon résumé ci-dessus (celui-ci ne correspond qu'au pilote de la série). Il m'est impossible de vous en donner ne serais-ce qu'un aperçu, car les tenant et les aboutissants s'étalent du pilote au final de la série. Sachez seulement que ça ne ressemble en rien à ce que vous avez déjà vu. Dans Farscape, les méchants ont de grandes qualités et les gentils ont de gros défauts. Dans Farscape, les personnages principaux meurent bêtement ou apparaissent de nullepart. Dans Farscape, les vaisseaux peuvent tomber enceinte et les nuages peuvent penser. Dans Farscape, le héros a la clef pour rentrer chez lui mais ne s'en souviens plus ! Dans Farscape, une (bonne) partie des épisodes importants se passent... dans l'imaginaire des personnages. Dans Farscape, le héros peut se retrouver dédoublé (on en suit alors un tous les deux épisodes) !

L'histoire inter-personnages la plus interessante tout au long de la série est évidement la relation John/Aeryn. Mélange complexe de haine au début, d'oppositions constantes, et d'amour naissant. Une super histoire d'amour stellaire comme on en voit très très rarement dans la SF !

Que les amateurs de science-fiction pure et dure ne s'inquiètent pas : Farscape en explore tous les recoins possibles et inimaginables. Du voyage dans le temps au voyage instantané, des batailles spaciales aux planète inconnues, des espèces étranges aux créatures hallucinantes, des forets sauvages aux métroles poluées (un exemple : aviez-vous déjà eu ne serais-ce que l'idée d'une planète-cimetière ?!)...

Les effets spéciaux de Farscape sont très honorables, quand on sait que la série bénéficiait d'un budget très limité. Les décors sont sans cesse renouvelés, l'interrieur de Moya est saisissant. Les batailles spaciales s'en tirent à très bon compte, la "Combustion" est même innovante ! Alors, bien sûr, bon nombre de personnages portent des masques ou sont des marionnettes ; mais est-ce que ça vous a franchement gèné dans Starwars ?!

L'humour est aussi présent dans Farscape, et de plusieurs manière différentes. Le comique de situation est particulièrement bien trouvé en général, jouant souvent sur l'opposition des réactions de John (qui nous semblent normales) face à des compagnons non-humains. Les références sont très nombreuses, mais pas forcément compréhensible : j'imagine que ça dépend de notre culture. Crichton a la manie amusante de donner des surnoms à tout et à tout le monde. Cette idée sera reprise plus tard pour le personnage de Sawyer dans LOST (en moins poussé).

Le fan de Stargate que je suis ne pouvais pas ne pas préciser que Ben Browner et Claudia Black (respectivement John Crichton et Aeryn Sun) ont tous deux rejoint la franchise Stargate, quand Farscape fut arrêtée pour manque d'audience en comparaison à... Stargate, justement ! Black apparait dés l'épisode 8x12, sera présente durant le début de la saison 9 ainsi que pour toute la saison 10. Browner apparait quant à lui au début de la saison 9 et y reste jusqu'à la fin. Pour moi, il est évident qu'ils sont bien meilleurs dans Farscape, mais ils ne s'en tirent quand même pas trop mal dans Stargate.

Farscape à commencé en 1999 et s'est terminée de 2003, soit 4 saisons d'une vingtaine d'épisode. Subitement interrompue, c'est sous la pression des fans du monde entier que la série connut une fin digne de ce nom en deux téléfilm (2004). Pourquoi vous parler de tout ça maintenant, alors ? D'abord, parce que j'ai eu envie de me regarder à nouveau la série en entier. Et ensuite (et surtout), car la chaine SciFi, détentrice de la licence Farscape, a commandé très recemment 10 nouveaux épisodes qui seront diffusés sur internet ! Une première dans le genre, et une vague de liesse dans le monde des "scapers" !

Vous avez aimé cet article ? Ou pas du tout ? Laissez votre avis en un clic en le notant...
Noter cet article note 1/5note 2/5note 3/5note 4/5note 5/5 (1 notes, moyenne : 5,00/5)
Loading...

Articles similaires

24 commentaires

  1. [C’est la quatrième fois que j’essaie de poster ce commentaire, puisque les trois premières ont échoué lundi, ma connexion internet s’amusant à bugger de manière inopinée et aléatoire… Alors, svp, soyez indulgents si je prends pas le temps de relire, et si les fautes de frappes s’accumulent…]
    Tout d’abord, je n’ai pas (encore) vu Farscape : cela fait quelque temps qu’il figure sur ma liste "à explorer", mais malheureusement l’occasion ne s’est pas présentée – en tout cas, ton article ne me dissuade pas de vouloir m’y pencher…

    Alors, pourquoi ce commentaire ? Parce que je souhaite me pencher sur une idée, certes très répandue, que tu as apparemment faite tienne, juste en passant, mais qui à mon humble avis est un énorme malentendu…
    Critique très répandue, qu’on m’a sortie notamment à propos de Stargate : "tout le monde parle anglais [dans la plupart des univers SF]"… Vraiment ? Et bien, non !
    Tout d’abord, rappelons qu’un film, une série, une pièce de théâtre, ou un conte, doit, sauf à être "expérimental", être "lisible"; ce qui implique que chacun de ces formats repose sur des conventions. La question de la langue notamment est une de ces conventions : il ne faut pas confondre ce que je vais appeler la langue interne, celle que les personnages parlent réellement, et la langue externe, celle que le lecteur ou spectateur voit.
    Deux facteurs vont dans le sens de cette séparation des langues : la technique, d’abord, et le confort du destinataire, ensuite. Commençons par les aspects techniques, même s’ils sont évidents et qu’ils ne méritent pas qu’on s’attarde dessus, d’autant qu’un fan de SF pourrait opposer à ces arguments que "c’est trop facile", et que "de toute façon, au final tout est toujours une question d’argent"…
    Bien ; prenons donc un univers peuplé d’extra-terrestres, il faut une langue extra-terrestre. En sachant que Tolkien, qui était de formation professeur de littérature et spécialiste en langue morte (anglo-saxon primitif), a passé des dizaines d’années a créer de toute pièces deux langues elfiques, et quelques mots de vocabulaires d’autres langues diverses ; sachant aussi qu’un script de série TV est commandé en flux tendu aux scénaristes – pilote exclu – ce qui signifie qu’ils ont au grand maximum une dizaine de jours pour l’écrire, combien un scénariste de SF qui veut "faire vrai" en inventant des langues extra-terrestres doit-il absorber de café et de psychotropes par nuit blanche ?
    Et le scénariste ne serait pas le seul à s’arracher les cheveux : pour qu’un acteur puisse vraiment exprimer quelque chose en parlant, il faut qu’il soit capable de ponctuer ses phrases, d’appuyer certains mots, etc. – donc, qu’il comprenne ce qu’il doit dire – qu’il apprenne la langue ET, au moins phonétiquement…
    L’aspect "confort", maintenant : y a-t-il des amateurs de films en VOST ici ? Oui, j’en vois plein qui lèvent le doigt ! Mais on parle de la VO américaine, je suppose… Combien d’amateurs de VO en coréen, ou en lapon du sud ? Beaucoup moins… De fait, c’est TRES pénible pour le spectateur lambda de suivre un sous-titrage, ses yeux sont coincés en bas de l’écran, et il ne peut plus mater à loisir la poitrine abondante de la méchante extra-terrestre sexy (ou le torse musclé du héros seul survivant d’un autre monde, choisissez selon vos goûts…).
    Y a aussi l’option : on traduit pas, ni les héros ni les spectateurs ne comprennent – ça marche dans certaines situations, mais ça devient vite complexe à gérer…
    Alors, du coup, on fait appel à une convention entre conepteurs et public : on utilise l’anglais, même s’il n’est pas ce que les personnages emploient. Dans un livre, on peut indiquer que ce n’est pas de l’anglais par la typo (italique, autre police, etc. – j’ai en tête l’exemple de certains romans de la licence Star Wars dans lesquels on a des Wookies, seuls entre eux sur la planète Wookie, et qui donc parlent en wookie : c’est écrit en anglais, mais chaque réplique est encadrée par <>). Dans un film, c’est impossible, alors tant pis, on ne fera pas la différence entre ce que les héros américains disent en anglais, et ce qu’ils disent dans une autre langue – par contre, aucun doute, on sera plongé dans l’action !

    Je termine par répliquer à ceux qui mettent Stargate SG-1 au rang de ces "séries ou tout le monde parle anglais" – notamment dans les premières saisons, quand le SGC est tout neuf, et qu’il y a plein de planètes inconnues à explorer. Et bien, non, lorsqu’ils sont "offworld", nos héros ne rencontrent pas de ET miraculeusement anglophones, mais parviennent à parler à peu près tout le monde, car les planètesz qu’ils explorent sont en général d’anciens territoires Goa’uld, et que même s’ils sont parfois partis de puis longtemps, leur domination culturelle a été telle, que la langue actuelle parlée est toujours un créole plus ou moins modifié du goa’uld…
    Certains froncent les sourcils, je le sens… "Daniel est le seul à parler Goa – enfin, ptet Teal’C aussi, mais lui de toute façon il parle peu…" FAUX ! Daniel est le seul à LIRE et ECRIRE le Goa’uld ! Mais tous le parlent ! J’en veux pour preuve le film : lors de la première expédition sur Abydos, Daniel et O’Neill apprenent à communiquer avec les extra-terrestres en même temps, et même si Daniel est aidé par sa connaissance de l’égyptien, il a quand même bien du mal au début…
    OK, mais y a des mondes non-goauld… En effet, mais lorsque c’est le cas, ce sont en général des espèces plus évoluées, comme les Asgards ou les Noxs, et dans ces cas, la série le montre explicitement, ce sont les "plus avancés" qui apprenent une langue commune – l’anglais, par exemple…

    Alors, mettons fin à ce mal-entendu une fois pour toute : les explorateurs des séries SF ne parlent pas plus anglais que James Bond ne parle japonais lorsqu’on va voir le film dans une salle de Tokyo… Il y a dOUBLAGE, pour le confort du spectateur !!!
    (Notons, puisqu’on parle de James Bond qui n’est pas un héros SF, que ce phnéomène est loin d’être limité à la SF : mis à part La Passion du Christ qui a été tourné en "araméen reconstitué", je ne connais aucun peplum ou film historique qui soit tourné dans la langue du lieu ou de l’époque – on exclut Les Visiteurs, parce que là c’était pour rechercher un effet comique, pas un effet réaliste…)

  2. Personnellement, j’adore les sous-titre et préfèrerait toujours la VO, même si c’est une langue que je ne comprend pas.

    Quand à ton argument pour le goauld, il me semble un peu risqué, car sinon ce sont des virtuoses en langues qui ont appris à parler courament une langue en si peu de temps ? chapeau !

    Non, je persiste à dire que ce n’est pas logique, mais là où je suis d’accord avec toi, c’est que c’est pratique.

  3. @ Lyr :

    Je suis assez d’accord avec toi (tu m’as devancé, j’ai écrit mon commentaire en même temps que j’écrivais le miens).

    Je te conseille de ne pas lire ce que je met pour Dark Para (ci-dessous) car il y a des infos sur Stargate qu’il ne vaut mieux pas que tu connaisses… ^_^

    @Dark Para :

    Compte tenu de l’heure à laquelle tu as laissé ce commentaire, je veux bien croire que tu n’ais plus la force de relire ! ^_^

    Je suis entièrement d’accord avec toi : d’un point de vue technique, il est clairement impossible d’inventer différentes langues dans une série de SF ! Surtout dans Fascape, où de nouvelles races apparaissent quasiment à chaque épisode.

    Je suis aussi d’accord avec toi sur le fait que si les acteurs ne parlaient pas en anglais, ça serait très fastidieux pour le téléspectateur ! Ca semble évident !

    Mais là n’est pas vraiment le problème. Le soucis est au niveau de la cohérence : comment est-il possible que des personnages de langues forcément différentes (d’autant plus évidents entre aliens) puissent se comprendre ENTRE EUX. Que le téléspectateur les comprenne, je trouve ça normal. Mais qu’ils se comprennent entre eux sans explication, c’est de l’incohérence !

    Pour ton explication sur Stargate, ça se tient, mais il n’est dit nulle part que Jack, Sam ou Cameron ont appris à parler le goa’uld ! Par ailleurs, tous les humains de la galaxie n’ont pas été déportés par les Goa’uld, certains ont été (re)créés par les Anciens ! Et d’ailleurs, que fais-tu des humains de Pégase ? Cela voudrait dire que toute l’expédition Atlantis parle l’Ancien aussi ? Cela dit, j’ai une autre explication semi-parodique : dans SG1, tout le monde parle anglais, car SG1 a appris à le parler aux esclaves egyptiens à l’époque des déportations, il y a 5000 ans, comme vu à la fin de la saison 8 (et en plus, c’est dit clairement) ! =D

    Pour reprendre ta conclusion, ce qui me géne, ce n’est pas que le téléspectateur comprenne les personnages ; c’est que des personnages de langues différentes se comprennent entre eux !!! Or, pour cela, Farscape a eu le coup de génie de donner une explication originale et cohérente ! Ce n’était pourtant pas extrèmement compliqué. Dommage que ce genre d’explication (qui tient en 10s et qui enlève une énorme incohérence) ne soit pas plus répandu dans la SF…

  4. (tu m’as devancé, j’ai écrit mon commentaire en même temps que j’écrivais le miens).

    Ca, j’aurais pas dit mieux XD J’ai fait pareil je crois, et je le fais souvent !

    Sinon, pourquoi est-ce que les commentaires sont coupés désormais dans le flux rss ? c’est assez gênant je trouve ! Tu peux pas remettre l’intégrale des commentaire dans le flux ,

  5. Oups !

    Evidemment, je voulais dire "tu m’as devancé, j’ai écrit mon commentaire en même temps que tu écrivais le tiens" ! :-S

    Pour les RSS, j’ai effectivement paramétré pour qu’ils soient tronqués : ça oblige à venir sur le site. Je trouve ça mieux : mon blog ne se résume pas qu’à un flux RSS. ^_^ De cette manière, le flux RSS tient au courant des nouveautés, mais il faut venir sur le site pour lire les articles/commentaires au complet. Et en même temps, ça me permet de voir réellement le nombre de lecture des articles. Non ? Tu n’es pas d’accord ?

  6. Je trouve ça vraiment pas pratique d’avoir à aller sur le site alors que j’ai un lecteur de flux RSS, et assez frustrant d’être coupé au milieu de la lecture d’un commentaire.

    Pour moi, l’important dans ton blog est le contenu, et si je peux l’avoir par le flux, ça me convient très bien ^_^

    Ceci, je peux comprendre que tu veuille qu’on passe par le site, mais bon, je trouve que ça fait un peu contrainte et forcing ^_^ (surtout qu’on est obligé de passer par le site pour répondre de toute façon).

    Après c’est ton choix, mais s’il te plait, peux tu faire en sorte que le lien du flux RSS envoie au moins sur la page de l’article avec les commentaires dépliés, et idéalement au niveau des derniers commentaires.
    Sinon c’est très chiant d’avoir à faire 50 clics pour lire un commentaire (clic sur le flux RSS dans le lecteur, clic sur le commentaire, clic sur le lien pour arriver sur ton site, répérage de l’article en question, clic sur l’article, clic sur le lien pour voir les commentaires et scroll long de souris pour descendre en bas, tout ça pour pouvoir enfin lire le commentaire… je trouve ça un peu lourd pour juste lire un commentaire ^_^)

    Donc en résumé : je préfererais les commentaires complets par RSS, mais je comprend ta position, alors faisons un compromis ^_^
    Je viens lire sur ton site, mais tu me facilite le travail, ok ?

  7. Bon… A défaut de savoir manipuler les RSS, je vais le remettre en entier… :-S

  8. Effectivement, je dis pas que toutes les séries de SF offrent une explication satisfaisante pour justifier d’une "langue de communication" à grande échelle…

    Mais pour Stargate, je tiens mais positions ! Pourquoi dites-vous "en si peu de temps" ? Il y a plus d’un an entre la première expédition stargate (celle du film) et la réouverture du SGC dans la série. Les premières équipes sont toutes constituées de vieux de la vieille, datant de l’ancien projet : O’Neill et Jackson qui faisaient partie de la première équipe, et Carter qui était à la zone 51 et qui a planché sur la porte dès sa (re)découverte. Alors, oui, ils ont largement eu le temps d’apprendre le Goa’uld ! Et quant aux autres membres, ben, on obtient pas l’accrédition secret défense sur un tel projet sans appartenir à l’élite de l’armée, et sans avoir une formation spécifique… Un épisode de je ne sais plus quelle saison où Carter aide à discipliner une élève douée de l’Air Force prouve d’ailleurs que le SGC prospecte pas seulement parmi les vétérans type O’Neill, mais dès l’Académie militaire !
    La seule personne qui a du vraiment s’adapter en temps record est le Dr Weir à la fin de la saison 7, mais on sait qu’elle est très douée en langue.
    Et pour Pégase, bien sûr qu’ils parlent tous les bases du Lantien – preuve en est, ils utilisent les ordinateurs d’Atlantis sans interface ! Re-regardez les écrans, enfin ! L’interface graphique ancienne, moi, perso, je la comprend pas, avec ces données qui défilent en colonne, un peu à la Matrix… Eux, si !

  9. @ Lyr & Liz : encore une fois, ne lisez pas ci-dessous. 😉

    @ Dark Para : Hum… Disons que globalement, ça se tiendrait. Mais la série ne va pas en ce sens : O’neill demande régulièrement à Daniel ce que signifie telle ou telle chose en goa’uld. On commence à visiter des planètes peuplés d’humains étrangers au goa’uld à partir de la saison 2. Or Daniel sait à peine parler Ancien : peu de chance, donc, que les autres le parlent courament à ce moment là.

    Et puis, de manière plus globale : en 5000 ans, c’est impossible que les langues n’aient pas changé sur les planètes que nous visitons, d’autant plus lorsqu’elles ont été abandonnées par les goa’uld depuis des millénaires…

    C’est d’autant plus vrai pour les planètes de Pégase, que les Anciens ont quitté il y a 10 000 ans !

  10. @Dark Para.
    C’est pas mal ta théorie, mais apprendre à parler courament une langue étrangère en un an… C’est faisaible, je dis pas, mais si tu ne fais que ça, immergé parmi des gens qui ne parlent que ça et que tu es doué. Ca ne semble pas le cas de SG1. Ca m’étonnerais qu’ils aient passé une année complète à potasser le goa’uld.

    Quand au coup des germes traductuers, ça sent l’idée pompé de H2G2, qui avait lui des "poisson de babel" à glisser dans les oreilles ^_^ Donc, pas si original que ça !

  11. Ah ? Je ne connaissais pas le "poisson de babel".

    Comme quoi, ça fait une autre explication potable pour une comprehenssion globale inter-races dans la SF !

  12. ouais enfin bon, H2G2, c’est presque plus de l’absurde que de la SF… Parceque sérieusement, un poisson qu’il faut glisser dans l’oreille pour avoir la traduction instantannées des autres langues… ça fait un peu bizarre comme idée, non ?

    Ceci dit, je ne vois pas comment des microbes peuvent aider à comprendre une autre langue, mais bon … c’est de la SF…

  13. Bah ! L’idée, c’est avant tout la cohérence ! Pour la rationalité, il ne vaut mieux pas tabler sur la SF ! 🙂

  14. ah bah si, justement, la SF, c’est pas forcement de l’irréaliste !

    Si tu lis les romans d’Asimov, c’est de la SF, mais c’est tout à fait plausible et rationnel ^_^

    H2G2, c’est à part, hein ^_^ (mais très bon aussi !)

  15. Grosse déception : les 10 webisodes annoncés seraient en fait d’une durée de… 3mn chacun !

    Douche froide… 🙁

  16. [ou comment réveiller un tttrès vieil article]

    Bon, et bien puisque j’ai eu pas mal de temps pendant ces vacances, et que je me souvenais de cet article très enthousiaste, j’ai décidé de me mettre à Farscape !

    Pour l’instant je n’en suis qu’en milieu de saison 2, et je dois dire qu’effectivement la série est de qualité – même si, contrairement à Ekho, je ne ferai pas de l’originalité sa qualité première !

    En effet, même s’il y a de très bonnes choses, pour l’instant (saison 2) on reste assez strictement enfermé dans des schémas scénaristiques de… jeu de rôle !

    1/ Une équipe, dont les membres se sont rencontrés plus ou moins fortuitement, mais qui restent soudés dans une quête commune (même si leurs intérêts divergent en majeure partie, comme d’ailleurs la série le souligne en certains épisodes)

    2/ …membres qui correspondent parfaitement aux archétypes de personnages de RPG : un héros aventurier (Crichton), un soldat (Aeryn), un clerc guérisseur (Sotha Zaan), un barbare (D’Argo), un nain cupide (Rygel) et un gredin (Chiana)

    3/…archétypes d’ailleurs pas seulement individuels, mais raciaux : tous les Delviens rencontrés sont prêtres, tous les Cébacéens rencontrés sont militaires (même si Gilina par exemple n’est pas directement combattante)

    4/ Les personnages ne progressent pas linéairement, mais par à-coups, par niveaux : Sotha Zaan par exemple.

    5/ D’ailleurs, le méchant est remplacé par un "plus méchant" lorsque les l’équipe a atteint le niveau du premier méchant…

    6/ Et bien sûr, il y a un peu de magie dans cet univers, incarnée par le personnage de Maldis…

    On pourrait chercher encore plus de similitudes tordues, par exemple un code couleur un peu MTG (Zaan en bleu, D’Argo en rouge, Scorpius en noir, Pilot et Moya dans des tons d’artefact ancien design…), mais là ce serait vraiment aller trop loin n’est-ce pas ?

    Bref, une série sympathique, mais j’attends des intrigues un peu plus tordues pour les saisons que j’ai pas encore vues…

  17. Au contraire !! Ca fait plaisir de revoir de vieux articles ! Surtout un comme ça !

    J’avoue que je ne pouvais pas faire la comparaison avec un jeu de rêle, n’ayant moi-même jamais fait de jeux de rôle. 🙂

    1/ C’est pas faux. Mais bon, encore une fois, ils sont maintenus ensembles par la nécessité plus que par l’objectif commun.

    2/ Globalement oui. Mais ils évoluent au fur et à mesure… On en reparle à la fi de la saison 4 ! 😉

    3/ Là, je ne suis pas d’accord. Les seuls Delviens rencontrés sont une mission religieuse, donc forcément ils sont tous prêtres. De même, les seuls cébacéens rencontrés sont Pacificateurs, donc tous soldats aussi. Mais ça, ça va changer avec les saisons à venir. D’ailleurs, dans l’épisode du généticien fou, Aeryn parle de colonies cébacéennes pacifiques…

    4/ Ca n’est valable que pour Zaan à mon avis.

    5/ Lol ! Ca aussi c’est bien vu. Mais pareil, on en reparle courant de la saison 4… 🙂

    6/ Dans farscape, il y a me plus qu’un peu de magie : Maldis, Zaan, et c’est vraiment pas fini. La magie fait partie intégrante de Farscape…

    Ton association de Farscape avec les couleurs de Magic est aussi très bien vu ! Chapeau bas !

    Pour ce qui est de la suite des intrigues, je n’ai pas la moindre inquiétude ! Essaye de me poster ici tes ilpressions au fur et à mesure…

  18. Est-ce que tu avais fini Farscape, finalement, Dark Para ?

  19. Oulah, déjà presque un an, que ça va vite !

    De fait, j’ai fait une énoooorme pause après la disparition de Zhaan (pas seulement pour ça, hein, surtout parce que j’avais plus le temps, et que ça me semblait un bon point de pause), mais ensuite, oui, j’ai tout fini la série…

    Dans l’ensemble, j’ai pas mal apprécié jusqu’à la moitié de la saison 4 (Scorpii obligé de coopérer avec les « gentils », ça vaut le coup), par contre, j’ai trouvé une grosse baisse passé l’arc du retour sur terre… Les motivations des persos sont moins claires, on y croit plus vraiment, notamment avec le mariage toujours interrompu et reporté (c’est marrant la première fois, mais bon après…), et puis Harvey qui réapparait alors qu’il était censé avoir disparu – pour la deuxième fois, on sent que les scénaristes s’essouflent…
    Bref, aucun regret que la série ce soit arrêtée, c’était une belle aventure, mais toutes les aventures ont une fin !

  20. L’arc sur la terre est simplement énorme ! Tous les « scapers » l’avaient imaginé, mais je n’aurais jamais pensé qu’ils le feraient réellement.

    Arrête-moi si je me trompe, mais l’arc de la fin de la saison 4, c’est celui sur les scarrans, c’est bien ça ? Moi, j’avais bien aimé. Ca prouvait que farscape pouvait bien se renouveller.

    Sinon, il y a quand même quelques arcs qui auraient encore pu être renouvelés : le projet des nébaris, le lien entre la Terre et la race de Jool, par exemples…

  21. Moi ça m’a fait sourire le coup de zhaan qui gagne un niveau, je pense que c’est une référence au jeu de rôle tout à fait voulue.

    Sinon ben j’suis bien d’accord avec tout ce que tu dis dans ton article. Mais tu vois je me suis arrêtée au début de la saison 2, tout simplement parce que les personnages sont trop torturés à mon goût (même zhaan qui paraissait si gentille !) et que c’est un monde trop noir, trop angoissant et déprimant… On se croirait presque dans du K Dick ! Mais c’est sûr que c’est un univers décapant, vraiment une série à part.

    Côté langue, j’aime bien en effet les quelques dialogues de sourds que ça entraine, ils se sont pas mal débrouillé. Après autant dire qu’à mes yeux, la langue est une sacré barrière entre deux peuples, une barrière presque infranchissable, et autant dire que si les auteurs cherchent vraiment à dépasser ce problème… en livre, ça prendrait un livre rien que pour ça. Alors en film ou en série, ils ont pas le temps… mais parfois quand même ils explorent ça et c’est agréable, par ex « enemy mine », vieux film de SF célèbre, avec un terrien et un ET qui doivent survivre ensemble, eh bien ils mettent très longtemps avant de se comprendre, des années ! Mais on peut pas tout voir à cause du format. Ce qui fait que dans la version série tv de ce thème, un épisode de star trek Enterprise, va lui faire croire qu’en une journée ils arrivent à comprendre assez de mots pour communiquer.

    Ah, ça me fait penser, un épisode vraiment génial à voir pour la problématique des langues, c’est « darmok » de star trek the next generation. Ils ont inventés un tout autre système de communication, qui laisse le traducteur univers en plan. Picard passe tout l’épisode a essayer de comprendre 3 phrases ! C’est génial.

  22. Sinon ben j’suis bien d’accord avec tout ce que tu dis dans ton article. Mais tu vois je me suis arrêtée au début de la saison 2, tout simplement parce que les personnages sont trop torturés à mon goût (même zhaan qui paraissait si gentille !) et que c’est un monde trop noir, trop angoissant et déprimant… On se croirait presque dans du K Dick ! Mais c’est sûr que c’est un univers décapant, vraiment une série à part.

    C’est vrai. Mais outre un monde noir, Farscape arrive à y allier un dimension assez délirante (au figuré) qui la rend vraiment unique. Un bijou, d’après moi. Je ne désespère pas de la trouver un jour en coffret DVD VF.

  23. Bonsoir, je répond un peu tard (28012019). Je connais également cette série depuis un long moment et il est clair que par rapport à toutes les autres du même genre (science fiction) c\’est de loin la plus surprenante et avant-gardiste jamais vue. Je l\’ai vu il y a bien des années sur syfy ou série club (18 ans environ). Dès que j\’ai pu je me suis achetée les DVD. Très cher, car exclusivité. Cette série m\’a fait rêver et m\’a gonflé le moral. les scénarii sont super et le côté délirant, qu\’il peut y avoir de temps à autre, fait du bien. Elle est très bien construite : aventure, amitié, amour, humour, délire et histoires palpitantes. C\’est innovant mais cela garde toujours ce côté héro chevaleresque et un peu fou ! Un vrai bijou ! Un délice !

  24. Bonjour Emma ! Et bienvenue par ici.

    En effet, Fascape reste un bijou pour moi aussi, même si je pense qu’elle reste cantonnée à un public de niche : ceux qui l’ont découverte au début de années 2000…

    Pour a part, je l’avais revue il n’y a pas si longtemps : voir cet article ainsi que celui-là. Et c’était avec toujours autant de plaisir ! 🙂

Laisser un Commentaire

XHTML et ShortCode : Vous pouvez utiliser <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> [card]

Suivez les commentaires par le flux RSS dédié à cet article.