Ekhorizon

Geekeries du Sud-Ouest : web, BDs, séries, ciné, anecdotes, réflexions et magret de canard
Bas de page

Réseaux dit "sociaux"

Date : lundi 30 mars 2009 à 13h27 • Mise à jour : dimanche 5 juin 2011 à 16h19
Numéro : 201/551 • Auteur : • Lien court : http://ekh.io/3a

Catégorie : Informatique • Tags : , , ,
Cet article est vieux de 8 années. Certaines informations peuvent être obsolètes, et le style d'écriture est peut-être un peu jeune. Merci d'en tenir compte, n'hésitez pas à le mentionner en commentaire, et bonne lecture !

Cela faisait longtemps que je voulais faire un article sur Facebook, et les réseaux "sociaux" en général. Voilà qui est fait : plongeon dans cet univers virtuel assez intrigant.

Une fois n'est pas coutume, l'article d'aujourd'hui va traiter des réseaux dit "sociaux". Tout d'abord, j'utilise ce terme avec des guillemets, car pour ma part, ce type de réseaux informatiques va plutôt à l'encontre du social... En effet, des relations dont les seuls vecteurs sont des touches de claviers, des pixels d'écrans, des kilomètres de câbles et des flots d'ondes en tout genre ne valent pas des relations basées sur un véritable dialogue, une poignée de main ou un regard complice.

Passons sur mon envolée lyrique ci-dessus et revenons à nos moutons. Le principe d'un réseau social est de mettre en relation des personnes du monde entier. Chaque personne dispose d'un "profil", sorte de page personnelle plus ou moins modifiable qui contiendra des informations, mais aussi des photos, des vidéos, etc... Chaque profil est relié à d'autres profils sur instruction de son propriétaire ; ce lien entre deux pages internet est malheureusement souvent appelé "ami(tié)". C'est ainsi que se crée un réseau social : des millions de profils, reliés par des dizaines de millions de liens.

A quoi cela sert-il concrètement ?! C'est là toute la beauté de la chose : concrètement, à rien ! En pratique, on peut échanger avec ses "amis" des liens, des textes, des images, des jeux et des vidéos. Mais en réalité, quand on y réfléchis, c'est le principe même d'Internet ! Un réseau social apporte juste un plus avec ce système de profils et de liens entre eux. Si on y réfléchit bien, un réseau social, c'est simplement un filtre pour utiliser internet ; un peu comme si vous utilisiez des gants pour faire de la cuisine : ça a quelques petits avantages (inutile de se laver les mains ensuite) mais ça enlève énormément de possibilités.

Pour ceux qui ne voient toujours pas de quoi il peut s'agir, voici quelques noms : Facebook, Myspace, Copains d'avant, Skyblogs, Hi5...

D'après ce que j'ai pu en voir, il y a globalement 3 profils d'utilisateurs de ces réseaux sociaux :

  • L'utilisateur très ponctuel : c'est celui qui s'est inscrit un jour, mais qui se demande encore pourquoi. Il y vient de temps en temps, sans doute motivé à un Nième mail automatique reçu, lui indiquant une fantastique nouveauté (du type "Machine a changé de verni à ongle"). ( Je dirais qu'il s'agit d'environ 15% des utilisateurs de réseaux sociaux. )
  • L'utilisateur opportuniste : il voit le réseau social comme un moyen, et non comme une finalité. Autrement dit, il utilise ce système de profils et de liens entre eux pour obtenir (ou arriver à) quelque chose. Il peut s'agir de promotions, de rencontres, de publicités, de recherches, etc... ( Environ 20% des utilisateurs. )
  • L'utilisateur dépendant : il voit le réseau social comme une finalité. Le principe est d'être dedans, d'échanger avec tous ses "amis", et de donner un maximum d'informations personnelles (généralement passionnantes) ; parfois, le but est aussi d'avoir plus d'"amis" que ses "amis". ( Environ 65% des utilisateurs. )

En ce qui me concerne, je ne suis inscrit que sur un seul réseau social (Facebook) et je me considère dans le deuxième groupe d'utilisateur, après avoir fait parti du premier pendant un temps. Je l'utilise dans deux buts. Dans un premier temps, il me sert à faire la pub de mon blog auprès de mes "amis", puisque j'y met son adresse dans le statut qui s'affiche à droite de mon prénom. Et cela semble fonctionner : même s'il y a rarement des commentaires provenant de personnes venues de Facebook, j'ai tout de même régulièrement des échos de mon blog (hu hu !). Dans un second temps, je l'utilise pour retrouver des personnes qui étaient avec moi dans les petites classes (primaire et collège) et que j'ai forcément perdu de vue, puisque j'ai régulièrement déménagé dans mon enfance. Et là aussi, ça fonctionne bien : j'ai dû en retrouver une quinzaine, et ça fait toujours plaisir de savoir ce qu'ils sont devenus (de technicien EDF à instit' en passant par... rappeur professionnel !!). Pas d'amitié "virtuelle" pour moi, ni d'infos personnelles à la pelle ! En réalité, le lien vers mon profil Facebook ci-dessus est plus là pour décorer qu'autre chose, puisque vous en apprendrez infiniment plus sur mon blog que sur mon profil Facebook...

Je souhaiterais maintenant vous faire partager deux cartes en rapports avec les réseaux sociaux, qui sont assez amusantes à étudier...

La première est une carte du monde, avec la répartition des réseaux sociaux en fonction des pays :

carte_reseaux_sociaux

La première chose qui m'a surprise, c'est de constater qu'en France, c'est Skyblog qui domine ! Doublement, d'ailleurs ! Car primo, j'aurais vraiment parié sur Facebook. Et segundo, j'étais persuadé que Skyblog existait bien au delà des limites de l'héxagone !

Étrangement, ce n'est pas non plus Facebook qui domine aux USA, mais Myspace. J'en connais assez peu sur ce dernier, mais je crois savoir qu'il s'agissait au départ d'un réseau destiné aux musiciens amateurs, avant qu'il ne soit largement reprit par tous genres d'utilisateurs. D'ailleurs, il semble largement utilisé ailleurs, comme en Australie, dans les pays nordique, ainsi que dans la patrie de Sentinel (peut-être pourra-t-il nous en dire plus)...

Certains réseaux ne me disent absolument rien, comme Orkut, Bebo ou Livejournal. Concernant "Blogger", je crois savoir que c'est le réseau social made in Google. Pour ce qui est de Hi5, il me semble que c'est un réseau social assez ancien, et plutôt répandu en Afrique. En effet, j'avais de nombreux collègues de classe africains à la fac, et ils étaient un certain nombre à utiliser Hi5, bien avant l'explosion (ou l'importation en France) de Facebook et Myspace.

Voyons maintenant la seconde carte, nettement plus humoristique :

Rien que le principe est marrant, et c'est cette image qui m'a donné envie d'écrire cet article à l'origine. Il est aussi notable qu'il ne s'agit pas uniquement de réseaux sociaux, mais de communautés informatiques de manière plus large.

On y retrouve la suprématie de Myspace, que je ne connais pas plus depuis le paragraphe précédent. J'aime beaucoup le "Nord gelé", dans lequel on trouve les tentatives de communautés "commerciales" qui ont plus ou moins réussies.

Notez la zone des "réseaux sociaux purs", dont fait partie Facebook sur la gauche. Je suis aussi fan de la constellation "wiki" et de l'archipel des blogs (imaginatif et plutôt bien représentatif). Très drôle aussi la mer de la culture et l'océan de la sous-culture (à savoir peoples, real-TV, starlettes en tous genres et évènements d'importance contestable). L'île de "Second Life", les bancs du Peer-to-peer, les chat-room d'AOL et le continent de "World of Warcraft" n'ont pas été oubliés non plus...

Et pour finir, je voulais vous montrer une image que je trouve assez inquiétante, et qui devrait vous dissuader de mettre plus d'infos que le strict nécessaire sur Facebook (& Co). Celle-ci est réalisée à l'aide d'une application dans Facebook appellée "TouchGraph". Il n'y a rien à faire, à part la lancer, et voici l'image qu'elle ressort :

Il s'agit donc d'un graphe, avec moi au centre, et tous mes "amis" en périphérie. Ce que je trouve très impressionnant, c'est le code couleur : en effet, l'application en question arrive à reconstituer d'elle-même mes différents groupes d'amis sans que je ne lui ait rien indiqué ! On distingue donc :

  • En violet : mes amis de début de fac,
  • En orange : le groupe des parisiens,
  • En vert clair : les copains du collège,
  • En bleu : les anciens de ma promo,
  • En vert foncé : les cousins du coté de ma mère,
  • En rose : mes frangins et leurs amis (réels),
  • En saumon : les amis de l'époque lycée,
  • En jaune : les connaissances du lycée.

Le principe est relativement simple : l'application regroupe simplement les "amis" par "liens d'amitiés". Mais perso, je trouve ça assez impressionnant, qu'un simple programme puisse faire ça. Maintenant, imaginez que quelqu'un de mal intentionné disposant des connaissances nécessaires s'intéresse à vous sur Facebook... Vous imaginez le nombre d'informations disponibles, si vous y entrez régulièrement des nouvelles de vous ?!?

Vous avez aimé cet article ? Ou pas du tout ? Laissez votre avis en un clic, en étant le premier à le noter...
Noter cet article : note 1/5note 2/5note 3/5note 4/5note 5/5
Loading...

Articles similaires

2 commentaire(s)
8 commentaire(s)
10 commentaire(s)
15 commentaire(s)

12 commentaires

  1. Effectivement les informations que d’aucuns laissent sur le web peuvent être très dangereuses, raison pour laquelle je contrôle régulièrement ce qui est dit de moi sur Internet (via une recherche de mes noms et prénoms sur les principaux moteurs de recherche.

    Pour Facebook je me situerai aussi dans le groupe du milieu déviant sur le 3ème. J’ai rejoint FB au départ pour avoir des nouvelles régulières d’une amie pourtant proche géographiquement et amicalement. Depuis j’y accumule des "amis" que je ne vois jamais, avec qui je ne parle jamais, mais c’est toujours des connaissances qui pourront me servir un jour (ou pas).

    Niveau sécurité, bien que je fasse attention aux informations que je divulgue, je ne m’inquiète pas trop des attaques possibles. Sauf failles, Facebook limite l’accès aux informations pour les développeurs à N+1, c’est à dire que tu ne pourras jamais voir une information si elle ne concerne pas toi directement ou un de tes amis.

  2. Moi, je suis une geekette, je n’ai pas de vie sociale, et j’assume : donc pas de réseau prétendument social, pas de Facebook ni mySpace plein de machins en flash pabô.

    Plus sérieusement, je n’ai jamais trop compris l’intérêt de ce genre de choses. Mes amis, j’aime mieux les voir en vrai dans la vraie vie, ou sinon, il y a la messagerie instantanée qui me paraît nettement plus adaptée pour discuter, à défaut de se voir physiquement.

    D’autre part, de manière générale, je n’aime pas trop (en fait, je n’aime pas du tout) ces énormes sites qui prétendent tout centraliser. Cela me semble passablement malsain. Le "principe même d’Internet", pour reprendre ton expression, cela devrait être un réseau décentralisé au contraire.

  3. @ Fufu :

    Tu parles de Caro, non ?

    Concernant la sécurité, ça dépend aussi des paramètres que tu as entré dans les options idoines de FB. Pour certains profils, je peux avoir accès à toutes les infos sans pour autant être "ami".

    @ Eldermê :

    Je suis assez d’accord avec toi. Cela dit, pour les deux raisons que j’évoquais, ça a quand même son utilité.

  4. Il y a déjà eu un procès pour violation de la vie privée sur Facebook : un journaliste avait fait un papier sur un architecte, sans jamais le rencontrer. Il avait récupéré toutes les informations sur Facebook. Si je me souviens bien, les juges ont rejeté la plainte de l’architecte, puisqu’il avait lui-même mis ces informations en ligne.

    Personnellement, je suis plutôt d’accord avec Eldermê. Pourquoi créer des liens avec des "amis" qui n’en sont pas vraiment et qu’on ne verra jamais ?
    De plus, il n’y a pas beaucoup de connaissances perdues de vue que j’aimerais retrouver.

  5. non, caro est clairement dans la 3ème catégorie.

    Perso je fais partie de la 1ère catégorie.

    Dans ta dernière image, c’est marrant, elle identifie même tes frère thomas et sammuel comme étant le centre du groupe rose. Pas mal ^_^

    Par contre, même si ça ne m’intéresse pas , facebook ne me gêne pas non plus. C’est une notion que je répette tout le temps : si quelqu’un a du temps à perdre à essayer de glaner des informations sur ma vie trépidante et passionnante (pour autrui je veux dire, elle me plait parfaitement à moi), le pauvre aura bien mérité ces infos pour son labeur. Non mais sérieux, qui serait intéressé par mes infos à moi personnellement ? Je pense que les gens sont bien plus intéressés par les comportements de masse que par une personne en particulier (à moins d’être "célèbre", ce qui n’est pas mon/votre cas !)

    Enfin quoi, faut relativiser ! Internet n’est pas un lieu rempli de détectives privés cherchant la moindre bribe d’info sur moi ou vous. Je trouve que les gens qui sont exagérément inquiet de ça accordent bien trop d’importance à leur petite personne.

    Quand à mon nom et prénom dans google, je viens de regarder, j’ai la chance d’avoir pas mal d’homonymes, dont un qui a fait la une des journaux en mourant à la guerre, donc je suis tranquille.

  6. @Didine :

    Je suis assez d’accord avec toi pour ce qui est des "amitiés virtuelles". Mais pour ce qui est des anciens amis, de la famille lointaine ou de vieux copains de classe, c’est bien pratique ! Pour ma part, je suis un nostalgique, et je me demandais souvent ce que devenais untel ou unetelle ; Facebook apporte une sacré solution.

    Par exemple, cela faisait des années que je me demandais pourquoi Elise (dans ma classe en 4eme, à Paris) me détestait autant. Et bien, en discutant avec elle, je me suis rendu compte qu’elle n’avait jamais eu aucune animosité envers moi : elle était simplement très intriguée par ce type, dans sa classe, qui passait ses heures de récréation à dessiner des labyrinthes (je parles de moi, là, pour ceux qui ne suivent pas). 😀

    @ Lyr :

    Je voulais dire que quand Fufu disais "une amie pourtant proche géographiquement et amicalement", je pense qu’il parlait de Caro, non ?

    Effectivement, je n’avais pas fait gaffe que les bulles des "amis" pouvaient être de tailles différentes ! En réalité, c’est même plus subtil que ça : chaque ami ayant une grosse bulle est en réalité un pivot du groupe d’amis auquel il appartient dans la réalité ! Sérieux !! Tiph et Maïka étaient bien les pivots de notre groupe d’amis en début de fac ; Fab et Christophe étaient les deux plus anciens de la promo, Sam et Tom sont logiquement les pivots du groupe de leurs amis, Baptiste et Thomas Delpy étaient effectivement 2 personnalités de la classe… C’est encore plus flippant que je le pensais !!!

    Pour preuve, j’ai fait des articles sur la plupart d’entre eux :
    – Tiph & Maika : http://www.ekhorizon.com/blog/in...
    – Tom & Sam : http://www.ekhorizon.com/blog/in...
    – Tom Delpy : http://www.ekhorizon.com/blog/in...
    – Baptiste : http://www.ekhorizon.com/blog/in...
    – etc…

    Concernant Facebook (et internet en général), je suis aussi d’accord avec toi Lyr : d’abord, il faut que quelqu’un s’intéresse à moi, et ensuite, si ça l’amuse, qu’il s’amuse bien (en plus, ça fera probablement un lecteur de plus pour mon blog). De toute façon, je ne pense pas être numérisable, donc s’il s’intéresse vraiment à moi, il devra venir me voir un jour ou l’autre.

    Par contre, ce qui m’impressionne, c’est que les groupes d’amis soient aussi facilement modélisations (cf. dernière photo de l’article).

  7. Pour les bulles plus grosses, est-ce que ce ne serait pas ceux qui t’ont invité à rajouter les autres dans tes amis ? Auquel cas c’est logique, comme ils sont les pivots irl, ils le sont aussi online, et donc c’est normal que ce soient eux qui soient à l’initiative de la construction de leur partie du graphe, et donc qu’ils y apparaissent en plus gros.

    Pour les groupes d’amis, c’est facile : tu prend tout les gens qui ont un lien avec toi, parmi ces gens là, tu regarde les liens qu’ils ont entre eux (éventuellement, si c’est disponible, tu regarde à l’initiative de qui ces liens se sont créé). Les groupe apparaissent d’eux même, car ils ont des liens entre eux. Par exemple, j’ai des liens avec chaque personne mise dans mon groupe, mais avec aucune des autre, donc c’est facile, non ?

    Après, pour la taille des bulles, deux hypothèses : soit l’info de qui est à l’origine des liens est disponible, et tu regarde qui a été le plus actif à construire le groupe, sinon, tu regarde vers qui les autres membres du groupe ont le plus de liens. (peut être éventuellement tu peux tirer des infos aussi de la date de création du lien). Autre possibilité, regarder le nombre de messages que vous échangez publiquement sur les Wall pour déterminer la "profondeur" de l’"amitié"(ce qui explique que je soit en tout petit XD) Bref, toutes les infos sont là. Il suffit de trouver la bonne façon de les interpréter. Remarque que si on se base sur le nombre de message échangés, les cercle plus gros indique juste les personnes avec lesquelles tu échange le plus, qui sont, dans ton cas, les centres de tes groupes d’"ami", mais c’est une coïncidence (même si elle peut sembler assez logique)

    Bref, moi je trouve qu’ils ont fait du bon boulot sur l’algo pour mettre en valeur l’information, mais ça ne m’étonne pas, tout est disponible !

  8. Je ne crois pas que la date ou l’origine du lien d’amitié soit conservée, et je ne pense pas non plus que le nombre de messages échangé soit pris en compte (de toute façon, j’échange très peu de message sur Facebook). Donc, je pense simplement que la taille des bulle dépend juste du nombre de liens. Du coup, ça met effectivement en avant les pivots des-dits groupes.

    Je ne dis pas que c’est techniquement compliqué (c’est même objectivement assez simple) ; je dis juste que je suis impressionné par cette simplicité (justement) de modéliser ainsi les divers groupes d’amis et leurs pivots, simplement à partir des liens d’amitié sur Facebook ! Ca laisse songeur !

    D’ailleurs, j’aurai bien aimé faire de même avec les articles de mon blog : les liens seraient les tags, et ça ferait une sorte de cartes des différents articles. Je me demande s’il existe un tel outils.

  9. "Enfin quoi, faut relativiser ! Internet n’est pas un lieu rempli de détectives privés cherchant la moindre bribe d’info sur moi ou vous. Je trouve que les gens qui sont exagérément inquiet de ça accordent bien trop d’importance à leur petite personne."

    Je n’ai rien dit de tel. Je pense juste que des informations que je considèrent comme personnelles n’ont strictement rien à faire sur les serveurs de Facebook. Ce n’est pas leur place, point. C’est une question de principe. Exactement de la même manière, je considère que l’espace de stockage de mon courrier électronique, c’est chez moi, et non pas sur les serveurs de Google. Pour cette raison, je ne m’inscrirai pas sur Facebook, et je n’utilise gmail que certaines choses très ciblées. Il faut être un minimum cohérent.

    Après, si d’autres personnes pensent différemment, libre à elles ! Je n’y vois aucun inconvénient. Après tout, toutes les informations que l’on trouve dans les profils Facebook sont censées avoir été rentrées par les personnes concernées, et de leur plein gré. Je me contenterai de sourire doucement de tout ceux qui critiquent les réseaux centralisés et font étalage de paranoïa, mais qui se sont quand même inscrits sur Facebook ou assimilé, où ils mettent tout et n’importe quoi, tout en utilisant gmail comme adresse électronique principale.

  10. Je crois avoir déjà évoquée la chose sur mon blog du temps où il poussait encore (j’utilise le verbe pousser par analogie aux végétaux), mais comme Lyr, je ne suis franchement pas du côté des paranos… A conditions d’avoir un minimum lu les conditions d’utilisation et fait un tour des "settings", on a un contrôle direct sur tout ce qui est rentré dans le réseau ! Suffit juste d’être un minimum vigilant, comme avec TOUT sur internet !

    Pour revenir à la répartition, personnellement je ne suis pas étonné (il me semble, Ekho, que Skyblog a été créé à l’origine par la radio Skyrock, d’où son public essentiellement adolescent d’une part, et sa dimension franco-française de l’autre). Par contre, je trouve dommage justement que MySpace soit autant galvaudé de l’autre côté de l’Atlantique, alors qu’en France son utilisation est bien distincte de Facebook, comme par une sorte d’accord tacite, et sert presque exclusivement aux créatifs… Moi qui sort d’un stage dans une boite de production audiovisuel qui fait notamment pas mal de clips ou de captations de spectacles vivants, je peux affirmer que MySpace, utilisé dans le cadre professionnel, est un mode de prospection assez intéressant…

  11. Encore une fois, je ne suis pas parano, hein !

    Effectivement, il y a un article sur le sujet sur ton blog !! C’est un pur hasard ! D’ailleurs, ton flux RSS ne doit plus fonctionner, car je ne l’avais pas vu. Il faudra que je le lise…

    Concernant Skyblog : oui, je sais que ça vient de Skyrock. Mais je pensais que cette radio était plus répandue que ça (comme NRJ, du même genre, qui existe partout en Europe). Et je pensais aussi que les premiers blogs (les fameux skyblogs) avaient justement été démocratisés par elle. Il semblerait que non…

    (Je suis pas sûr que tout ça soit très Français, mais je suis un peu fatigué pour une relecture efficace.)

  12. Voici une petite vidéo assez marrante sur Facebook ; parfois un peu vulgaire, mais parfois très juste : http://www.youtube.com/watch?v=hbicoc15D7I

Laisser un Commentaire

XHTML et ShortCode : Vous pouvez utiliser <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> [card]

Suivez les commentaires par le flux RSS dédié à cet article.