Le Sultan, tome 4 de Luxley

Last modified date

2 commentaires

3 minutes de lecture

Nouveau tome sorti, pour cette excellente mais peu connue série de BD médiévale-fantastique uchronique (ça ira pour les adjectifs). Et le moins qu’on puisse dire, c’est quelle est à la hauteur des trois premiers tomes.

Voici maintenant facilement 1 an que j’écris régulièrement sur le blog, pratiquement sans discontinuer. Cela va avoir petit à petit un impact logique sur la partie BD du blog. En effet, tous les articles (décrivant une BD ou une série de BD) qui étaient rangés dans la catégorie « Autres BD » vont progressivement se trouver complété par un article supplémentaire à l’occasion de la sortie des nouveaux tomes. Cela va donc impliquer la création d’autant de nouvelles catégories, pour chaque série de BD ayant au moins 2 articles.

C’est le cas du présent article, il vient compléter le premier article sur la série Luxley, en y adjoignant le nouveau 4eme tome, ce qui créé par la même occasion la nouvelle catégorie « Luxley ».

Si vous êtes un peu perdu, RDV sur le plan du blog.

Revenons à nos moutons, à savoir cette excellente série de BD uchronique. Pour bref rappel, nous sommes en plein moyen age, et nous assistons à l’invasion de l’europe médiévale par les indiens précolombiens !

La fin du tome 3 avais laissé en suspens deux évènements. D’une part, Robin était prisonnier des rêves après une overdose de Peyotl, tandis que le lecteur découvrait que le spectre d’Adam était en réalité le mystérieux Inca lui-même, qui manipulait Robin depuis le début. D’autre part, une délégation était envoyée en Terre Sainte afin de requérir l’aide la plus inattendue qui soit : le renfort des musulmans sous la bannière du célèbre Saladin, alors ennemi juré des croisés.

Ne dérogeant pas l’extrême originalité de cette série, la première chose qui surprend le lecteur est le trou de 18 mois qui sépare le tome 4 du tome précédent.

Et en 1 an et demi, il s’en passe des choses, à commencer par une acceptation progressive mais globale des « atlantes » de la part des populations européennes, au point que les derniers résistants sont traités comme des traitres. C’est ainsi que Robin découvre le continent au réveil de son coma.

En parallèle, le pape négocie difficilement une alliance avec Saladin. Je n’en dirai pas beaucoup plus, afin de laisser la surprise à ceux qui le désirent.

Premier constat, ce nouveau tome est largement à la hauteur des précédents, ainsi que des attentes du lecteur (à savoir, en l’occurrence, moi-même). Les dessins sont constants, les personnages sont fidèles à eux même, et le scénario est irréprochable. Un petit bémol, cependant, pourra être mis à la fin des négociations entre musulmans et atlantes : la réaction de Saladin ne me semble pas vraiment fondée, mais il ne pouvait de toute façon pas en être autrement pour le scénario global.

Là où j’avais noté une différence entre le tome 1 (très proche du héros) et le tome 3 (point de vue très éloigné, limite géo-stratégico-politique), ce tome 4 allie les deux avec réussite. On suit d’un coté les tentatives de Robin de relancer la rébellion, ainsi que les derniers soubresauts des résistants restants. Mais on suit aussi en parallèle l’étrange nœud stratégique qui scellera probablement l’avenir de l’Europe… Et c’est là, la principale force de ce tome ; on est en présence, non pas de 2 camps, mais bien de 3 : les chrétiens, les musulmans, et les indiens ! Comment se terminera cette étrange croisade maure au cœur de l’Europe chrétienne ?! Il faudra hélas attendre le tome 5.

Pour conclure, j’ajouterai que le scénario est mené de manière tellement magistrale que j’en suis venu à me demander, au milieu du tome, si le « bon camps » était bien celui qu’on croyait… BD fortement conseillée, donc !

Cet article a été publié il y a 12 ans. Son contenu est sans doute daté, tant sur la forme que sur le fond... Toutefois, cela n’empêche pas d'échanger à son propos. N'hésitez donc pas à vous exprimer en commentaires.

Geek bordelais, féru de science, amoureux de technologies, mordu de SF, amateur de fantasy, épris de jeux en tous genre, adepte de réflexions diverses. Et j'aime le canard, aussi.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

The maximum upload file size: 10 Mo. You can upload: image, document, spreadsheet, text, archive.

Post comment