Marie des dragons : critique complète

Last modified date

Aucun commentaire

6 minutes de lecture

Il y a très très longtemps, je vous avais partagé ma découverte du premier tome de la série de BDs « Marie des Dragons ».

Par la suite, la série s’est étendue sur 5 tomes en une histoire unique et complète. Et dans mon souvenir, j’avais été assez déçu. C’est un commentaire assez récent de Eldermê qui m’a donné envie de m’y replonger. Du coup, voici un passage en revue de la série, et mon avis général dessus…

Attention aux spoilers ! La suite de cet article risque de vous divulgacher spoiler une partie de l’œuvre. Mieux vaut donc continuer cette lecture si vous avez déjà connaissance de son contenu, ou si vous ne souhaitez pas vous en garder toutes les surprises. Il n’y aura pas de grosse révélation directe (elles seront masquées, à vous de les afficher manuellement) mais de légers spoilers sont à craindre au fil de l’article.

Notez que les critiques tomes par tomes, ci-dessous, ont été rédigées au fur et à mesure de leurs lectures…

Tome 1 : Armance

Tandis qu’elle n’était qu’une jeune enfant, Marie a échappé de peu à la dévastation de son village perpétrée par un petit groupe de nobles. Devenue adulte et mercenaire, elle vend ses services au plus offrant aux quatre coins de l’Empire de France ; et ses qualités son reconnues, d’autant qu’elle semble disposer de dons pour localiser et affronter d’immondes et très mystérieuses créatures venues d’outre-monde… Alors qu’elle ne désespère pas de retrouver un jour ses sœurs enlevées durant son enfance, une nouvelle mission lui est confiée, et son chemin va croiser celui de Jean de Clermont, de l’ordre des Chevaliers Pourpres

Très bonne entrée en matière, monde profond, personnages travaillés, scénario dense. Seul le final de ce tome est un peu confus. J’aime particulièrement l’idée d’un « monde parallèle dans laquelle la France n’est pas un empire ». Et bien sûr, de nombreuses interrogations restent en suspens à la fin de ce tome… ce qui est le principe du premier tome d’une série ! Voyez cet article évoqué en préambule pour un avis plus prononcé.

Note : 9 sur 10.

Tome 2 : Vengeances

Marie, toujours épaulée de son fidèle compagnon William, continue de rechercher les responsables du massacre de son village de naissance. Elle est néanmoins chargée d’une mission d’exfiltration d’un trésor papal, mission qui lui remplira les poches et lui permettra de poursuivre plus loin ses investigations. A cette occasion, elle croise de nouveau le prêtre-soldat Jean. A croire que leurs destins sont liés…

Un tome qui se suit sans déplaisir. On fait connaissance avec divers personnages, mais la nature de ce « moyen-age parallèle » reste très mystérieuse pour le lecteur (évoqué dans cet ancien commentaire), tout autant que les étranges créatures qui y apparaissent, ainsi que les diverses forces en présence qui semblent s’y intéresser.

Note : 6 sur 10.

Tome 3 : Amaury

Le Royaume Unis est exangue face à son ennemi de toujours, l’Empire de France ; c’est pourquoi le roi britanique fait appel à de sombres personnages qui lui prommettent l’appuis de forces d’outre-monde. Quant à elle, Marie est toujours à la recherche de sa fratrie, ce qui l’amène à se rendre en terres anglaises, où elle doit procéder à une échange durant un tournois organisé par le roi.

Un tome très sympathique, où l’on suit avec plaisir les péripéties des différents personnages, secondaires ou non. Toutefois, nous n’avançons pas dans la compréhension de l’univers dans lequel évolue Marie, et cela commence à devenir inquiétant pour un 3eme tome sur une série en compte 5. Autre défaut (qui m’avait déjà interpellé dans le tome précédent) : il y a beaucoup de coïncidences, qui font que la famille de Marie, Marie elle-même mais aussi Jean de Clermont ainsi que d’autres personnages ont tendance à se retrouver fortuitement dans chaque tome. Mais peut-être est-ce une forme de destin (ce thème était évoqué dans le tome 1), qui sera explicité dans les deux derniers tomes…

Note : 7 sur 10.

Tome 4 : William

William, le compagnon de toujours de Marie, est retenu en otage par une créature d’outre-monde 1. Capable de communiquer avec Marie, il la charge de lui ramener trois objets en échange de la vie de son camarade. Cela la mènera à rencontrer le jeune empereur de France.

On ne peut pas dire le contraire : le scénario avance. Mais sans grande crédibilité. Les personnages semblent se déplacer instantanément en très peu de temps, l’enjeu principal de ce tome (cf. son titre) s’est déroulé hors-champs, Marie retrouve ses frères sans grande émotion… Alors bien sûr, nous avons des révélations sur la nature du monde exploré dans cette série ; mais en réalité, rien de plus que ce que le lecteur savait ou avait déduit dés le premier tome. Et donc rien de bien novateur ou surprenant.

Note : 5 sur 10.

Tome 5 : Les quatre

(Cet album est impossible à résumer.)

Ce dernier tome de la série est extrêmement déroutant. On ne suit plus les péripétie de Marie ou d’autres personnages, mais nous avons environ 45 pages d’exposition et d’explications. Fragmenté à travers l’espace (Paris, les Vosges, Bayeux…) et le temps (-20 ans, +25 ans, -2000 ans…), ce 5ème album nous détaille les tenants et aboutissants de cet univers médiéval parallèle, tout en expliquant l’origine de Marie et de ses dons, ainsi que de ses ennemis. Sans être fondamentalement une mauvaise lecture, c’est extrêmement déroutant : cela donne l’impression que les auteurs ont oublié de distiller toutes ces informations subtilement et progressivement dans les quatre premiers tomes, et nous les livrent presque en vrac dans cette conclusion. Beaucoup d’informations, d’idées (bonnes pour la plupart) mais extrêmement mal amenées, et par conséquent très mal utilisées, parfois à la limite de l’absurde.

Note : 6 sur 10.

En un mot comme en cent, j’ai trouvé cette série très décevante. Tous les ingrédients sont pourtant bien là : personnages intéressants, dessin réaliste, univers profond, mystères occultes, enjeux politiques, amours et haines… Mais il sont très mal agencés, et si le premier tome est vraiment prometteur, les 3 suivants se révèlent assez creux, pour un dernier tome qui livre toutes les informations, presque de façon brute (pour ne pas dire artificielle), à la limite de l’indigestion.

Notons que de très nombreuses bonnes idées ponctuent cette série. Par exemple, à l’exception notable du dernier, chaque tome se décompose en quelques pages qui se déroulent dans l’enfance de Marie, avant de nous plonger au cœur de l’action, parfois avec plusieurs semaines voire mois d’ellipse temporelle depuis le tome précédent.

La beauté de dessins de Démarez est également à souligner. L’artiste parvient à proposer des illustrations réalistes, tout en ne sacrifiant rien à l’action ou aux illustrations plus fantastiques. Un compromis magnifiquement réussi. Dommage qu’il n’ait pas fait plus de BDs que cela (si l’on regarde son œuvre sur la base de données de Bédéthèque par exemple).

Je suis assez déçu par le scénario de Ange (site officiel pas trés à jour), capable pourtant de nous dépeindre un monde subtil ou des personnages attachants. Ils 2 ont signé plusieurs séries que j’affectionne, parmi lesquelles les Chevaliers Dragons ou Fédération, ou encore Nemesis. A ce propos, impossible de lire Marie des Dragons sans penser à la Geste des chevaliers Dragons, dans laquelle on retrouve la lutte quasi-symbolique de la Femme contre la Bête. La qualité de la présente série est pourtant bien loin de celle de sa grande soeur.

Notons que le duo d’artistes Ange & Demarez ont également signé ensemble le tome 7 de la Geste des Chevaliers Dragons, pas le plus mémorable, mais d’un bon niveau avec des illustrations tout aussi magnifiques (le personnage principal ressemble d’ailleurs physiquement beaucoup à Marie)

  1. Qui semble donc douée de conscience, et peut agir sur le monde réel et physique, points qui demeuraient très incertains jusqu’à présent.[]
  2. Car il s’agit en fait d’un duo de scénaristes.[]

Geek bordelais, féru de science, amoureux de technologies, mordu de SF, amateur de fantasy, épris de jeux en tous genre, adepte de réflexions diverses. Et j'aime le canard, aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

The maximum upload file size: 10 Mo. You can upload: image, document, spreadsheet, text, archive. Drop files here

Post comment