Star Wars Legacy

Last modified date

Un commentaire

11 minutes de lecture

Starwars, je ne vous l’apprendrai pas, c’est avant tout une saga de films. Mais pas seulement, car cet univers s’étend trés largement sur de nombreux autres supports (jeux vidéos, séries, BDs, romans, etc.) : on appèle cela l’Univers Etendu.

Dans le cas de Starwars, il existe deux univers étendus :

  • Celui constitué des œuvres (très) diverses produites avant le rachat de la franchise par Disney en 2015 1. On le nomme désormais l’Univers Etendu Legend.
  • Celui constitué des œuvres depuis 2015, qui constitue l’Univers Etendu Canon 2

Pour ma part, je ne m’intéresse pas du tout à l’univers Canon, mais j’ai longtemps été fan de l’univers Legend (en particulier la période située après le Retour du Jedi et avant l’invasion des Vongs, pour les plus connaisseurs ; pour les autres, vous pouvez jeter un œil sur cette chronologie succincte). Et dans cet univers, il y a une œuvre assez méconnue qui jouit d’une réputation plutôt bonne et d’un postulat de base intrigant : Star Wars Legacy, une série de comics se déroulant dans un lointain futur, un siècle et demi aprés la trilogie originale. Cela faisait longtemps que ces BDs me faisaient de l’oeil, et j’ai enfin fini par les acquérir !

En ce jour spécial pour Star Wars (may the 4th be with you), je vous propose donc une critique de cette série.

Star Wars Legacy, saison 1 3, édition originale VF

Attention aux spoilers ! La suite de cet article risque de vous divulgacher spoiler une partie de l’œuvre. Mieux vaut donc continuer cette lecture si vous avez déjà connaissance de son contenu, ou si vous ne souhaitez pas vous en garder toutes les surprises. Il n’y aura pas de grosse révélation directe (elles seront masquées, à vous de les afficher manuellement) mais de légers spoilers sont à craindre au fil de l’article.

Synopsis : Jeune Padawan et fils du glorieux Kol Skywalker, le jeune Cade se destine à un brillant destin de jedi, fidèle à son ascendance. Hélas, revenus d’outre-temps, les siths sous l’ordre de Dark Krayth usent d’un habile stratagème pour déstabiliser la galaxie. Ils renversent l’empereur légitime, rasent l’Alliance Galactique, et traquent sans répit les chevaliers jedis restant. Ayant survécu par chance, Cade Skywalker se fait désormais chasseur de primes et pirate. Depuis maintenant une décennie, à bord de son vaisseau le Mynock et accompagné de Deliah Blue et Jaria Syn, il accomplit diverses missions peu reluisantes au quatre coins de la galaxie…. Mais peut-on vraiment échapper à son destin, quand on est un Skywalker ?

Notez que les critiques tomes par tomes, ci-dessous, ont été rédigées au fur et à mesure de leurs lectures…

Tome 1 : Anéantis

Alors que, sous la bannière de Dark Krayt, les siths ont renversé l’empereur légitime désormais en fuite, nous suivons les pérégrinations du contrebandier Cade Skywalker. Autrefois formé aux arts Jedi, il a délaissé cette voie après la mort de son père. Accroc aux drogues et tentant d’oublier son héritage dans une politique galactique instable, son chemin va néanmoins croiser celui de la princesse Sia en mission pour son père, et traquée par les siths.

Un tome d’introduction, parfois un peu brouillon (avec quelques erreurs de traduction…?) mais contenant de nombreuses bonnes idées. Les personnage sont nombreux mais bien caractérisés.

Note : 5 sur 10.

Tome 2 : Question de confiance

Cade retourne sur la planète Ossus, berceau des jedi, afin de méditer sur sa destinée. Il y retrouve plusieurs de ses compagnons et devra faire face à ses démons.

Toute la première partie de ce tome revient (avec bienvenue !) sur les évènements déclencheurs de la situation galactique actuelles : les jeux de pouvoirs entre moffs, le rôle de l’empereur légitime, les liens avec l’alliance galactique, et bien sûr la ré-émergence des siths et leur rôle. Une réintroduction lente mais nécessaire à la compréhension des forces en présence, loin des péripéties du premier tome. La seconde partie nous plonge dans une introspection interessante de Cade.

Note : 7 sur 10.

Tome 3 : Les Griffes du Dragon

Pris de remords, Cade se rend sur Coruscant pour y libérer un jedi, livré aux siths par sa faute. Il y est fait prisonnier et Dark Krayt, maitre des sith, va lui partager leurs points commun, afin de le rallier au Côté Obscur.

Un très bon tome, avec encore beaucoup d’exposition, mais qui nous permet de mieux connaitre le grand méchant et d’apprécier ses subtilités. Ce tome s’ancre énormément dans l’univers Etendu Legend, en particulier dans la période de l’invasion des Yuuzhan Vong.

Note : 8 sur 10.

Tome 4 : Indomptable

L’amiral Gar Stavi dirige la dernière flotte encore active de la defunte Alliance Galactique. Il mène des attaques ponctuelles contre l’empire Sith. Mais ses ressources commencent à manquer, et dérober le tout nouveau croiseur impérial dans les chantiers navals de Mon Calamari serait une aubaine ! En parallèle, le fidèle Dark Wyyrlok III recherche un moyen de soigner son maitre dans le tombeau de l’inquiétant Dark Andeddu.

Etonnament, Cade Skywalker est totalement absent de ce tome ! La première partie de cet album décrit un combat spatial comme Starwars en a le secret, avec une narration trés intelligente sur deux temporalités. C’est également l’occasion de présenter au lecteur une nouvelle faction. Un vrai plaisir de lecture ! La seconde partie explore les conséquences funestes de la bataille précédente. Enfin, la troisième partie est plus annecdotique mais sème sans doute les graines de la destinée de Dark Krayt. Un dossier additionnel conclut cet opus, explicitant et/ou rappelant les principaux personnages et les enjeux de la saga.

Note : 8 sur 10.

Tome 5 : Loyauté

Cade et son équipage goûtent un repos bien mérité. Mais le génocide de Dac le pousse à prendre une décision radicale : assassiner Drak Krayt… Pour cela, Cade va retrouver les derniers jedis restants ; mais les Chevaliers Impériaux ne sont pas loins. Seront-ils alliés ou ennemis ? Et cet assassinat qu’il projète, serait-ce un acte bénéfique ou maléfique ?!

Avec ce tome, l’on retrouve nos personnages principaux, non sans plaisir. Le personnage de Cade n’est finalement pas le plus intéressant. En réalité, son personnage est très réaliste : chasseur de prime, ayant accès à la Force, il est imbus de lui-même, prétentieux et tête-brûlée, bien qu’attentif aux siens. Mais la galerie de personnages (plus ou moins secondaires) qui gravitent autour de lui sont plus intéressants à suivre. On en retrouve certains anciens qui nous ont été présenté dans les tous premiers tomes… et on en découvre même de nouveaux, qui en quelques pages ont déjà des dilemmes moraux intriguant !

Note : 7 sur 10.

Tome 6 : Rénégat

Résumé impossible : cf paragraphe suivant.

Cet album est doublement étrange. Sa première partie est une suite du tome 4 : on y suit les conséquences du génocide de Dac, et la fragile alliance entre la flotte de Stavi et les force de l’empereur légitime Fell. Point des pérégrination de Cade et sa bande, donc. On les retrouve cependant dans la seconde partie qui est une suite… d’un comics tiers, situé hors de la présente série ! En fait, entre le tome précédent et celui-ci de Star Wars Legacy, on trouve les évènements de la trilogie Star Wars Vector4. Le tome 6 reprend donc la suite de ces évènements qui se sont déroulés hors-champs. C’est assez perturbant car ces péripéties sont loin d’être anecdotiques, néanmoins la lecture reste compréhensible.

Note : 6 sur 10.

Tome 7 : Tatooine

Cade et ses compagnons se sont posés en catastrophe sur Tatooine. Ils vont devoir trouver des pièces rares pour réparer leur vaisseau, tandis que des assassins sont à leur poursuite et que les moffs impériaux usent de leurs influences pour retrouver Cade. En parallèle, nous suivons les péripéties d’un mandalorien ayant intégré l’escadron Rogue de l’alliance Galactique.

Un tome pas fondamentalement mauvais, mais assez fourre-tout. A vrai dire, je me suis interrompu plusieurs fois dans sa lecture et j’ai eu de mal à m’y remettre pour le terminer… est-ce une cause de ma mauvaise appréciation, ou une conséquence ? On a néanmoins du plaisir à suivre les aventures de nos personnages, et ce tome contient son lot de révélations.

Note : 4 sur 10.

Tome 8 : Monstre

Alors que l’empereur Dark Krayt est réputé mort, des alliances se forment entre les restes de l’Alliance Galactique, l’Empire légitime en exil, et l’Ordre Jedi rescapé. En parallèle, et reprenant ses bonnes vieilles habitudes de pirate et mercenaire, Cade et son équipage sont envoyés en mission grassement payée sur la planète Wayland. Mais ce monde est celui qui a marqué une tragédie profonde, tant dans le passé personnel de Cade que dans l’Histoire récente de la galaxie. Il devra ainsi faire face à des créatures Vong dégénérées, ainsi qu’à Dark Maladi, grande savante et redoutable sith.

Un tome très bon, qui oscille entre le destin individuel de nos protagonistes, mais aussi (et surtout) le destin de la galaxie, tant dans son passé récent que dans son futur proche !

Note : 8 sur 10.

Tome 9 : Le Destin de Cade

Les siths viennent de reproduire de génocide de Dac sur la planète Da Sosha. Alors que la mort de Dark Krayt est toujours incertaine, Cade en fait une affaire personnelle et se lance dans la traque du savant sith responsable de ces génocides. Cela l’amènera (enfin) à croiser l’amiral Stavi et les restes de l’Alliance Galactique. De son côté, l’empereur légitime Fel envoie une mission suicide sur la planète sith Korriban afin d’y délivrer sa fille, la princesse Sia.

Un album trés sympathique, où Cade embrasse enfin son destin, bien que celui-ci puisse dérouter le lecteur (c’est pas non plus comme si on n’avait pas eu 9 tomes pour se familiariser aux nouveaux concepts introduits dans la série). On sent que l’on approche de la conclusion, et même si l’on s’attend à voir les gentils gagner, il n’est pas certains qu’ils s’en sortent tous. Et le destin des différents protagonistes, siths ou secondaires, tient également en haleine !

Note : 7 sur 10.

Tome 10 : Guerre Totale

Dark Krayt est bien vivant 5. Ayant retrouvé le plein usage de son corps et de ses pouvoirs, il entend reprendre les rennes de la galaxie avec de nouveaux vaisseaux et soldats. Et pour cela, il parvient à obtenir une information capitale : la localisation du Temple Caché des derniers rescapés jedi ! Un affrontement ultime, mêlant l’Alliance Galactique, les forces de l’Empereur exilé, les chevaliers impériaux, les jedis et siths se profile…

Une conclusion plutôt bonne à cette série originale. Je trouve tout de même étrange que Krayt ait été absent aussi longtemps (et un peu gratuitement) de la série, mais cela permettait également de varier les antagonistes. La plupart des arcs scénaristiques ouverts sont refermés de manières satisfaisante… mais peut-être trop facilement à mon goût. Compte tenu de l’originalité intrinsèque de la série, on était en droit d’attendre des conclusions plus audacieuses ou atypiques, là ou nous avons hélas quelque chose qui ressemble un peu trop à un Happy End à mon goût (même si nous aurons tout de même notre lot de petites surprises).

Note : 7 sur 10.

Pour revenir globalement sur l’ensemble de la série… Les forces en présence dans cette période de la galaxie Starwars ne sont pas simples à appréhender. Au delà de l’habituelle dualité dans Starwars, il faut comprendre que nous avons cette fois de nombreuses factions :

  • L’Empire « légitimes », qui descend à la fois de l’administration et de l’organisation de l’empire de Palpatine, mais surtout des idéaux de la Nouvelle République. Il contient en son sein divers moffs, ainsi que nombre de vaisseaux et soldats impériaux. Il est basé sur la planète Bastion. L’allégeance de nombreux personnage de premiers plan est parfois floue entre cet empire et le suivant…
  • L’Empire Sith, qui a renversé l’Empire de Fell et domine la galaxie depuis la planète Coruscant. L’ensemble des siths, très nombreux (reconnaissables à leurs yeux jaunes et à leur tatouages rouges et noirs tels ceux de Dark Maul) sont totalement loyaux à Dark Krayt au sein d’une philosophie qu’ils appellent le « Sith Unique ». Ils ont la planète Korriban comme base de repli.
  • Les Jedis, peu nombreux, dispersés et en fuite ;
  • Les Vestiges de l’Alliance, flotte organisée et motivée, mais peu puissante et menant principalement des actions de guérilla ;
  • Les factions autres, parmi lesquels : pirates, contrebandiers, Soleil Noir, forces locales et pègres diverses.
L’Empereur Fel et ses Chevaliers impériaux

Du côté des utilisateurs de la Force, en plus de Siths et des Jedis, nous avons également les Chevaliers Impériaux, aux sabrelasers blancs, qui servent l’Empereur légitimes. Ils sont plutôt du côté lumineux mais ne disposent pas des arts jedis et sont donc moins puissants que ces derniers (un peu comme les jedis noirs sont moins puissants dans le côté obscur que les siths).

J’ai beaucoup apprécié l’effort de liens avec l’ensemble l’univers Legend Starwars, au travers de très nombreuses allusions, que ce soit aux films mais également (énormément) à l’ensemble des œuvres précédentes. Cela peut clairement perdre le lecteur s’il n’est pas déjà féru de l’ancien Lore Starwars ; mais cela contribue à donner de la profondeur à cette série, et constituent de nombreux de clins d’oeil sympathiques aux fans.

Duel de twileks : le jedi Shaddo Vao vs la sith Dark Talon

Les personnages sont nombreux, peut-être un poil trop, mais cela contribue encore à la profondeur de cette série. Etonnamment, le personnage de Cade n’est pas forcément le plus intéressant ; ce dernier compte plus de défauts que de qualités, le rendant crédible dans son rôle de brigand, mais moins sympathique qu’un Han solo. On ressent une profondeur inexploitée dans le passé de nombreux personnages (en particulier Ayzleen, Dark Tallon, ou la princesse Sia). Je ne serais pas étonnés qu’ils soient développés dans des comics satellites aux USA, jamais traduits en français.

Attaque des chantiers de Mon Calamari

Au niveau des dessins, c’est assez inégal. Je n’en suis pas un trés grand fan, même si ça ne gène en rien la lecture. Le personnage de Cade lui-même a un design étrange : vaguement métis, boucle d’oreille, grande tignasse blonde, en débardeur (ou équivalent dans une galaxie lointaine, trés lointaine) et muscles apparents. Mais d’autres personnages sont mieux réussis. Starwars oblige, nous croisons de nombreuses races étranges. Les scènes spatiales sont trés réussies, et les combats (de tous types) sont généralement trés lisibles et agréables à suivre.

Galerie de personnages

En conclusion, une série trés sympathique. Sans doute pas la meilleure oeuvre que l’on trouve dans l’Univers Etendu Legend de Starwars, mais elle prend des paris risqués et parvient à en être à la hauteur.

  1. Oeuvre de qualités variables, mais univers globalement cohérent et largement digne d’interêt.[]
  2. Moins intéressant (en particulier du fait des piètres qualité et cohérence des films VII à IX) et qui recycle allègrement, avec plus ou moins de succès, les idées de l’univers étendu précédent.[]
  3. Il existe en effet une « saison 2 », tronquée, que je n’évoquerai pas.[]
  4. Et comme cette trilogie est elle-même un cross-over, elle renvoie vers diverses autres séries Star Wars… Aaaah ! Les comics ! Le ferai toutefois un article à part sur Star Wars Vector.[]
  5. En même temps, c’était peu crédible que l’antagoniste principal disparaisse à la moitié de la série, et dans une mini-série annexe. Sans compter qu’il est sur la couverture ![]

Geek bordelais, féru de science, amoureux de technologies, mordu de SF, amateur de fantasy, épris de jeux en tous genre, adepte de réflexions diverses. Et j'aime le canard, aussi.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

The maximum upload file size: 10 Mo. You can upload: image, document, spreadsheet, text, archive. Drop files here

Post comment