Le dessin de la Vie

Chaque jour est un coup de crayon. Le principal étant de savoir ce que l’on dessine…

Chaque jour est un coup de crayon. Le principal étant de savoir ce que l’on dessine…

Voilà, une petite phrase qui m’avait traversé l’esprit il y a longtemps. Ca m’avait donné à réfléchir sur l’utilité du jour d’aujourd’hui, d’hier et de demain.

Cet article a été publié il y a 13 ans. Son contenu est sans doute daté, tant sur la forme que sur le fond... Toutefois, cela n’empêche pas d'échanger à son propos. N'hésitez donc pas à vous exprimer en commentaires.

6 Responses

  1. J’aime bien cette phrase !

    Mais là où ça devient compliquer, c’est qu’on dessine notre dessin, certe. Mais on est pas seul. Compagne (compagnon), amis, famille collègues dessinent aussi le leur, qui vient parfois, de façon plus ou moins forte, s’entrelacer au notre. Et si on dézoome encore, l’humanité entière dessine une fresque.

    Est-ce que notre dessin s’harmonise avec ceux qui évoluent autour ? Est-ce que, par notre dessin, ceux qui sont autour, et peut être même Le Dessin sont-ils ameliorés ? Et puis, important tout de même : est-ce que notre dessin nous plait ?

  2. Au pasage, je signale que cette phrase était dans les brouillons » de mon bog depuis bien avant que je me mette à la Roue du temps… 😉

    La suite de ton résonnement est tout aussi interressante que poétique. Cela dit, on peut se demander si les dessins DOIVENT s’entrelasser et en former un grand, ou au contraire être uniques et indépendants… Cela dit, ta derniere question reste bien sûr le plus important.

  3. Le truc, c’est que je doute qu’il soit possible de ne pas entrelacer les dessins. Nos actions (les coups de crayons) interagissent avec les autres, modifiant leurs actions.

    Donc, je pense qu’on est pas responsable de l’esthétique du grand dessin, mais on est en tout cas responsable du petit détail que représente notre dessin. Et puis qui sait, à dessiner harmonieusement, on peut peut être encourager des vocation d’artistes (d’artistes de la vie). Ou simplement s’aider mutuellement à ameliorer notre art de la vie (car bon, le chemin est long pour devenir un véritable artiste !)

  4. Je suis tout à fait d’accord, mais ce n’était pas vraiment le sens de ma phrase. En effet, les « coups de crayons » ne sont pas nos actions mais les journées qui passent. Quoi que l’on y fasse, il s’agira forcément d’un coup de crayon. A nous de les mettre à profit, et surtout de leur donner un but.

    Dans ce cas, sachant que la journée d’une personne (bien qu’interagissant avec les journées des autres) apportera à 95% à la personne en question, je ne sais pas si on peux parler d’un dessin commun. Je parle dans le cas de ma métaphore, pas dans la tienne…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post comment