Histoires droles de scientifiques

Voici trois petites blagues assez bien trouvées, réservées au plus scientifiques d’entre vous…


Alors que nous retrouvions avec trés grand plaisir, des amis de longue date en les personnes de Djo, Liz, Jérémy et Emilie, quelques blagues sont ressorties. J’en connaissais certaines et d’autres non. En voici trois qui me plaisent en particulier (et le fait de les écrire ici m’empèchera de les oublier plus tard)…

Les nombres premiers

On pose la question suivante à quatre personnes différentes : tous les nombres impaires supérieurs à 1 sont-ils premiers ? Parmis eux se trouvent un chimiste, un physicien, un mathématicien et un informaticien. Chacun réfléchis alors à la réponse :
Le chimiste commence : « 3 est premier, 5 est premier, 7 est premier. La réponse est donc oui ! »
Le physicien continue : « 3 est premier, 5 est premier, 7 est premier. 9 n’est pas premier, mais 11 l’est, ainsi que 13. En première approximation, on peut donc considérer que la réponse est oui. »
Le mathématicien ajoute : « 3 est premier, 5 est premier, 7 est premier, 9 n’est pas premier. La réponse est donc non ! »
L’informaticien pousuit : « 3 est premier, 5 est premier, 7 est premier, 9 n’est pas premier, 9 n’est pas premier, 9 n’est pas premier, 9 n’est pas premier, 9 n’est pas premier, 9 n’est pas premier… »

Le pont

Trois ingénieurs construisent un pont chacun. Le premier vient des Ponts et Chaussées, le second vient de Polytechnique et le troisième vient de TPE. L’ingénieur des Ponts et Chaussées construit donc son pont. Celui-ci s’écroule et il ignore pourquoi. Vient alors le polytechnicien ; son pont s’écroule aussi, mais il sait trés bien pourquoi. L’ingénieur de TPE construit alors son pont. Celui-ci ne s’écroule pas, mais il ne sait pas pourquoi…

Compter jusqu’à 10

Un chef d’entreprise décide de recruter un nouvel employé. Se présentent : un militaire, un musicien, un informaticien et un étudiant universitaire. Pour les mettre à l’épreuve, le recruteur décide de les faire compter jusqu’à 10.
Le militaire commence : « Une, deux ! Une, deux ! Une, deux ! ». Il se fait recaler par son interlocuteur, déçu.
Le musicien poursuit : « 1, 2, 3, 4… 1, 2, 3, 4… ». Il se fait recaler de même.
Commençant à s’inquiéter, le recruteur écoute avec attention l’informaticien. Celui-ci annonce : « 1, 2, 3, 4, 5… ». Le recruteur l’encourage. Le candidat continue : « …6, 7, 8, 9… ». Plein d’espoir, le recruteur l’invite à poursuivre. Ce que fait celui-ci : « …A, B, C, D… ». Il se trouve alors éliminé immédiatement.
Vient alors le tour de l’étudiant universitaire : « 1, 2, 3, 4, 5… ». Le recruteur l’encourage à son tour. L’étudiant continue : « …6, 7, 8, 9… ». Le chef d’entreprise l’écoute avec le plus grand interêt. Et le candidat finit : « …10 ! ». Applaudissant, le recruteur le félicite chaleureusement. Puis, par curiosité, il lui demande de continuer plus loin. L’étudiant poursuit alors : « …valet, dame, roi ! »

Cet article a été publié il y a 13 ans. Son contenu est sans doute daté, tant sur la forme que sur le fond... Toutefois, cela n’empêche pas d'échanger à son propos. N'hésitez donc pas à vous exprimer en commentaires.

Geek bordelais, féru de science, amoureux de technologies, mordu de SF, amateur de fantasy, épris de jeux en tous genre, adepte de réflexions diverses. Et j'aime le canard, aussi.

6 commentaires

  1. Ben, rien ne t’en empèche !

    Ca serait l’occasion de tester le principe des trackbacks : si j’ai bien compris, ça sert à relier deux articles semblables de blogs différents… Ca pourrait être l’occasion de tester la chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

The maximum upload file size: 10 Mo. You can upload: image, document, spreadsheet, text, archive. Drop files here

Post comment