Le Havre

Une ville qui porte bien mal son nom, quand la définition de « havre » et plutôt « petit port » ou encore « refuge ». Je confirme : j’y suis en direct.

Après un passage la semaine dernière à Toulouse, la semaine d’avant à Angoulème, et une partie des fêtes à Paris, votre envoyé spécial est actuellement… au Havre !

Oui, je sais. Pas de commentaire. C’est moche, c’est gris, ça caille et il pleut (à quelques exceptions près ; j’ai profité de l’une d’elles pour prendre la photo).

Mais bon, boulot oblige, j’y suis pour 15 jours, et avec tout de même un aller/retour Bordeaux sur le week-end central.

Je veux revoir mon Aquitaaiiineuh !! (Air de « Ma Normandie », de Frédéric Bérat)

Cet article a été publié il y a 13 ans. Son contenu est sans doute daté, tant sur la forme que sur le fond... Toutefois, cela n’empêche pas d'échanger à son propos. N'hésitez donc pas à vous exprimer en commentaires.

Geek bordelais, féru de science, amoureux de technologies, mordu de SF, amateur de fantasy, épris de jeux en tous genre, adepte de réflexions diverses. Et j'aime le canard, aussi.

2 commentaires

  1. Tu es passé à Toulouse la semaine dernière ??

    C’est vrai que ta photo ne donne pas envie d’aller au Havre. Tu fais quoi de beau là-bas ? Tu as laissé tomber les hélicoptères pour les bateaux ?

  2. Et oui, je suis passé à Toulouse lundi d’il y a 10 jours. Mais "passé" est bien le mot car on est arrivé le matin et on est rentré le soir. A part la rocade et l’ISAE (partie ENSICA), je n’ai pas vu grand chose.

    Ce que je fais de beau là-bas ? Dans le cadre de ma thèse, je suis chez AIRCELLE, un sous-traitant d’Airbus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

The maximum upload file size: 10 Mo. You can upload: image, document, spreadsheet, text, archive.

Post comment