La dure vie de labo

On le sait tous, la vie de chercheur est une longue marche forcée, dont on devine qu’elle ne mène à rien si ce n’est à la désolation, à la torture éternelle et à l’oubli. Le laboratoire en est le bagne, le pénitencier, le sinistre écrin…

Et puis, des fois, non ! 😀

Photo0263

Ce midi, donc, repas de labo ! Chacun amenait un plat de sa préparation, si possible en rapport avec ses origines. Et comme on a des thésard béninois, mexicains, italiens, sénégalais, tunisiens, algériens, guyanais, chilien (et j’en oublie pleins), ça faisait plein de bonnes choses à goûter ! Sans parler de la quantité…

Toujours très sympa, à refaire plus souvent !

Cet article a été publié il y a 11 ans. Son contenu est sans doute daté, tant sur la forme que sur le fond... Toutefois, cela n’empêche pas d'échanger à son propos. N'hésitez donc pas à vous exprimer en commentaires.

2 Responses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post comment