Serra

L’article d’aujourd’hui, préparé de longue date, vise un double objectif. Bien que portant en profondeur sur un aspect du jeu Magic l’Assemblée, il devrait tout d’abord être lisible sans difficulté par les non-joueurs. En fait, il se veut plutôt une sorte de conte lisible par quiconque. Le second objectif étant justement de faire découvrir un aspect du jeu que la plupart des joueurs néglige : la storyline 1.

Si de nouvelles cartes sortent chaque années, elles sont toujours regroupées en « blocs » (un bloc par année) et chaque bloc raconte une histoire ou une portion d’histoire. Dans les débuts de Magic, les histoires étaient très liées et se succédaient d’un bloc à l’autre. Récemment, la mode est plutôt d’une histoire par bloc, sans pratiquement aucun lien avec les autres blocs.

Bref ! Cet article n’a pas pour vocation de vous raconter la totalité de la storyline de Magic, mais plutôt de décrire en détail un personnage emblématique et pourtant très peu connu : j’ai nommé la belle Serra. Evoqué aux joueurs au travers de nombreuses allusion (le fameux ange de Serra en est un exemple), on en sait paradoxalement très peu sur elle. Je vais donc tacher d’en dresser une biographie la plus précise possible, autant que faire se peut…

Prologue

Avant de vous compter l’histoire de Serra, il est important de préciser (ou peut-être rappeler) quelques notion de base sur l’univers de Magic…

Dans l’univers de Magic, les mages croisent les dragons et les chevalier affrontent les zombies. Vous l’aurez compris, c’est un univers de fantasy médiévale, dans le plus pur style. La magie y est chose commune. Celle-ci est rendue possible par l’utilisation du « mana ». Le mana est une sorte substance, un fluide invisible qui sert de source d’énergie et de base à toute magie. Il existe cinq types de mana, différenciés par leur couleurs, chacun étant lié à des valeurs morales ou physiques. Par exemple, le mana vert est lié à la nature en général. Il va de pair avec la force brute, éventuellement la sauvagerie, mais aussi la paix des forêts profondes et le calme des anciens arbres.

Je parlais « d’univers » dans la paragraphe précédent, mais le mot juste est en réalité « multivers ». En effet, dans Magic, il n’y a pas un mais plusieurs mondes. Ceux-ci sont nommés « plans », et coexistent parallèlement sans jamais interférer. Ces plans peuvent être très variés : tailles, formes (planètoïdes pour la plupart, mais aussi sphères creuses, sphères concentriques, formes planes…), dédiés à un type de magie, abris de certaines races uniques, dotés de climats très variables, ou de manifestations magiques particulièrement étonnantes… Bref, vous l’aurez compris, dans le multivers, presque tout est possible.

Il est cependant possible de passer d’un monde à l’autre : les arpenteurs disposent de cette faculté. En pratique, dans le multivers, il arrive parfois (très rarement) de naitre avec ce que l’on appelle « l’étincelle ». On ignore sa nature exacte, mais lorsque celle-ci s’embrase, on devient alors un « arpenteur des plans » (ou plus simplement « arpenteur »). Dotés de pouvoirs colossaux, les arpenteurs peuvent en particulier déchirer l’aether qui sépare les mondes et voyager ainsi d’un plan à l’autre. Généralement, l’étincelle s’embrase sous le coup d’un choc, parfois une forte émotion, mais généralement, elle se manifeste alors que le futur arpenteur aurait dû mourir. Lorsque l’étincelle se révèle, on dit que l’arpenteur effectue son ascension. En dehors de leurs pouvoirs démesurés, les arpenteurs bénéficient d’une jeunesse presque éternelle. La combinaison de ces facteurs en font généralement des mages mégalomanes, égocentriques, à la limite de la folie, n’ayant souvent pour autre but que de tuer d’autres arpenteurs et accumuler toujours plus de pouvoir.

Maintenant que nous avons posé les bases, venons-en donc à la destinée de Serra…

Une origine mystérieuse

Le premier mystère qui entoure Serra est son origine… Beaucoup la situe sur le plan de Dominaria, le monde sur lequel se passe une bonne partie de l’Histoire de Magic, mais rien n’est moins sûr ! Pour ma part, je préfère penser qu’elle vient d’un plan lointain, et actuellement encore inconnu.

Avant d’aller plus loin, précisons que Serra est bien une humaine. En effet, beaucoup de joueurs pensent à tort que c’est un ange. Plutôt grande, la peau blanche, elle a de grand yeux noirs profonds et une chevelure rousse tendant vers le blond foncé.

Peu avant sa naissance, une prophétie avait été réalisée. Sa venue au monde annoncerait l’arrivée d’une déesse ! Ici aussi, difficile de dire ce qu’il en est exactement, nous y reviendrons plus tard également.

Tout porte à croire que Serra a vécu une enfance heureuse, développant douceur, bonté de caractère, de grandes aspirations en plus d’une éblouissante beauté. Idéaliste, de mana blanc par essence, Serra insuffle espoir et gaité à tout ceux qui croisent son chemin.

L’ascension de Serra est aussi un grand mystère. Aucun évènement dans sa jeunesse ne semble pouvoir le justifier. Elle n’a connu aucune guerre, aucune souffrance, et n’a a priori pas eu de raison de frôler la mort. Ainsi, il est probable que nous soyons en présence du seul arpenteur connu qui aurait révélé son étincelle non dans la souffrance ou la douleur, ni dans l’érudition, mais par simple manifestation de sa bonté intrinsèque…

Après son ascension, Serra a effectué de nombreux voyages à travers le multivers, en quête d’idéal et de perfection. Elle aimait se méler aux populations locales des plans qu’elle visitait, s’incarnant dans des avatars 2 aux apparences multiples. On ignore le nombre de plan qu’elle a traversé ou les aventures qu’elle a pu vivre durant cette période. Remarquons que n’étant pas magicienne à l’origine, elle semble pourtant avoir acquis de grandes connaissances magiques durant cette période. A-t-elle été formée par un autre arpenteur ? S’agit-il seulement d’expérience acquise seule ? Nul ne peut le dire. Mais les arpenteurs bénéficiant d’une jeunesse quasi-éternelle, son périple a pu durer des décennies, voire des siècles.

Le Royaume de Serra

On peut imaginer que Serra s’est lassée de son errance, devant tant d’échecs à trouver le havre de paix de ses espérances. Elle s’est alors tournée vers elle-même pour créer un tel lieu. Ses pouvoir d’arpenteuse lui offrent en effet quelque chose d’inimaginable : la capacité de créer un plan, un monde complet comme bon lui semble !

Serra a donc entrepris de créer son paradis tant cherché. En ne puisant que dans du mana blanc, elle façonna des îlots de plaines fertiles flottant dans un ciels parsemé de nuages discrets. Son soleil y était perpétuellement en train de se coucher, irradiant le plan de rayons chauds et dorés. Les fleurs y étaient toujours en pleine floraison. Nul n’était besoin de manger ou boire, l’air était suffisant à nourrir tout un chacun.

En son centre, Serra y installa son palais. Constitué de roches chaudes, de nacre et de cristaux gigantesque, un immense arbre poussait à l’intérieur, et l’architecture de son Sanctuaire était organisée autour de lui. De nombreux oiseaux paradisiaques et autres animaux fabuleux en peuplaient les corridors et les nombreux balcons.


Panorama d’un paradis

La chambre de la belle se trouvait sur une branche éloignée. Elle abritait un puissant artefact de sa conception : le Cocon. Celui-ci avait deux fonction. La première était de soigner tous types de maladie. Peut-être était-il même capable de ressusciter. Sa seconde fonction était de lier l’arpenteuse à son plan. En effet, en tant que plan artificiel, le royaume de Serra était instable par nature et menaçait de se disloquer dans le néant à terme. Le Cocon lui permettait ainsi d’en maintenir l’intégrité sans limite.

Après avoir créé son plan parfait, Serra entreprit de le peupler. Elle fit appel à plusieurs populations de divers plans du multivers, en particulier des humains. Les volontaires furent conduit dans le plan nouveau. Puis l’arpenteuse créa ses propres créatures. Corps de femmes d’une éblouissante beauté, ailes d’oiseaux, essences blanches et valeurs de bonté, Serra créa les anges. Elle les fit nombreux. Dirigés par plusieurs archanges (dont une, nommée Radieuse), les anges veillaient sur les habitants du plans. Serra créa ensuite des esprits bienveillants, ainsi qu’un ordre de prêtresses nommées « soeurs de Serra », destiné à la servir et à l’entretien du Sanctuaire.

Dans ce plan parfait, le temps n’était pas mesurable. Chacun pouvait y vivre sa vie à son rythme. Les naissances étaient peu nombreuses, et lorsque l’une d’entre elle survenait, le nourrisson était systématiquement amené à Serra. Celle-ci lui accordait sa bénédiction, puis se chargeait de son instruction le moment venu.

La plupart des populations humaines du plan habitaient le Sanctuaire. Les autres étaient regroupés en de petits villages paisibles. Le passage d’un ilot à l’autre n’est pas clairement décrit. Peut-être utilisait-ils des vaisseaux volants, des arches de voyage instantané, ou encore des animaux volants comme montures (pégases, griffons…). Les femmes tenaient un rôle important dans la société parfaite de Serra. La plupart étaient prêtresse, ou soigneuses. Tous les habitants du plan faisaient aussi partie de l’armée du Royaume. Les femmes y étaient autant à leur place que les hommes. Beaucoup des sujets de Serra étaient aussi artistes. L’arpenteuse appréciait en particulier la peinture et la musique.

Serra régna ainsi durant une période de durée indéterminé sur son monde de paix et d’harmonie. Bienfaitrice, bienveillante, éternelle, dotées de pouvoir défiant l’imagination, et s’assurant du bien être des peuples de son royaume, elle était adorée à l’égale d’une déesse. La prophétie de sa naissance aurait alors annoncé sa propre venue ? Il semble cependant que Serra ait toujours été à l’abri de l’égocentrisme et l’orgueil qui caractérise habituellement les arpenteurs. Si elle ne contestait pas les cultes qui lui étaient voués, elle prônait avant tout l’amour d’autrui.

« Croyez en l’idéal, pas en l’idole. »

En outre, Serra n’exerçait aucune pression sur ses sujets. Même si ses propres créatures s’opposaient à elle. Radieuse, en particulier, manifesta peu à peu un tempérament fougueux, violent, presque extrémiste. Caractérisée par une absence de compromis et de demi-mesure, Radieuse incarnait à sa façon les défauts d’une trop grande perfection. Néanmoins, malgré ses nombreuses divergences avec Serra, l’arpenteuse la considérait comme une amie. Et jamais Radieuse ne lui fit défaut.


Oppositions entre Serra et Radieuse

La chute

Comme je l’ai dit plus haut, en tant que plan artificiel, le royaume de Serra était instable. Mais cette instabilité était accrue par son choix de ne l’avoir constitué que de mana blanc : les 4 autres couleurs de manas étaient minimes, déséquilibrant encore plus la structure du plan. Ainsi, et paradoxalement, toute utilisation de mana autre que blanc menaçait l’intégrité du plan. C’est pourquoi Serra avait limité l’utilisation des manas bleu, rouge et vert. Et avait purement et simplement interdit l’utilisation du mana noir.

Aidée par le Cocon, Serra aurait pu maintenir éternellement son paradis. Mais le destin en décida autrement. Ainsi, un jour funeste, Urza et Xantcha firent leur apparition dans le Royaume de Serra. Urza était un tout jeune arpenteur, provenant de Dominaria, et qui venait juste d’effectuer son ascension. Il s’était retrouvé par erreur sur le plan de Phyrexia, sans doute l’endroit le pire de tout le multivers, lieu de souffrance et de mort dominé par le mana noir. Aidé par Xantcha, une traitresse à son monde, Urza avait pu s’enfuir. Et les deux personnages s’étaient ainsi retrouvé au bord de l’agonie, sur le plan artificiel de Serra.

Les deux fuyards furent découverts aux confins du Royaume par une patrouille angélique. Ils furent amenés devant Serra, en bien piteux état. Urza était d’essence de mana blanc, et Serra consentit à le placer dans son Cocon, afin qu’il se rétablisse. Xantcha, en revanche, était de mana noir, ce qui menaçait la paix du Royaume et suffisait à justifier sa mort, selon Radieuse. Serra, cependant, ne lui ôta pas la vie. Elle exila Xantcha sur l’îlot le plus éloigné et l’une de ses « soeurs » eu pour mission de veiller sur elle.

Il fallut beaucoup de temps à Urza pour se remettre de ces blessures. D’aucun affirment cinq ans, mais comment le savoir avec certitude dans le royaume de Serra ?

Urza finit par sortir de sa torpeur, et fut accueillit par Serra en son palais. Dans le même temps, Xantcha s’éveilla aussi. Cependant, dans le Royaume de Serra, les différents îlots se déplacent dans les airs de manière imprévisible, et les anges étaient désormais incapables de retrouver Xantcha. Compte tenu de sa situation, et découvrant que le mana noir était inexistant dans ce monde, elle en fit utilisation, ce qui eu pour effet de créer une vague de malveillance perçue au travers tout le royaume. De cette façon, les anges purent la localiser. Mais guidés par Radieuse, ils entreprirent de tuer Xantcha à l’aide de l’Aegis, un puissant artefact créé par Serra, capable de générer des rayon de lumière dévastateurs. Xantcha ne dû sa survie qu’à l’intervention de Serra in extremis.

Rétablis, les deux fugitifs remercièrent Serra et quittèrent le plan. Làs, le mal était fait ! Difficile de dire si les phyrexians poursuivaient inlassablement Urza depuis cinq ans, ou si c’est l’action de Xantcha qui les avaient attiré, mais ils finirent par trouver le Royaume de Serra et entreprirent de l’envahir…

Horrifiée, la belle arpenteuse assista à l’arrivée de hordes de créatures noires dans son paradis. Elle entrepris alors de repousser l’invasion, et guidés par Radieuse, les armées angéliques firent des ravages. Jointes à elles, de nombreux humains entreprirent de défendre l’utopie de Serra. La bataille qui s’en suivit fut titanesque, mais étrangement peu connue et peu détaillée. Les pertes furent catastrophiques dans les deux camps.

Ils semble que ce soit durant cette terrible guerre que plusieurs anges déchus firent leur apparition, et quittèrent ainsi le paisible de royaume de Serra. Parmi eux, on peut citer Sélénia, qui deviendra un personnage principal des millénaires plus tard, lors de la saga de l’Aquilon (racontée dans les blocs « Tempète » et « Apocalypse »).

Plusieurs millénaire avant l’invasion de Dominaria par les phyrexians, ils furent repoussé une première fois et durent renoncer à leur invasion du plan paradisiaque de Serra. D’aucun disent que c’est l’absence d’Urza, leur proie, qui les fit rebrousser chemin.

Malheureusement, toute ces vagues de Mal absolu et de mana noir avaient irrémédiablement endommagé la pureté du plan de Serra. Désespérés, celle-ci entreprit alors de quitter son monde, la mort dans l’âme. Ceux qui le choisirent purent le quitter aussi et furent envoyé par Serra vers différents plans du multivers. C’est ainsi que de nombreux anges firent leur apparition en de nombreux mondes différents.

Radieuse, éternelle archange fidèle a son paradis, choisit de rester. Son histoire ainsi que celle du Royaume de Serra n’est ainsi pas tout à fait terminée, et nous y reviendrons plus bas

Sur Ulgrotha

De nouveau, Serra erra à travers le multivers. De nouveau, on ignore combien de temps. Mais son voyage la mena vers le mystérieux plan d’Ulgrotha.

Contrairement à des plans tels que Dominaria ou Zendikar, la richesse d’Ulgrotha ne réside pas en ses nombreuses sources de mana, mais en la multitude de cultures qui peuplent ce monde et qui sont souvent discrètes sur les autres plans : nains, minotaures, fantômes, vampires 3, animaux giganstesque. Par ailleurs, Ulgrotha abrite de nombreux mystères, qui attirérent de temps en temps un arpenteur aventurier. Peut-être fusse-le cas pour Serra ?

Mais lorsqu’elle découvrit Ulgrotha, le plan était entièrement ravagé…

En effet, plusieurs siècles plus tôt, une arpenteuse du nom de Ravi avait découvert Ulgrotha. En possession d’un objet au pouvoir dévastateur, le Carillon de l’Apocalypse, Ravi détruisit une bonne partie du plan. On ignore quelles étaient ses motivations, mais dans le cataclysme qu’elle déclencha, elle se retrouva coincée au cœur d’une montagne. Mais ceci est une autre histoire…

Toujours est-il que c’est un monde dévasté que Serra découvrit. Loin de son paradis perdu, dans lequel elle pouvait contrôler le moindre évènement, la détresse de ce plan l’émût. Et elle entrepris de lui redonner sa splendeur d’antan. Pour cela, elle oeuvra de deux manière. Tout d’abord, elle usa à n’en point douter de ses fabuleux pouvoir d’arpenteuse pour redonner à Ulgrotha sa splendeur perdue. En plus d’apaiser la terre et de la rendre de nouveau fertile, elle créa de nouvelles espèces qui avaient pour but de l’aider dans sa tache, parmi lesquelles des gargouilles, statues capables de s’animer quand nécessaire.

Mais en parallèle, l’ancienne « déesse » de tout un monde entreprit d’aider les population de manière détournée. Elle fonda plusieurs villes et plusieurs abbayes, dans le but de soigner les créatures d’Ulgrotha et de rayonner sur les différents continents.


Mais le destin de la belle Serra devait de nouveau se trouver bouleversé ! En effet, un jeune arpenteur arriva à son tour sur Ulgrotha. Son nom était Feroz. Contrairement à ses pairs arpenteurs, lui aussi fuyait tout affrontement. Il était venu sur Ulgrotha en espérant y vivre une vie paisible. Se liant d’amitié avec le minotaure Sandruu, il entreprit plusieurs voyages à travers le plan aidant à sa reconstruction, de son coté, comme il le pouvait. C’est lors d’un affrontement contre une araignée géante qu’il fut sauvé par un ange, et rencontra Serra.

Feroz

La première réaction de Feroz fut la désapprobation. En effet, l’arpenteur s’interdisait d’utiliser ses pouvoirs pour contraindre des formes de vie « inférieures ». Mais il découvrit rapidement que les anges de Serra la suivaient de leur plein grès. Les deux arpenteurs devinrent rapidement amis, et se découvrirent un objectif commun : se servir de leurs pouvoirs d’arpenteur pour aider les peuples d’Ulgrotha.

Se faisant, Serra avisa rapidement une difficulté d’un autre ordre que la restauration de ce monde. En effet, si la belle arpenteuse s’était installée dans le paisible royaume d’Aysen, baigné de mana blanc, une autre contrée nettement plus sombre existait sur Ulgrotha…

La Sombre Baronnie était un lieu perpétuellement plongé dans l’ombre. Difficile de dire si ce lieu avait mieux survécu que le reste d’Ulgrotha au cataclysme, ou s’il s’était rétablit de lui même. Pays de peur, peuplé de spectres, de créatures lugubres et de suceurs de sang, on trouvait à sa tête le terrible baron vampire Sengir. Le méchant sans doute le plus classe de tout Magic.

Les relations entre Serra et Feroz, et le baron Sengir sont assez intéressantes. Si ce dernier n’a jamais caché sa volonté d’envahir de le reste d’Ulgrotha, il a toujours évité l’affrontement direct avec les deux arpenteurs (il faut dire qu’il n’avait pas vraiment ses chances). D’une certaine manière, on peut même dire qu’il les respectait ! Si bien qu’il arrivait que les trois protagonistes soient d’accord sur certains points.

Ce fut le cas, en particulier, lorsqu’il fut décidé d’un commun accord de cacher le plan d’Ulgrotha aux yeux du reste du multivers. Jugeant que les arpenteurs faisaient beaucoup trop de dégâts en général, et à ce plan en particulier, ils combinèrent leurs magies et Feroz tissa un enchantement d’une puissance colossale, interdisant purement et simplement l’accès à Ulgrotha. Protégé des dangers extérieurs, ce monde n’en était pas moins exposés à ses problèmes internes.

En effet, si le baron Sengir évitait toute provocation ouverte, il pouvait compter sur l’ensemble de son clan, ainsi que sur la puissance de sa baronnie pour lancer des raids aux frontières, et tenter petit à petit de gagner en puissance sur Ulgrotha.

Alors que Serra avait manifesté de phénoménaux pouvoirs lors de la création de son Royaume, il semble qu’elle ait changé de voie en arrivant sur Ulgrotha et en rencontrant Feroz. Plutôt que de présenter un idéal visible et adoré par tous, elle préféra agir autrement, aidant les peuple à s’assumer eux-même plutôt qu’en les guidant. En plus de ses abbayes, Serra fonda un ordre de paladins, dont la vocation était de contrer les attaques incessantes de Sengir et de défendre l’ensemble des peuples libres du plan.

De son coté, Feroz, plutôt inspiré par le mana bleu, ouvrit des écoles de magie et entreprit de répandre son savoir en magie, afin que chacun puisse l’utiliser, évitant ainsi qu’un petit nombre puisse en user pour assujettir la majorité. Etrangement, sur Ulgrotha, ce furent les nains qui manifestèrent le plus d’habilité à manipuler le mana.

Sandruu, le minotaure ami de Feroz, suivit avec interêt les enseignements des deux arpenteurs, et révéla à son tour une étincelle ! Dans la reconstruction d’Ulgrotha, de forts liens unirent peu à peu les trois amis.

Cependant, le temps passant, Serra et Feroz devinrent plus que des amis… De regards tendres en sourires cachés, de temps partagés en passion naissante, puis brulante, leur mariage généra une vague de liesse à travers tout le plan. On peut aisément imaginer que c’est Sandruu qui les unit. Les décennies qui suivirent, sur une Ulgrotha entièrement rétablie, furent un age d’or pour tous les peuples du plan.

Après avoir créé un monde parfait, Serra avait enfin trouvé le vrai Bonheur en Feroz.

Mais là encore, son bonheur ne dura pas éternellement.

Le premier fait marquant les deux époux fut la disparition de Sandruu. En effet, lors d’un duel de magiciens, Sandruu fut exilé en dehors d’Ulgrotha. En théorie, cela n’aurait pas dû être problématique pour un arpenteur, mais ce serait sans compter le fameux bannissement de Feroz ! Devant l’impossibilité de revenir, Sandruu entreprit donc vraisemblablement un voyage à travers le multivers. Plus personne n’entendit plus jamais parler de lui 4. On peut supposer qu’il est mort, ou que le pacifisme que Serra et Feroz avaient pu lui transmettre le porta à se faire discret sur un plan à son goùt…

Hélas, un malheur n’arrive jamais seul. Feroz procédait régulièrement à des expériences magiques. Un jour funeste, il décida d’étudier un élémental de feu. Malheureusement, c’était Sandruu qui était spécialiste en manipulation du mana rouge. L’expérience tourna court, et Feroz mourut dans l’explosion de son laboratoire.

Serra fut atrocement affectée par la mort de son unique amour. De dépit, elle quitta Ulgrotha sans tarder, et sans la moindre volonté d’y revenir un jour…

Après la disparition des trois arpenteurs, on connait mal le destin de ce plan. On sait que leur idées leur ont survécu pendant des siècles. L’œuvre de Feroz a continué sans lui, et la connaissance de la magie a continué à se transmettre de génération en génération. Les différents ordres fondés par Serra ont survécu, eux aussi, et continuèrent de se mettre en travers des plans du baron Sengir. Malheureusement, certains clercs dévièrent des idéaux de Serra, et formèrent des ordre d’inquisiteurs inquiétants. Il semble cependant qu’ils soient restés relativement marginaux et pas aussi vindicatif que leur nom pourrait le laisser penser.

On sait enfin que l’enchantement de « bannissement » de Féroz s’est progressivement disloqué, offrant de nouveau la possibilité aux arpenteurs de se rendre sur Ulgrotha. Mais nulle histoire ne relate de tels voyages.

Errance et disparition

Après son départ d’Ulgrotha, Serra recommença son errance de plan en plan. Sans véritable but, toutefois. Quelque chose était définitivement brisé en elle. Par deux fois, elle avait atteint la perfection. Et par deux fois, elle l’avait perdue.

On ignore, ici encore, les aventures qu’elle a pu vivre durant cette période. A une exception près…

Serra finit par rencontrer un autre arpenteur. Si on ignore son nom, on sait que ses intentions était belliqueuse. En effet, ayant aperçu un anneau d’une grande beauté au doigt de Serra, il se mit à le convoiter, pensant avoir à faire à un puissant artefact. Il ignorait qu’il n’en était rien, car c’était là simplement l’alliance de l’arpenteuse, cadeau de Feroz.

Le combat qui s’en suivit fut d’une rare violence. Bien qu’inexpérimentée en matière de combat singulier, la belle Serra se défendit aussi vaillamment que le souvenir de son aimé le lui permit. Le duel dura un temps indéterminé, et fit des ravages dans les multiples plans que les deux combattant traversèrent durant leur terrible lutte. L’arpenteuse finit par terrasser son adversaire. Mais à quel prix…

Gravement blessée, Serra fut recueillie par un autochtone du plan sur lequel s’était déroulé le dernier acte de son combat. Et ce plan se trouva être… Dominaria !

A partir de ce point, on trouve deux fin possibles à l’histoire de Serra. La plupart des documents que j’ai pu consulter s’accordent à dire que Serra s’est laissée mourir sur Dominaria, ne trouvant plus de raison de vivre. Sa mort aurait alors motivé la construction d’une monumentale cathédrale 5, qui serait ainsi son tombeau.

Mais d’autres sources soutiennent que Serra a survécu à ses blessures, et continue son errance dans le multivers. Ces sources ont des arguments relativement valables, que je détaillerai un peu plus bas.

La fin de l’utopie

Comme je l’ai dit plus haut, Dominaria est le plan d’origine d’Urza, l’arpenteur qui fut soigné par Serra en son Royaume et qui fut involontairement à l’origine de l’invasion qui en suivit. C’est donc plusieurs siècles après la « disparition » de Serra que nous le retrouvons…

Si les phyrexians ont été repoussé du Royaume de Serra, ils n’en demeuraient pas moins extrêmement dangeureux et incroyablement puissants. Depuis des millénaires, ils convoitent les ressources en mana de Dominaria. Après sa fuite du plan de Serra, Urza aura passé la totalité de sa vie à concevoir un moyen d’empêcher cette invasion et de détruire définitivement les phyrexians 6.

A cette fin, il conçut une arme nommée « l’Héritage ». Cette arme est d’autant plus déroutante qu’elle est multiple. En effet, l’Héritage est un ensemble d’artefacts très variés. Combinés ensembles, ils pourraient néanmoins détruire définitivement les phyrexians. On trouve plusieurs éléments importants de l’héritage. Parmi machines étranges et objets magiques, nous pouvons mentionner le golem 7 d’argent Karn, ainsi qu’un magnifique… vaisseau volant « transplanaire » !

En effet, s’inspirant des connaissances d’une très ancienne civilisation de Dominaria, les Thrans, Urza construisit un vaisseau volant qu’il voulut doter de la faculté de voyager dans le multivers. L’Aquilon, puisque c’est son nom, allait devenir le théatre de nombreuses aventures, puisque c’est aussi le nom d’une extension entière de Magic. Mais lors de sa conception, Urza se heurta rapidement à un problème de taille.

Si créer un tel vaisseau capable de voyager dans le multivers sans l’aide d’un arpenteur était théoriquement possible, il fallait néanmoins l’équiper d’une source d’énergie proprement colossale. Or, Urza n’avait à sa disposition qu’une antique lithoforce thran, épuisée depuis des millénaires. Et pour la recharger, il ne lui fallait rien de moins que la totalité du mana constituant un plan entier…

On ignore ce qui mena de nouveau Urza vers le Royaume de Serra. En effet, il ignorait qu’il avait subit une attaque des phyrexians. Il ne pouvait donc pas savoir que le plan artificiel de la belle arpenteuse était de plus en plus instable. Peut-être souhaitait-t-il l’aide ou les conseils de Serra ?

Toujours est-il qu’Urza découvrit un triste spectacle. En plus de l’instabilité grandissante du plan, Radieuse avait prit le pouvoir en l’absence de Serra. Et l’archange avait instauré une dictature des plus sanglantes. Avait-elle été contaminée par l’influence des Phyrexians ? Ou révélait-elle sa nature profonde ? Nul ne pourrait le dire. Mais Radieuse voyait des espions phyrexians partout, et n’hésitait pas à tuer des centaines d’innocents. De la même manière, elle craignait tous les artefacts, croyant sans doute y voir de diaboliques machines phyrexianes. Il semble qu’elle détruisit ainsi elle-même le Cocon, ainsi que l’Aegis 8.


Radieuse, méconnaissable

Lorsque Urza reparut sur le plan de Serra, Radieuse l’identifia immédiatement comme étant à l’origine de la corruption de leur paradis par le mana noir des phyrexians. Une bataille s’engagea alors, entre les force d’Urza et celles de Radieuse. La bataille fut longue et terrible, et dans le face à face qui opposa l’arpenteur à l’archange, tout puissant qu’il puisse être, Urza manqua de perdre la vie !

Mais l’arpenteur finit par prendre le dessus. Ayant destitué Radieuse de sa dictature, il exposa aux populations du Royaume de Serra que leur plan était irrémédiablement perdu. A long terme, il continuerait de se désagréger, menant ses habitants à une destruction lente mais certaine. Il offrit alors la possibilité à ceux qui le désiraient de trouver refuge sur Dominaria. C’est ainsi que de nombreux anges et esprits bénéfiques vinrent peupler son plan natal.

Mais nombre d’archange, Radieuse en tête, refusèrent de quitter le Royaume de Serra mourant, malgrè les injonctions d’Urza.

Cela n’empécha pas l’arpenteur de mettre à execution son projet… L’indulgence envers ses ennemis à ses limites. Accélérant la dégénérescence du plan artificiel, il provoqua volontairement son effondrement. La totalité du mana blanc qui constituait le Sanctuaire, les plaines volantes, le soleil toujours couchant, et même les anges restants, retourna à sa forme brute. Urza le concentra alors dans son antique lithoforce, permettant de la recharger éternellement, et offrant ainsi à son Aquilon l’énergie nécessaire pour effectuer des sauts entre plans. Celui-ci aura un rôle capital dans la chute des phyrexian, brièvement évoquée plus bas.


« Avec le coeur lourd, Urza éteignit la lumière d’un monde pour en préserver celle d’un autre. »

Et c’est ainsi que disparut l’utopie que Serra avait mis tant de soin à créer…

L’héritage de Serra

Comme conté ci-dessus, les anges de Serra ont été disséminés en divers mondes du multivers, à plusieurs reprise. Par delà la mort de l’arpenteuse, son œuvre a largement continué à vivre, et les anges ont pu manifester les valeurs et les idéaux de Serra en bien des occasions. De la même manière, le culte de l’ancienne « déesse » est encore vivace sur bien des plans. Sans entrer dans le détails des aventures qu’auront pu vivre les différents admirateurs de Serra, observons quelques aspects de son héritage…

Lady Sélénia, l’un des archange du Royaume de Serra évoqué plus haut, fut une héroïne de la bataille qui défendit le plan de la belle arpenteuse. Elle fut cependant faite prisonnière, puis fut torturées pendant des années. Elle devint alors un ange ambigu, mi-noir, mi-blanc. On la retrouve plusieurs millénaires après la mort de Serra, jouant un rôle funeste dans la saga de l’Aquilon, qui raconte les péripéties de l’équipage du fameux vaisseau d’Urza.

L’ange protecteur Reya quitta le Royaume de Serra en même temps que cette dernière. On ignore ce qu’elle fit ensuite, mais elle commenda les légions d’anges qui défendirent le plan de Dominaria de l’invasion des phyrexians, plusieurs millénaires plus tard. Les merveilleuses créatures ailées ne furent d’ailleurs pas les seules à défendre Dominaria au nom de Serra ou de son souvenir… Différentes congrégations de prêtres et de moines prirent les armes et se joignirent à la bataille qui devait venir à bout de ce qui avait ternit autrefois le paradis de Serra. De même, nombre de chevaliers et paladins fidèles au souvenir de l’arpenteuse firent honneur à son nom.

Cette guerre 9 qui opposa les peuple libres de Dominaria aux hordes de phyrexians fit des ravages et laissa des marques durables sur ce monde. Le point culminant de la guerre, qui sonna aussi son dernier acte, fut bien sûr l’activation de l’Héritage, la terrible arme d’Urza. Le vaisseau Aquilon concentra toute l’énergie de sa lithoforce pour détruire l’armée phyrexian ainsi que son terrible maitre, Yaugzebul. La déflagration qui suivit fut nommé a postériori « l’Apocalypse », à juste titre. Une bonne partie de Dominaria fut détruit par l’Héritage, et mit des siècles à s’en remettre.


Les anges de l’Apocalypse, semblent moins « vierges » qu’en leur Royaume perdu…

Ainsi, plusieurs millénaires après la première défaite des phyrexians aux portes du Royaume de Serra, l’essence du plan artificiel de l’arpenteuse servit indirectement à les défaire définitivement. Notons que lors de l’activation de l’héritage, Karn, le golem qui faisait partie intégrante de l’Héritage, manifesta une étincelle d’arpenteur ! Cette étrangeté (effectuer l’assension pour un être artificiel) reste encore incomprise à ce jour. Peut-être Karn hérita-t-il de toute la puissance du Royaume de Serra, faisant ainsi de lui son héritier indirect ? Une autre théorie prétend cependant que lors de la destruction de la lithoforce de l’Aquilon, le Royaume de Serra retrouva son intégrité, et réintégra sa place dans le multivers…

Toujours sur Dominaria, dans des temps difficilement identifiables (était-ce avant ou après l’Apocalypse ?), la ville d’Epityr fut délivrée du joug d’un tyran local par plusieurs anges de Serra. Depuis ce jour, l’arpenteuse est vénérée dans un temple qui fut construit en son honneur. La légende prétend que si la ville est de nouveau menacée, Serra elle-même apparaitra à la tête de ses anges pour défendre Epityr.

D’ailleurs, pour y revenir comme promis plus haut, Serra est-elle réellement morte ? Si sa cathédrale en témoigne, certains contestent ce fait, et se basent pour cela sur deux arguments de poids.

Mais avant d’aller plus loin, quelques détails techniques sur les coulisse de la storyline de Magic sont nécessaires. Il faut savoir que l’histoire du jeu se scinde en deux écoles : les pré-revisionnistes et les post-révisionnistes. La première conte la storyline des premières éditions du jeu. Mais à partir d’un point, les histoires se sont mises à manquer de cohérences. Il a alors été décidé des règles qui régissent l’univers de Magic, et c’est ainsi qu’est née la seconde école, la seule qui soit désormais officielle. Par exemple, chez les pré-révionnistes, n’importe qui pouvait devenir arpenteur, il suffisait pour cela d’être maitre dans l’art de la magie. Mais les post-révionnistes ont mis en place la notion d’étincelle, et l’extraordinaire exception que constituent les personnes capables de réaliser l’ascension. Dans le principe, les histoires racontées par l’école pré-revisionniste ne sont pas fausses en soit, mais souvent incorrectes et corrigées par l’école post-révionniste.

Venons-en maintenant à la mort de Serra :

  • Vous vous en doutez, si je vous dit tout ça, c’est car la mort de Serra n’est contées que dans l’école pré-révionniste !
  • Inversement, il est dit que Karona, entité née de la fusion de l’ange Akroma et de la future arpenteuse Jeska, près de mille ans après la mort supposée de Serra, à rencontré la mythique arpenteuse ! En effet, Karona a réalisé plusieurs voyages dans le multivers, à la recherche d’aide pour contrôler ses pouvoirs, et elle aurait reçu des conseils de la part de Serra. Cette histoire est bien évidement post-révionniste !

Cependant, cette rencontre entre Karona et Serra peut largement être mise en doute. En effet, on sait qu’à partir de l’époque de Karona, le plan de Dominaria a commencé à subir de grave altérations temporelles 10 ! Il est donc plus que probable que Karona ait voyagé involontairement dans le temps, rencontrant ainsi Serra avant sa mort. Par ailleurs, on est en droit de se demander pourquoi Serra aurait accordé son aide à Karona, une entité sans pitié, se faisant passer pour une déesse sanguinaire…?

Par ailleurs, tant qu’on en est à parler d’anomalies temporelles, notons que l’extension « Chaos Planaire » propose de nombreuses altérations de l’histoire et des cartes traditionelles de Magic. Concrètement, il s’agit de cartes rééditées dans des couleurs différentes, illustrant ce qui aurait pu être. Nous y trouvons ainsi une carte extrèmement interessant, proposant ce qu’aurait pu être le célèbre ange de Serra, si les choses s’étaient déroulée autrement :

Cette carte, le Sphinx de Serra, apporte un grand nombre d’informations. Ainsi, si Serra ne s’était pas tournée vers le mana blanc, elle aurait utilisé le mana bleu. Cela peut surprendre, car si l’on regarde le pentagrame des couleurs de Magic (au dos de chaque carte), on voit que le bleu est la couleur entre le blanc et le noir ! Intuitivement, j’aurai plutôt dit que si Serra n’avait pas été « blanche », elle aurait sans doute été « verte » (couleur autant ennemie du mana noir que le blanc).

A première vue, on peut penser que c’est l’influence de Feroz sur Serra qui aurait pu l’orienter vers le mana bleu (symbole de l’esprit et de l’intelligence, de la magie complexe et parfois de la ruse). Mais le texte d’ambiance nous apprend que Serra aurait créé ses sphinx dans son Royaume, donc avant sa rencontre avec Feroz ! Il est alors tentant d’imaginer à quoi aurait pu ressembler ce plan, contenant des étangs mystiques aux cœurs de forêts touffues, et abritant des sphinx en ses cieux… Cette carte insiste en outre sur l’importance que Serra aurait accordée à la divination et à la vision de l’avenir, plutôt qu’à d’autres spécialités du mana bleu.

Remarquons que dans l’exentions « Chaos planaire », les cartes altérées (i.e. éditées dans des couleurs inhabituelles) illustres ce qui aurait pu se passer si un évènement n’avait pas eu lieu, ou avait eu lieu différemment 11. Dans le cas d’une Serra bleue, on peut en déduire qu’un évènement particulier, ayant sans doute eu lieu entre son ascension et la création de son royaume, a déterminé son attirance pour le mana blanc (ou le mana bleu, s’il s’était produit différemment). Là encore, il est intéressant d’imaginer de quoi il peut s’agir…

Pour finir, remarquons que le texte d’ambiance du Sphinx de Serra est au présent ! Cela semble vouloir dire que le Royaume de Serra, si celle-ci s’était tournée vers le mana bleu, serait toujours existant. Pourquoi ? Un plan bleu serait-il plus stable qu’un plan blanc ? Serra aurait-elle définitivement vaincu les phyrexians dés le départ ? Ou se serait-elle liée à eux ? A moins que Radieuse (qui serait donc une sphinx) ait vaincu Urza lors de son retour ? Toutes les possibilités sont envisageables…

Mais revenons à l’histoire telle qu’elle s’est vraiment déroulée.

L’ensemble de cet article a donc couvert la vie et l’œuvre de Serra 12. Mais qu’en est-il maintenant ? Plusieurs siècles après l’apocalypse déclenchée par l’Héritage, Dominaria s’est difficilement remise de ses plaies, mais la vie a repris son cours… Et sur ce plan, au moins, le nom de Serra est toujours aussi présent. Un « Nouvel Ordre de Serra » répand toujours les idéaux de l’arpenteuse, et ses anges ont gardé en mémoire ses préceptes ainsi que les secrets de ses enchantements.

Le dernier ange formellement relié à Serra est sa… vengeresse (éditée dans l’extension « Spirale temporelle »). Cet ange est triplement troublant. Tout d’abord, il était inconnu auparavant, et semble donc avoir été nouvellement créé. Cela confirmerait que Serra est toujours vivante quelque part dans le multivers ? Ensuite, son nom est une enigme. Pourquoi Serra aurait-elle besoin d’une vengeresse ? Rien n’indique, dans son histoire, qu’elle ait besoin d’être vengée. Enfin, son illustration montre une ange qui semble avoir traversé de dures épreuves (vêtements déchirés et sales, ailes abimées, épée émoussée) : pourquoi ? Comment ?

Peut-être un jour y aura-t-il matière à écrire la suite de cet article, mais rien n’est moins sûr.

Juste avant de conclure, rappelons encore une fois (si c’était nécessaire) que Serra est à l’origine de la grande majorité des anges du multivers. Bien que rien ne les relient directement à l’arpenteuse, il est probable que des anges tels que Razia (chef de la guilde Boros, sur le plan urbain de Ravnica), l’archange de l’Empyrée (vénéré sur le paisible plan de Bant), Jénara (général sur ce même plan), Iona (ange mystérieuse du plan sauvage de Zendikar) ou encore la Bergère du crépuscule (de l’inquiétant plan de Sombrelande) soient issus du Royaume de Serra. Il en va de même pour les anges sans histoire connue, comme l’ange exalté ou l’ange pourfendeur…


Les nombreux anges de Serra, à travers le multivers

Inversement, certains anges ne sont pas issus des pouvoirs Serra de manière évidente. L’ange de platine (créé par Memnarch sur le plan métallique de Mirrodin) ou l’ange de Cuivre-feuille (créé sur Dominaria) en sont des exemples. Notons que dans ces deux cas, il s’agit d’anges constitués de métal, donc probablement des golems.

Il est impossible d’évoquer les différents anges de Magic sans parler de l’un des plus célèbres (et appréciés des joueurs) : Akroma. Pourtant, nous sommes ici hors sujet, puisque cet ange des plus puissants, n’a pas non plus de lien avec Serra. Akroma fut créée par un sorcier à moitié fou de Dominaria, nommé Ixidor. Suite au meurtre de sa femme, il créa ce qui devait être une illusion : un être identique à sa femme perdue, mais pourvu d’ailes angéliques. Or, il s’avéra que l’illusion devint réelle. Ixidor ordonna alors à sa création de venger la mort de son aimée. Cet épisode apparemment anecdotique sera à l’origine d’une guerre sur Dominaria, et Akroma finira par fusionner avec sa proie pour devenir Karona, déjà évoquée très rapidement plus haut.

Pour conclure l’ensemble de cet article, cela faisait très longtemps que j’avais envie d’en savoir plus sur le personnage de Serra, dont on connait le nom par des allusions régulière dans le jeu, mais sans plus. Pour moi, elle incarne une idée du Bien avec une majuscule. La recherche d’un idéal est une quête passionnante, et l’histoire de Serra est très bien construite autour de cette idée. L’Idéal ne peut être atteint que par la force de soi-même et/ou par l’amour de l’Autre. En outre, la violence en elle-même n’est jamais justifiée, sauf pour défendre ce qui nous est cher.

Qui a dit que Magic n’était qu’un jeu ?! 😉

Epilogue

Pour ceux qui veulent aller plus loin, voici une page proposant plusieurs deck dont les thèmes tournent autour de Serra. Je ne pense pas qu’ils soient très compétitifs, mais ils peuvent être sympathiques à essayer.

Dans le même genre, voici une petite sélection de combos (plus ou moins sérieuses) sur le thème de Serra :

Toujours en ce qui concerne les combos, il y en une petite, impliquant uniquement des cartes présentées dans cet article. Elle est 100% de moi, pour autant que je sache. La retrouverez vous ? (Premier indice : elle contient deux cartes et est mono-colore ; deuxième indice : les deux cartes sont du même type ; troisième indice : c’est en rapport avec l’ascension des arpenteurs ; quatrième indice : ça fait gagner la partie.)

Enfin, vous trouverez ici un passage en revue complet des troupes de Serra !

Et à ceux qui ont lu jusqu’ici : merci, et bravo ! Et au point où vous en êtes, laissez un petit commentaire : ça ne vous prendra pas beaucoup plus de temps, et ça fait toujours plaisir !

Sources :

Wikipedia
Phyrexia.com
La SMF (ici et , entre autre)
MagicCorp
Wizards
MTG Salvation Wiki (de à de )
Serra’s realm (Rien que ça !)

PS :

Juste pour le fun, une petite capture de mon écran pendant la rédaction de cet article.

Cet article a été publié il y a 11 ans. Son contenu est sans doute daté, tant sur la forme que sur le fond... Toutefois, cela n’empêche pas d'échanger à son propos. N'hésitez donc pas à vous exprimer en commentaires.
  1. Où « histoire » de fond servant de support aux cartes, mais souvent ignorée par les joueurs.[]
  2. Un avatar est une apparence prise par une entité « supérieure » afin de communiquer avec des êtres « inférieurs ». Le terme vient de la mythologie indienne.[]
  3. Ce n’est plus vrai depuis Zendikar.[]
  4. Pour l’instant, du moins. Mais je doute que Wizards fasse un jour une suite à la storyline de « Terres Natales ».[]
  5. Première carte du jeu à mentionner le nom de Serra, en dehors de son fameux ange. La boucle serait alors bouclée.[]
  6. Tout cela est une autre histoire, que je ne détaillerai pas dans cet article.[]
  7. Un golem est une créature artificielle, douée de conscience et animée par magie.[]
  8. Quoi qu’il en soit, aucune carte ne fait la moindre allusion à l’un ou à l’autre.[]
  9. Racontée dans le bloc « Apocalypse ».[]
  10. Storyline du bloc « Spirale Temporelle ». Là aussi, c’est une autre histoire… ^_^ []
  11. On peut prendre l’exemple du personnage de Mirri, qui reste « verte » suite à sa fuite avant le duel Crovax/Sélénia. Dans sa version altérée, Mirri a affronté Sélénia à la place de Crovax et est devenue noire.[]
  12. Pour ce qui ont un doute, rappelons que c’est bien un personnage fictif… Sait-on jamais…[]

81 Responses

  1. Super article ! J’adore Serra, et les images de Rebecca sur Serra et Feroz sont juste… magnifiques !
    J’adorerais que la storyline revienne sur Serra !

    A propos de l’idée que Karn ait hérité de la philosophie de Serra, c’est possible : en effet, il se refuse à faire le moindre mal, même pour sauver sa vie (rien qu’à voir la carte de Karn (pas la vanguard)). Karn est un personnage qui m’inspire beaucoup aussi, presque autant que Serra. Et avec un peu de chance, on va le revoir dans la prochaine édition !

    C’est ça qui est génial avec la storyline, c’est que malgré la longueur de ton article, tu n’as fait qu’effleurer l’énorme édifice qu’elle constitue ! Ça me donne presque envie d’acheter les romans de la storyline pour les lire !

    Pas trop le temps de chercher la combo dont tu parle, je regarderais ça !

    Au fait, tu ne parle pas du « grand tout ». On dirait une sorte de bible liée à Serra. As tu des infos dessus ?

  2. Eh beh, je suis impressionné. C’est une très jolie histoire que tu nous conte ici. Je ne verrai plus les cartes de la même façon.

  3. @ Lyr :

    En fait, le pacifisme de Karn remonte bien avant son ascension. Si mes souvenir sont bons, il est dû à un accident durant lequel il tua un innocent. Depuis, il fit le serment de ne plus jamais prendre de vie. Donc si on peut avoir Karn comme héritier des pouvoirs de Serra, d’une certaine façon, je ne pense pas que les valeurs de l’arpenteuse ait pu l’influencer.

    Il peut d’ailleurs être intéressant de noter qu’après son ascension, Karn créa a son tour un plan artificiel : argentum ! Point commun supplémentaire avec Serra.

    Merci pour les compliments. Il est clair que je n’ai fait que combiner plusieurs storylines, mais seulement vues du point de vue de Serra. A titre d’exemple, toute la partie sur le Royaume de Serra est uniquement contée dans le bloc « Urza », et ce n’est qu’un détail dans cette storyline (bon, ok, un gros détail…).

    Pour ce qui est des « cantiques du grand tout », je n’ai pas beaucoup plus d’informations. Je sais qu’il y a une mouvance philosophico-religieuse, nommé « new age », qui est en vogue depuis la fin du XXieme siècle, et il me semble qu’il pourrait s’agir d’extraits de leurs textes (car notamment, le « grand tout » est une de leurs notions). Mais je n’en sais vraiment pas plus…

    @ Fufu :

    Merci.

    Je me demandais justement si cet article serait compréhensible pour quelqu’un qui n’est pas forcément très coutumier de Magic… Tu n’as pas eu de difficulté à le lire ?!

    Tu ne verra plus les cartes de la même façon ?! Voilà qui ne pouvait pas me faire plus plaisir ! C’était précisément le but de cet article… ^_^

  4. Ça a tout de même tendance à se perdre, ce coté storyline. Avant, pas mal d’illustration de carte, notamment les rituels ou éphémère, étaient des scènes de la storyline. Je trouve que c’est moins vrai maintenant. Peut être parcequ’on connait moins la storyline, mais je trouve qu’on voit moins les personnages important, à part sur leurs propre carte. C’est pour ça que cette carte là : http://www.magictrade.org/rubriques/database_php/images/scans_magic/11408_220_1.jpg m’a fait bien plaisir et m’a donné une certaine nostalgie.
    Qu’en penses tu ekho ?

    Et oui, savoir qui sont les perso représentés sur une carte donne vraiment une dimension en plus à une carte.

  5. Non ça va. C’est un peu fouilli sur la fin. J’ai l’impression que l’histoire n’a pas de lien avec le mécanisme de jeu, du coup ça se lit comme un roman d’H.F.

  6. Sympa ! Et oui, ça se lit bien même pour les incultes comme moi 😉

    D’ailleurs, cela soulève pour moi des questions d’ordre métaphysique (au moins – par contre, j’espère que tu me pardonneras mon ignorance de l’univers de Magic) :
    – les Anges sont forcément des femmes dans Magic ?
    – j’ignorais qu’il y avait des histoires et un univers derrière ces jolies petites cartes hors de prix. Ca fait pas un peu « bordélique » avec tous ces plans ? (de manière générale, je trouve que les délires sur des multivers sur 42 plans ont une forte tendance à partir complètement en sucette pour justifier tout et n’importe quoi). Est-ce que l’ensemble reste quand même cohérent sans qu’on ait l’impression que ça part dans tous les sens ?
    – les différentes histoires s’étalent sur combien de temps ? Tu parles de siècles par moment… Est-ce que le temps s’écoule de la même manière dans chaque plan ? Si 2 jumeaux arpenteurs voyagent dans des plans différents, lequel vieillira le plus vite ? 😉
    – est-ce que dans le multivers de Magic, la Réponse est aussi 42 ?
    – est-ce que les visions pré-révisionniste et post-révisionniste ont chacune leurs partisans, et est-ce que cela donne lieu à des trolls sans fin ?

  7. Les anges de magic sont clairement féminin, à 2 ou 3 exceptions près :

    celui là semble assexué :
    http://www.magictrade.org/rubriques/database_php/images/scans_magic/1296_25_1.jpg

    celui là, on hésite :
    http://www.magictrade.org/rubriques/database_php/images/scans_magic/93_63_1.jpg

    Il n’y a que celui là qui soit franchement masculin :
    http://www.magictrade.org/rubriques/database_php/images/scans_magic/8884_61_1.jpg

    Sinon, ils sont clairement féminins

  8. @ Lyr (#4) :

    Effectivement, cet aspect « storyline suivie » se perd au fur et à mesure. C’est ce que je disais en intro de cet article : maintenant, une storyline se limite généralement à un seul bloc. Par ailleurs, les cartes décrivent souvent la trame générale, et n’insistent guère sur l’histoire des personnages principaux en particulier. C’est clair que c’est dommage.

    @ Fufu :

    Oui, je me doute qu’à la fin, c’est plus difficile à suivre. Mais je voulais aborder différents thèmes directement reliés à Serra, sans que ça fasse partie intégrante de son histoire. Donc, difficile de les traiter sans entrer un peu dans les détails du jeu.

    Globalement, tu as raison : l’histoire n’a pas de lien avec la mécanique générale du jeu. Par contre, elle a directement un lien avec les cartes prises une à une. Et bien sûr, il est toujours possible de se faire un deck en relation avec l’histoire…

    @ Eldermê :

    Merci. C’est cool que vous appréciez sans pour autant être des joueurs. Ca fait vraiment plaisir. Et ravi de vous avoir appris quelque chose de nouveau sur Magic…

    Alors, pour répondre à tes questions, qui sont très interressantes :

    === « les Anges sont forcément des femmes dans Magic ? »

    Bonne question, et je ne suis pas de l’avis de Lyr. A priori, les anges sont asexués. Ils ne se reproduisent pas, et tout nouvel ange a souvent un « créateur », et non des « parents » (pour autant que je le sache). En revanche, ils ont généralement des corps de femme (et souvent bien proportionné, évidement). Mais pas toujours ! En voici un autre exemple, en plus de celui de Lyr :
    http://www.serrasrealm.com/angelography/Complete/guardian_seraph_m10.jpg

    === « Ca fait pas un peu « bordélique » avec tous ces plans ? (…) Est-ce que l’ensemble reste quand même cohérent sans qu’on ait l’impression que ça part dans tous les sens ? »

    Comme je le disais plus haut, la storyline d’un bloc (cartes pour une année) se déroule généralement dans un plan particulier, et les sauts inter-plans sont très rares. Du coup, ça reste généralement assez cohérent. Et puis, pour l’instant, le nombre de plans réellement « visités en profondeur » dans Magic reste assez restreint : une douzaine, à tout casser.

    === « les différentes histoires s’étalent sur combien de temps ? »

    Ca dépend des histoires, en fait. L’article combine en particulier deux storylines différentes, se déroulant à plusieurs millénaires d’intervalle, donc la vie de Serra s’est étalée sur une très longue période. Mais cela diffère suivant les blocs. En général, chaque bloc se déroule sur quelques semaines à quelques années.

    === « Est-ce que le temps s’écoule de la même manière dans chaque plan ? »

    Bonne question là aussi. En général, oui. Mais pas toujours. Certains plans présentent des particularités, et donc le temps s’écoulent différemment dans certains. Mais ça reste des exceptions…

    === « est-ce que dans le multivers de Magic, la Réponse est aussi 42 ? »

    Ca dépend… Quelle est la question ? ^_^

    === « est-ce que les visions pré-révisionniste et post-révisionniste ont chacune leurs partisans, et est-ce que cela donne lieu à des trolls sans fin ? »

    Je t’avoue que je n’ai jamais assister à ce genre de discution entre joueurs. Il faut dire que la grande majorité ignore totalement l’histoire derrière le jeu. Donc, ce genre de débat n’a tout simplement pas lieu. D’ailleurs, à mon avis, le peu de joueurs qui s’intéressent à la storyline ignorent totalement l’existence des deux écoles.

    Par ailleurs, dans le principe, je ne pense pas qu’il puisse vraiment y avoir débat. En cas d’absence d’information dans l’école post-révionniste, c’est l’école pré-révionniste qui apporte des réponses. En cas de conflit, c’est la post-revisionniste qui prime. Il n’y a pas vrai ment lieu à débat…

  9. Merci pour les réponses 😀 Je ne sais pas si les questions étaient vraiment très intéressantes (je n’ai pas pu m’empêcher de poser quelques questions idiotes 😉 ), mais les réponses le sont.

    Pour la dernière question, je me demandais s’il y avait parmi les joueurs de Magic de grands débats philosophiques et trollesques, un peu semblables aux discertations sur le fait que la présence des Elfes au Gouffre de Helm est une hérésie ou sur les liens entre les midichloriens et la Force. Je me disais en fait que la population jouant à Magic pouvait se recouper pas mal avec les fans du Seigneur des Anneaux ou de Star War, souvent friants de ce genre de débat sans fin, mais manifestement ce n’est pas vraiment le cas.

  10. @ Ekho @ Fufu [ben oui, les réponses de commentaires sont transitives… ]
    La mécanique du jeu n’est pas totalement arbitraire pour autant : les capacités dites « à mot clé », dont un nouveau lot voit le jour à chaque bloc, ne sont pas réparties au hasard entre chaque carte, mais en fonction, sinon de la storyline, du moins de la logique « géopolitique » des différentes créatures. De même pour le concept (qui a fait long feu, mais fallait bien essayer) de « terrains neigeux » et « mana neigeux ». D’autre part, il se trouve que quelquefois des cartes d’une même couleur soient irrémédiablement inconciliables (en terme de construction de decks), tandis qu’au contraire certaines cartes appellent tel ou telle alliance multicolore – toujours pour des raisons de storyline. Voir par exemple les guildes du bloc Ravnica : même si chaque guilde s’étend sur plusieurs couleurs, faire un deck monocolore ou bicolore en mélangeant les guildes n’est pas évident… Il me semble que les luttes intra-colore datent de l’extension Fallen Empire, donc c’est pas jeune !

    @Ekho @Eldermé : les joueurs sont en général plus occupés à ce castagner sur tel ou tel système de règle (Brûlure de mana ou pas ? Légendes selon règles originelles ou pas ?), pour s’engager dans un débat de storyline comme savent si bien le faire les fans de Star Wars, entre pro- et anti-UE (qui eux-mêmes se déchirent entre prélogistes et trilogistes…)

  11. @ Eldermê :

    Comme le dit très justement Dark Para, il y a bien sûr des troll entre joueurs, mais cela porte à 99% sur les règles ou la construction de decks… « Pour ou contre mettre des Tarmogoyf dans ce type de jeu ? »

    Mais comme je disais, la très grande majorité des joueurs ne s’intéressent absolument pas à l’histoire derrière les cartes. Du coup, il n’y en a sans doute pas assez pour constituer des trolls entre eux…

    (Au passage, je suis pour les elfes à Helm, et contre les midichloriens… 😛 )

    @ Dark Para :

    En fait, c’est pour cela que j’opposais la « mécanique générale » aux « cartes prises unes à unes »… Le principe de l’entretien, étape de pioche, phase principale, phase de combat, etc. n’a aucun lien avec la storyline. De même que deux decks qui s’affrontent, sauf exception, ne reconstituent jamais des portions de l’histoire de Magic. En revanche, tu as raison : les nouvelles capacités peuvent avoir un lien avec le storyline du bloc. Mais là encore, pas toujours… Si la « suspension » et la « fraction de seconde » étaient bien dans le thème du bloc « Spirale Temporelle », de même que « l’exaltation » dans « Alrara » ; j’ai plus de mal avec la présence du « recyclage » dans Alara, ou du « seuil » dans « Odyssée »…

    Comme tu le dis, les combinaisons de couleur ont aussi un lien avec les storyline, pour construire un deck dans un bloc donné. Mais là encore, à l’échelle d’un bloc, seulement.

  12. @Ekho : l’ange que tu indique est une femme. Le TA le prouve : « Her gaze »

    Et si, il y a des débats sur la storyline. Par exemple, par le passé, on a eu une extension nommée Mirodin, un monde presque complètement en métal, avec sa propre storyline. Et là, on sait que la prochaine extension se nommera « Scars of Mirrodin », et qu’on aura ensuite « New Phyrexia » et « Mirrodin pure » (on ne sait pas encore l’ordre pour les deux suivante).

    Les spéculation vont donc bon train. Aura-t-on une abération temporelle qui fera que le Mirodin que l’on a connu deviendra la Phyrexia citée dans l’article d’Ekho ? Ou est-ce que Phyrexia renaitra de ses cendres sur Mirodin ? Est-ce que Karn, porté disparu depuis la storyline (il a senti que quelque chose essayait de corrompre l’essence même de ce qu’il était et s’est enfui à l’autre bout du multivers) sera de retour dans celle ci ? A-t-il été corrompu et donnera renaissance à cette nouvelle Phyrexia, ou au contraire luttera-t-il contre ? Et dans quel ordre auront lieu New Phyrexia et Mirrodin Pure (mine de rien, ça change pas mal de choses, jusqu’à la signification du mot « pure »)

    Bref, si, ça peut débattre pas mal ^_^

  13. « Au passage, je suis pour les elfes à Helm, et contre les midichloriens… 😛  »
    Je m’en doutais pour les midichloriens, c’est pour ça que je l’ai mentionné ;), en me disant que les Elfes au Gouffre de Helm ne te feraient peut-être pas assez réagir (et pourtant, c’est une hérésie ! :D) pour que tu comprennes de quel genre de débat je voulais parler…

    Pour en revenir à Magic, tu nous dis au début que le mana vert est lié à la nature en général, avec ensuite quelques explications. Du coup, comme je suis curieuse, cela me fait poser une petite question supplémentaire : et les 4 autres ?

  14. Perso je suis contre les elfes à Helm, ils n’ont rien à faire là !

    Je répondrais bien pour les couleurs de mana, mais je laisse ce plaisir au maitre de ces lieux

  15. Bonsoir Ekho,

    tout d’abord, je te félicite pour cet article sublime, très bien écrit et accompagné de cartes relatives à Serra en plus!

    Ensuite, je te remercie de l’avoir fait, car, intéressé par le personnage, ça fait quelques temps que je cherchais un article convenable en français sur l’histoire de cette bienfaitrice. Ayant toujours été un fanatique des anges et du Bien avec un grand « B » comme tu l’as dit plus haut, j’ai tout de suite collectionné les cartes d’anges et d’autres relatives aux premières.
    Ce qui m’a bien évidemment amené à faire quelques investigations sur la belle Serra.

    Ceci est un pe hors-sujet, mais je suis aussi un fan d’Akroma la colérique et j’ai été surpris d’apprendre qu’elle n’était pas un ange… disons… aussi pur que ceux de Serra(la vengeance n’était pas prônée par elle apparament, la colère non plus), le fait que les concepteurs lui ait donné la couleur symbolisant le Bien, la Pureté et l’amour de la vie m’étonne donc un peu, le rouge lui irait mieux(et il me semble qu’elle a d’ailleurs été rééditée dans cette couleur, il faut que je l’obtienne :p).

    Voilà, un tout grand merci pour cette article et pour le temps que tu as dû y passer, au plaisir de te relire sur d’aures sujets!

    Bye
    Aëranel, paladin de Serra.

  16. Pour Scars of Mirrodin, je pense que les Eldrazis vont voyager :p

    Sinon, je dis un grand bravo accompagner de « clap clap »! Beaucoup de recherche, et ça à du être bien fastidieux même si ça à du être vachement intéressant. Surtout regarder l’image de chaque carte et noter certains détails… Belle histoire en tout cas que celle de Serra!

  17. @ Lyr (#12) :

    Effectivement, autant pour moi.

    Pour le débat que tu soulèves (et très intéressant, ma foi), je l’avais vaguement évoqué ici :
    https://www.ekhorizon.com/2009/08/28/267-le-futur-de-magic

    Mais je pense que Eldermê ne parle pas de ça. Elle évoque plutôt des débat sans fin concernant d’éventuelles incohérences entre post et pre-révionnistes, plutôt que des débats sur la storyline elle-même. Mais comme je le disais, la plupart des joueurs ne s’intéressent pas à la storyline, et la plupart de ceux qui s’y intéressent ne connaissent pas les deux écoles… ^_^

    @ Eldermê :

    « Pour en revenir à Magic, tu nous dis au début que le mana vert est lié à la nature en général, avec ensuite quelques explications. Du coup, comme je suis curieuse, cela me fait poser une petite question supplémentaire : et les 4 autres ? »

    En voilà une très bonne question. En fait, on peut voir les cinq couleurs des cinq mana de magic au dos de chaque carte. Ces cinq petites cercles constituent ce que l’on appelle le « pentagramme des couleurs » et est plus qu’un simple logo : il représente les cinq couleurs de mana, mais aussi les deux couleurs lliées de chaque mana (à coté) et les deux couleurs ennemies (en face). Petit passage en revue…

    MANA VERT : Comme dit plus haut, c’est mana qui symbolise la nature brute, la force et la sauvagerie des grands animaux, mais aussi la majesté et le calme des arbres millénaires. Il est de domaine des druides, des créatures de la foret (elfes, dryades), mais aussi de grandes et puissantes créatures ou élémentaux. Il est l’allié du blanc et du rouge, et l’ennemi du noir et du bleu.

    MANA BLANC : (Je pense que vous l’aurais compris) il représente le Bien avec un grand B. Symbole de la justice, de la droiture, de l’honneur. Mais aussi de la solidarité et de protection des plus faible. Ces représentant sont les humains et les anges, ainsi que toutes sortes d’esprits bénéfiques. Allié du bleu et du blanc, ennemi du rouge et du noir.

    MANA BLEU : Symbole de l’intelligence et de l’esprit. Il porte les valeurs de la sagesse, de la réflexion, mais aussi de l’astuce et de la ruse. Le mana bleu est très souvent porteur de complexité, ainsi que d’ambiguité. C’est un mana assez neutre, entre le Bien et le Mal. Le bleu est le domaine des magiciens et de sages, des créatures aquatiques et cotières. Allié du blanc et du noir (c’est bien ce que je disais), ennemi du vert et du bleu.

    MANA NOIR : Souffrance, mort, peur, le mana noir est bien entendu le symbole du Mal. Il est le domaine du surnaturel dans le mauvais sens du terme. C’est un mana généralement assez puissant et polyvalent, mais au lourd prix de la souffrance et la damnation pour son utilisateur. Ses représentants sont les nécromanciens, les squellettes, les vampires, les démons, et autres joyeusetés. Allié du bleu et du rouge, ennemi du blanc et du noir.

    MANA ROUGE : Très ambiguë, le mana rouge représente les sentiments exacerbés dans l’instant présent. Il peut s’agir de la passion autant que de la colère. Souvent associé au feu, il est efficace, tranché, immédiat et direct. Les nains, les barbares et les dragons sont ses principaux représentants. Allié du noir et du vert, ennemi du bleu et du blanc.

    Est-ce que ça répond à ta question ? 🙂

    Je n’ai rien oublié, Lyr ?

    @ Aëranel :

    Bienvenue par ici Aëranel ! Ca fait plaisir de recevoir un compliment d’une « nouvelle tête » !

    Et mille mercis pour tes compliments.

    Eh oui, Serra restera une personnage marquant de Magic. Commage que les nouveaux joueurs ignorent jusqu’à son nom… Mais si tu cherchais un tel article depuis quelques temps, tu as eu de la chance, car celui-ci est daté de… hier ! 😀

    Eh oui ! Quand on creuse un peu, la légendaire Akroma a une origine moins « épique » qu’on pourrait le croire. Mais le mana blanc n’est pas parfait, il a aussi ses défauts (Radieuse en est un exemple). Une colère n’est pas forcément « mal » si elle est justifiée.

    En fait, il existe 3 éditions d’Akroma…

    La première est l’édition originale (en Légion, rééeditée en Spirale temporelle) :
    http://www.serrasrealm.com/angelography/Complete/akroma_angel_of_wrath.jpg

    La seconde a été éditée dans un deck préconstruit (Divine VS Demonic). Carte identique mais illustration différente (moins belle, je trouve) :
    http://www.serrasrealm.com/angelography/Complete/akroma_angel_of_wrath_dvd.jpg

    Enfin, (de même que l’ange de Serra aurait pu être un sphinx) une version altérée d’Akroma existe effectivement en rouge, éditée en Chaos planaire (carte moins puissante, mais illustration plus jolie) :
    http://www.serrasrealm.com/angelography/Complete/akroma_angel_of_fury.jpg

    Au plaisir de te revoir sur ces pages !

    @ Yufei :

    Mmmh, à mon avis, les eldrazi ne sortiront pas de l’extension qui leur est dédiée…

    Merci pour tes compliments, à toi aussi. J’avoue, ça a été long à faire (plusieurs semaines), mais ça a été un véritable plaisir. Et comme tu le dis, il faut prendre le temps de regarder chaque carte… Je ne me suis pas amusé à les y mettre juste pour décorer. ^_^

  18. @Aëranel : Bienvenu ici ! Chouette, un fana d’ange, comme moi. Je fais personnellement la collection des anges de magic, et il ne m’en manque que 4 ou 5 (sans compter les collectors inédit japonais et autres super raretés). Pour ce qui est de l’Akroma blanche, je trouve justement que le blanc lui va bien. Dans sa version blanche elle incarne la colère froide, méthodique. Son texte d’ambiance est d’ailleurs : « Pas de repos. Pas de pitié. Pas de questions. ». Dans ces condition, elle n’est pas rouge. Sa version rouge est surement animé d’une colère plus bouillonnante, moins réfléchie, une colère « chaude ». D’ailleurs les noms le dise bien : en blanc, ange de la colère, en rouge, ange de la fureur.

    @Ekho, Eldermê

    Je pense, ekho, que tu as oublier de balancer un peu tes description. En fait, chaque couleur a ses coté bénéfiques et ses cotés maléfique, même si le blanc et le noirs sont un peu aux extrémités de ce point de vue là.

    Je vais essayer de montrer certains aspects que tu n’as pas montré.(il s’agit de mon point de vue)

    Le vert : c’est certes la force, la nature, le calme (valeurs positives), mais c’est aussi la violence, l’anarchie naturelle (par opposition à la civilisation par exemple), la moisissure, la loi du plus fort. Croissance est le mot qui décrit le mieux le vert

    Le blanc : c’est le Bien avec un grand B, mais c’est aussi l’excès de zèle, les martyrs, les sacrifices pour une « noble » (noble en tout cas pour ceux qui la défende) cause. On y trouve aussi des sorts très violent, comme « Colère de dieu » ou « Armaguedon », qui respectivement détruisent toutes les créatures et tous les terrains. On a aussi la majorité des destructions d’enchatements ou d’artefact. Bref, ce n’est pas qu’une magie constructive. Mais tu as raison, c’est clairement la magie orientée le plus vers le Bien. Protection est le mot qui décrit le mieux le blanc

    Le bleu : c’est la magie, la domination de l’esprit sur la matière. C’est l’astuce et la ruse, comme tu dis, mais aussi la tromperie et la manipulation/domination mentale. Force mentale est ce qui décrit le mieux le bleu

    Le noir : là, j’avoue que j’ai un peu de mal à voir les coté bénéfiques du noir. Il a un coté astuce, utilisation au mieux des ressources, et de toutes les ressources (ses points de vie, ses propres créatures, ses cartes en main, tout est bon à servie). C’est la magie de la mort et des pactes impies, avantageux mais dangereux. Mort est le mot qui résume le mieux le noir

    Le rouge : le rouge est la passion et l’anarchie. c’est la force, dans le sens loi du plus fort. C’est le feu qui réchauffe les cœurs et brule les corps. Les mages rouges ont le sang chaud ! Le Feu (en tant qu’élément ou dans le sens feu intérieur) est ce qui représente le mieux la magie rouge.

    Au final, si on regarde d’un point de vue moral, le blanc est moral, le noir immoral. Les trois autres sont amoraux en fait.
    Le vert et le rouge sont assez proche, l’un puissant sa force dans la volonté sourde de la nature, l’autre dans la flamme des sentiments/ressentis embrasés, mais ils sont tout les deux très « bestiaux/primitifs ». Le coté naturel de ces deux magie les placent hors du raisonnement moral. Quand au bleu, c’est une magie assez « humaine », une magie de l’esprit et de la logique, assez opposée aux deux première, en ce qu’elle tente justement de contrôler les forces primitives, pour servir les but de ses adeptes. Le bleu est amoral d’une manière différente du vert et du rouge. Le bleu est amoral comme un outil est amoral

    Voila, tu as des remarques à faire ekho ?

    @Ekho : Sinon, pour revenir à ton article, tu aurais du préciser en haut que les cartes que tu avaient mise ont un interêt soit par leur nom, soit par leur illustration, soit par leur texte d’ambiance (parce qu’il est possible que des néophytes se demande parfois pourquoi tu as mis telle ou telle carte)

  19. Je suis assez d’accord avec toi, Lyr. Tes descriptions sont « poétiques » et plus équilibrées. Effectivement, si chaque couleur de mana est porteur de valeurs et de symboliques, ils ont à peu près tous un bon et un mauvais coté, même si les b lanc et le noir sont nettement pondérés.

    A titre d’exemple, l’extension « The Dark » exploite le coté sombre de chaque mana, y compris le blanc : au travers de l’inquisition, l’extrémisme, la chasse à la « pureté », l’intolérance, etc.

    Inversement, le bloc « Lorwyn » montre plutôt le coté sympathique de chaque mana. Le noir abrite ainsi des fées et des gobelins, farceurs et sournois, mais pas fondamentalement mauvais.

    Après, il est assez intéressant de regarder les mariages de couleurs aliées :

    vert/blanc : alliance de la force naturelle au service de la droiture et de l’honneur.

    blanc/bleu : met en avant une civilisation de paix et d’harmonie, recherchant sagesse et bonté.

    bleu/noir : propose le mariage de l’intelligence et de la puissance au service de soi-même, au travers de sorts élaborés et fondamentalement mauvais.

    noir/rouge : le Mal allié à l’intransigeance et à l’instantanéité du rouge. Cela donne une magie direct, efficace, aggressive.

    rouge/vert : ce mariage donne généralement un bon équilibre entre la lenteur de la nature et la rapidité du feu. C’est la nature dans tous ses états, le compromis entre l’alliance progressive d’une falaise et son éboulement instantané.

    Une carte intéressante, à titre d’exemple, est celle-ci :
    http://www.magictrade.org/rubriques/database_php/images/scans_magic/10228_68_1.jpg
    On voit le coté blanc au travers de sa capacité de « vigilance », et le coté vert au travers de sa production de mana.

    @ Lyr :

    En fait, je n’ai pas précisé que les cartes illustrant l’histoire étaient importantes, car ça me paraissait évident, mais aussi parce que je ne voulais pas non plus faire peur à des non-joueurs, qui pourraient croire que les cartes sont indispensables à la compréhension.

  20. Et beh, je pensais qu’à vous deux les définitions des 5 couleurs seraient plus qu’exhaustives, et pourtant, je pense qu’il manque un aspect à vos deux descriptions… L’origine de chaque mana explique aussi leur nature ! D’ailleurs, je ne vais pas les énoncer dans le même ordre que vous…

    Le mana ROUGE provient des forces telluriques. Il a donc la rugosité de la pierre, la puissance du magma en fusion, la violence d’un éboulement… C’est pour cela qu’il est, comme l’a dit Lyr, amoral : le rouge ne pense pas vraiment, il est instinctif. En terme de mécanique de jeu, les terrains rouges sont appelés « montagne » ; ils regroupent aussi diverses grottes et tunnels, des volcans, des canyons – dans tous les cas, des lieux où la vie est clairsemée, où les forces minérales et climatiques dominent la vie de tous.

    Le mana VERT provient de la nature vivante. Végétaux, champignons, animaux à faible intelligence… Mise a profit par ceux qui agissent comme bergers de cette nature sauvage, comme les elfes ou les druides. La principale force du vert, c’est sa profusion, sa capacité régénératrice. Il combine deux temporalités, la vivacité des animaux de toutes tailles, et la lenteur de la croissance des arbres, quasi imperturbable. En terme de mécanique de jeu, les terrains verts sont appelés « forêt ».

    Le mana BLANC provient de la civilisation ; c’est pourquoi la plupart des humains s’appuient sur cette couleur, qui a inspiré le code de la chevalerie. Ses terrains de base sont donc logiquement les « plaines », la plupart du temps cultivées, bref là où la population peut se fixer en nombre et durablement ; ils incluent aussi les villes. Mais les déserts se rattachent aussi parfois au blanc, en tant que symbole de pureté, et apprentissage d’un mode de vie ascétique.

    Le mana BLEU est sans doute le plus difficile à rattacher à ses origines : c’est le mana de l’eau et de l’air, d’une part, mais c’est aussi le mana qui permet la magie la plus élaborée. Comme l’air, il ouvre la voie de l’impalpable, de l’illusion (voir les nuages aux formes toujours changeante) ; comme l’eau, il est instable, toujours en mouvement. C’est aussi le mana des astrologues, tournés vers les étoiles. Bref, si au départ le monde bleu s’appuie sur les créatures marines et sur les oiseaux, très vite ceux qui l’étudient se tournent vers l’érudition, la science. Cette couleur partage d’ailleurs avec le noir (et dans une moindre mesure le blanc) la technologie (cf. les artefacts colorés). Les terrains bleus de base sont appelés « îles », mais ils recouvrent en fait l’ensemble des eaux et des fonds marins ou fluviaux.

    Le mana noir enfin est cleui des sciences occultes, interdites. Celui des technologies immorales, des machines infernales (Phyrexia est peuplée de créatures biomécanoïdes), des expérimentations sur le vivant, et de la nécromancie. Ses terrains de base sont les « marais », mais s’étendent à tout ce qui est putride : égouts des villes, forêt malade, ruines… C’est la perversion de la vie (antithèse du vert), la perversion de toute moralité (antithèse du blanc), la perversion de la science et de l’intelligence (proximité du bleu).

    Désolé si vous pensez que mon intervention n’apporte rien, mais parler des couleurs de Magic sans évoquer les terrains qui en sont à la base, ça me semblait bizarre…

  21. En fait, je n’avais pas parlé des terrains, volontairement. Pour une raison assez simple : le lien entre terrains et manas n’est pas très clair dans l’univers (pardon : le multivers) de Magic. D’un point de vue « règles du jeu », c’est très clair : les terrains permettent de générer du mana, et ton intervention détails parfaitement le lien entre terrains et manas.

    Mais d’un point de vue « storyline », le traitement du concept de mana est beaucoup moins clair (je trouve), et voici mon interprétation…

    Les cinx mana sont une espèce d’essence vitale présente partout dans le multivers. Ils constituent les être vivant (ou non), animés ou non, esprits, animaux, végétaux, et même minéraux. Le néant qui sépare les monde est peut-être lui aussi constitué de mana. Le mana est donc partout par nature, il peut être récupéré en détruisant quelque chose, et servir pour constituer autre chose.

    Dans mon idées, les cinq terrains « de base » ne sont pas des générateurs mais des « cristaliseurs ». Les cinq mana se cristallisent ainsi en terrains, constituant des paysages qui vont de pair avec les valeurs qu’ils portent et incarnent. C’est peut-être ainsi que naissent les plans naturels…?

    Les terrains condensent une telle quantité de mana qu’il possible d’y puiser presque sans limite (comme le font les joueurs). Je dis « presque », car les terrains du bloc « Spirale temporelle » offrent tout de même une idées de terrains dont on aurait trop tiré de mana. Voyez plutôt :
    http://www.magictrade.org/rubriques/database_php/images/scans_magic/689_60_2.jpg
    http://www.magictrade.org/rubriques/database_php/images/scans_magic/697_60_4.jpg
    http://www.magictrade.org/rubriques/database_php/images/scans_magic/695_60_1.jpg

    Après, reste un mana dont on n’a pas (encore) parlé… le mana incolore ! Eh oui ! On le néglige, mais il existe un sixième mana qui, comme son nom l’indique, n’a pas de couleur ! Du coup, il n’a pas de symbolique, pas de valeurs, pas de tendance, par de personnalité… C’est une substance brute, une énergie pure.

    On peut voir le mana incolore de deux façon : soit c’est le mana originel, et les cinq manas colorés n’en sont que des déclinaisons ; soit au contraire, c’est un mana dénaturé qui a perdu sa couleur et sa substance, et qui n’est plus qu’une énergie sans personnalité. Perso, je préfère le second point de vue.

    PS : @ Dark Para : « biomécanoïde », c’est Moya !! 😀

  22. Ah le mana incolore, grosse interrogation…

    À la base, si on se reporte à la pure mécanique des règles, le mana incolore dans les coûts de mana n’a pas de substance propre, c’est un seulement l’expression de quelque chose qui nécessite du mana, n’importe quel mana, quel que soit sa forme ; donc en terme de règle, on peut utiliser un mana de la couleur de son choix.

    Seulement, voilà, petit à petit sont apparus des sources de mana incolore. Dans l’édition de base originelle (« alpha »), seuls certains artefacts sont capables d’en produire, ce qui soutenait la thèse que la production de mana artificiel ex-nihilo était forcément « trop pure », contrairement aux manas naturels extraits des terrains (ou plutôt, pour se rapprocher de la storyline selon mon interprétation ci-dessus, des éléments primordiaux) qui eux étaient teintés par les éléments qui leur donnaient naissance (ou les cristallisaient, pour faire plaisir à Ekho). Un peu comme nos diamants artificiels, qui ne valent pas grand chose en joaillerie, parce que ce qui fait la beauté d’un diamant, c’est la présence dans le cristal d’impuretés chimiques, qui le colorent, et éventuellement dé-géométrisent la cristallisation…

    Seulement, ensuite, avec l’évolution du jeu, on a vu apparaître des terrains tout ce qu’il y a de plus naturels, mais capables de produire du mana incolore…

    http://www.magictrade.org/rubriques/database_php/viewcard_zoom.php?imagefull=9425_64_1.jpg

    Bref, je soutiens la deuxième des deux hypothèses proposées par Ekho, parce que selon moi le mana incolore par essence est forcément plus « pauvre » que du mana coloré…

  23. Woooooh!
    Quel bel article!!!
    Il m’a fallu plus d’une semaine pour le lire entièrement (par petites pauses au boulot :p ), mais que c’était du bonheur!

    Idem pour les commentaires bien ficelés, ils constitueraient même un article à eux tout seuls.

    Je vais essayer d’apporter ma « petite » contribution, en tant qu’ancien joueur de Magic sur une « petite » période de ma vie (enfin 4 ans, quoi), avec le feeling et les interprétations qui me restent de l’époque.

    Première chose : Serra! Le sujet est méga intéressant, et c’est vrai qu’elle a « marqué » les jeux auxquels je jouais. Je suis plutôt un joueur utilisant le blanc (vert et bleu), et la mythologie de Serra est quasi-incontournable pour ceux qui s’amusent à lire les textes d’ambiance et faire les corrélations entre les cartes.
    Du coup, j’ai été agréablement surpris de voir un article qui lui est consacré, de voir qu’il déchire et qu’il est bien écrit (mais je m’y attendais de la part d’Ekho!), et que je ne suis pas le seul que ça intéresse (cf le nombre de commentaires)

    Le parti pris d’Ekho de ne pas rentrer trop dans le détail du jeu, et d’adopter le point de vue SF est très bien vu et très bien mené, pour s’adresse aux néophytes comme des fans de la première heure. Objectif annoncé en début d’article et, je pense, réussi!
    J’ai d’ailleurs pu me relancer grâce à cette approche dans l’univers assez aisément, ce qui me donne envie de m’y remettre un peu!

    En ce qui concerne la couleur des manas et ce qu’ils représentent, un certain nombre d’entre nous a dû faire un test de personnalité sur Facebook ou autre, qui décrivait de quelle couleur nous nous rapprochions, et j’ai trouvé que les descriptions associées aux couleurs et à la personnalité étaient très bien vues, particulièrement sous l’aspect « at best, you are […]. At worst, you are […] « , et il me semble que malgré tout, le mana noir présentait des qualités ^^
    Ce n’est pas le test que j’avais fait (je l’avais fait en anglais, ce n’est peut-être pas le même test)::
    http://www.smfcorp.net/articles/article.php?id=124
    Mes résultats:
    8 blancs
    5 bleus
    4 noirs
    3 rouge
    1 vert
    Il indique bien que je joue blanc, mais ma deuxième couleur dans mes jeux d’habitude, c’est le vert et non le bleu (à part le jeu oiseaux anciennement possédé par lyr)
    Je suis curieux de voir vos résultats 😉

    En ce qui concerne le mana incolore, j’ai toujours pensé que d’un point de vue pratique, le mana incolore représentait « n’importe quelle couleur de mana ». Puis certaines cartes sont sorties, autres qu’artefact, proposant de générer du mana incolore. Je trouve que la question posée ici est intéressante d’un point de vue « théorique », et j’aime bien la réponse apportée par Ekho. Réponse confortée par darkpara. Je suis d’accord avec lui, l’analogie terrain/mana a été pour ma part essentielle dans la compréhension générale du jeu, des forces et faiblesses de chaque couleur.
    Seuls les jeux bleus restent pour moi une « énigme » : pourquoi une ile? Bleu = eau mais pour un jeu de sorciers, j’ai du mal à voir le point commun avec une huitre géante ou un kraken avec la ruse et la magie des humains.
    C’est peut-être pour cela qu’au final, je ne les utilise pas beaucoup.

  24. D’un autre côté, le principe du jeu (promis, je vais pas faire une tartine de psycho), c’est de pouvoir expérimenter des modes de vie et d’action qui ne sont pas « sa » réalité. Dans la vie je suis à mi-chemin entre le blanc et le vert, à Magic je m’essaie à toutes les couleurs, mais c’est sûr que le blanc est celle que j’aime le moins jouer.
    Donc ces tests ont une portée très limitée… (D’autant plus qu’ils proposent à chaque question exactement cinq réponses, jamais plus, jamais moins, donc c’est très facile d’obtenir le résultat qu’on veut voir apparaître…)

  25. Je suis assez mitigé sur la question.
    Car le quizz porte sur ce que tu ferais dans des situations complètement improbables.
    Tu ne peux pas répondre « personnellement », mais comment ton autre « moi », pour qui la situation invraisemblable serait banale, réagirait.
    Bref, bien sûr que l’on peut influencer le résultat à partir du moment où l’on sait quelle réponse à telle question rapporte tel type de point 🙂

  26. Merci pour les compléments, Ji-Pi.

    J’ai fait ton premier test (le second est trop anglais pour moi) :
    2 blanc
    11 bleu
    2 noir
    3 rouge
    3 vert

    Eh ben, y’a pas photo !! Ca ne m’étonne pas vraiment, cela dit…

  27. 6 blanc
    6 bleu
    1 noir
    5 rouge
    3 vert

    Cay tout bon! Le bleu allié au blanc, rien de tel pour faire les fesses :p Par contre, le rouge avant le vert, c’est nul :/

  28. Bon, ben puisque tout le monde l’a fait, allez, je suis pas mauvais bougre :

    6 W
    6 U
    3 B
    1 R
    5 G

    Ce qui est sûr, c’est que le rouge est en queue (mon deck gobelin est celui que je trouve le moins amusant de tous, même s’il est un des plus efficaces… Mais c’est sans doute parce que je suis trop « casual » pour m’échauffer les neurones sur des plans de decks scientifiquement efficaces…)

  29. Tu sais, Darkpara, le deck gobelin est un deck qui perf énormément en Legacy et pour une raison qui en étonne toujours : il s’agit d’un deck aggro-controle 🙂

  30. Pour ma part, si le bleu prédomine, je pense que c’est plus pour le coté « prise de tête » du mana bleu (j’adore les cartes qui ont des mécaniques compliquées et originales, même si elles sont injouables). Je ne suis pas vraiment un joueur de contre à tout va (contrairement à certains ! :-P)…

  31. J’ai bien aimé ton article, mais j’aimerais réagir sur deux petits points :
    – « On peut prendre l’exemple du personnage de Mirri, qui reste « verte » suite à sa victoire dans un combat singulier contre Crovax. Dans sa version altérée, Mirri a perdu son combat et est devenue noire. »
    Pas vraiment, puisque la Mirri verte était la Mirri telle qu’elle était avant son combat contre Crovax. De plus Mirri était présente lorsque Sélénia a corrompu Crovax (qui devint Crovax le maudit). Ensuite, Mirri fut tuée par Crovax Dans la version planeshifted, c’est Mirri qui a été corrompue par Sélénia et qui est devenue sombre (Mirri la maudite), tandis que Crovax est resté dans le mana blanc (Crovax, héros en devenir), et a même été obligé de se séparer de son ancienne amie (Sens à vif).
    – À propos de Karona qui aurait rencontré Serra, rien n’affirme qu’il s’agissait de la Serra blanche ! Elle a très bien pu rencontrer après une trame temporelle une Serra issue d’un présent alternatif, qui serait plus penchée vers le noir ou le rouge et aurait ainsi accepté de lui donner quelques conseils.
    Sinon, c’est pas mal. 🙂

  32. Tient ! Salut à toi, Venser !

    Pour le premier point, je pense qu’on est tout les deux d’accord (ou alors je n’ai pas compris ce que tu voulais dire) : Mirri est verte à la base, et le reste lorsque Crovax devient définitivement noir lors de son combat contre Sélénia. Dans la version altérée, Mirri combat Sélénia et devient noire, tandis que Crovax devient blanc. En fait, là où je ne suis pas d’accord avec toi, c’est que Crovax est déjà plus ou moins noir au départ ! Il est originaire d’Urborg (marais), à des tendances vampiriques et est protégé par une ange partiellement noire. Dans la timeline normale, il devient franchement noir suite à son combat contre Sélénia, mais il l’était déjà plus ou moins avant…

    Concernant le second point… En fait, on sait comment dans quel ordre se sont produits des disfonctionnements temporels (en suivant l’ordre du bloc Timespirale) : tout à commencé par des apparitions du passé dans le présent ; puis l’introduction de présents alternatifs, puis l’injections d’éléments du futur dans le présent. La rencontre Karona/Serra a eu lieu peu après les évènements contés dans « Fléau », soit avant ou pendant les évènements de « Spirale Temporelle ». A ce moment là, il n’y a pas encore d’éléments altérés (a priori, puisqu’ils n’arriveront qu’avec l’extension suivante). Donc, Si Karona a bien rencontrée Serra, à mon sens, c’est la Serra d’origine.

    Sinon, merci pour tes compliments. 🙂

  33. Oh, un Venser par ici ^^

    Quel honneur.

    Et oui, tu as raison pour Mirri et Crovax. Au fait, ça serait un histoire interessante à raconter, Crovax/Mirri/Sélénia

    C’est dit où, au fait que Karona a rencontré Serra. Tain, si un jour un sorte un arpenteur Serra, il me le faudra absolument !

  34. Si le Venser qui a posté ici est celui de MT/MV, juste à dire un mot : bravo pour le boulot abattu sur les sites déjà cités 🙂

  35. @Ekho : je pense qu’il reprenais ce passage ne particulier : « suite à sa victoire dans un combat singulier contre Crovax ». C’est contre Sélénia qu’elle se bat, non contre crovax.

  36. Arf ! Oui, c’est une erreur de ma part. Effectivement, dans la version normale, Crovax affronte Sélénia. Et dans la version altérée, c’est Mirri qui l’affronte.

    Désolé, je ne comprenais vraiment pas de quoi vous parliez, mais vous avez raison. Je corrige de ce pas.

  37. En tant que débutant a magic, j’ai adoré l’histoire de serra et tout ce qui va avec! je construit mon deck autour des anges (dont les dessins mon incroyablement inspiré et laissé admiratif) (oui, passer des illustrations de yu-gi-oh a magic the gathering ça fais quand même quelque chose^^) et j’ai récemment fais l’acquisition de l’avatar de serra (oui j’ai eu aussi l’idée de le combiner avec un lien de vie c’est très rigolo :)). je me doutai bien que Serra avait un rapport avec les anges, mais de là a penser qu’elle était la créatrice de bon nombre d’entre eux… bref l’histoire de cet arpenteur qui vit d’amour et de bonté suis directement mes principes et le message (bien que tendancieusement religieux) est toujours plaisant à entendre 😀 finalement, louer les anges reste un plaisir constant!

    petite question: sur la carte « confiscation » (enchantement bleu, coûte 6, »vous contrôlez le permanent enchanté »), il est écrit dans le texte en italique (je me rappelle plus exactement du nom exacte de ce texte -_- ») je cite « monsieur Serra » O_o Serra aurait-elle eut une quelconque progéniture avec feroz? (des enfants sont sur l’illustration) la carte étant bleue, serait-il possible que cet hypothétique enfant ait suivit les cours de l’académie de magie de féroz? le symbole de l’édition est un 8 écrit sur une carte, deux autres dépassant de chaque côté de la-dite carte (désolé de ne pas connaître encore tous les noms ^^’). merci de m’avoir lut!

    PS: désolé encore pour les probables fautes d’orthographe. merci.

  38. Pour la carte confiscation, l’édition dont tu parle est la « 8ème edition », et il y a effectivement un « monsieur Serra », mais je ne sais pas d’où il sort. Par contre, les personnages sur la carte, on sait très bien qui c’est : le maître est Barin, que l’on peut voir sur la carte Barrin, Master Wizard. Le petit garçon est Teiféri, un sorcier adepte de la magie du déphasage et la jeune fille est Djoïra, adepte de la magie du temps, pas de rapport avec une quelconque descendance de Serra (on ne lui connaît pas de descendance, à ma connaissance).

    Je penche pour une erreur des traducteurs, vu que sur l’illustration, c’est bien à Teiféri que Barrin confique un objet. Mais c’est étonnant, que le texte d’ambiance en anglais est tout à fait différent… étrange ^_^

  39. autres questions: je me suis aussi beaucoup intéressé a l’épopée d’Akroma (mon ange préféré^^) et la seule biographie en français que j’ai trouvé est celle de magiccorporation.com. Et contrairement a ton article sur serra qui expliquait en détail, en profondeur et avec style la vie de l’arpenteur, cette biographie m’a beaucoup déçu… bien que la trame scénaristique reste correcte (bien qu’il y ai quelques invraisemblances), le style d’écriture un tantinet horrible ne nous permet pas de comprendre exactement tous les enjeux de l’histoire; le récit est survolé et presque aucun détail sur la vie de l’ange de la colère ni sur celle de son créateur ne sont mentionnés. d’où ma suivante question: est-ce la seule traduction/ arcticle existant en français sur l’aventure de l’ange mythique? (j’ai beau cherché sur la toile, le texte de magiccorporation.com est le seul qui raconte entièrement l’existence d’Akroma en français, mon niveau actuel d’anglais ne me permettant pas encore de lire un texte d’une telle complexités :/) si oui, où est-il accessible?
    Sinon, existe-t-il des romans story board sur les personnages légendaires (autres que les arpenteurs) de magic tels que lim-dul le nécromancien, nicol bolas ou encore kamahl?
    Pour ce qui est de la biographie d’Akroma, étant moi-même écrivain scénariste débutant, est-ce possible de proposer une version 2.0 de cette biographie? (en gardant évidement la trame principale, la fusion final qui donne vie a Karona, etc) sur quels base d’histoire serait-il le plus adéquat de s’appuyer pour coller le mieux a l’essence des péripéties d’Akroma?

    je suis tout à fait conscient que l’histoire d’Akroma ne m’appartient pas et que beaucoup de joueurs (quelques uns ici présents d’ailleurs^^) vouent un véritable culte cette carte; donc si cela se fait et que des défauts apparaissent, hésitez pas a faire partager vos critiques, et si le texte ne plaît vraiment pas il plongera dans les arcanes de l’oblivion pour le restant de ses jours 😉 (j’utiliserai personnellement un de mes cercles de l’oubli sur ce document :D).

    En attendant, je vous remercie tous pour vos futures réponses et une fois de plus l’auteur de la biogrphie de serra!

  40. Salutations iordan derhi !

    @ iordan derhi:

    Je confirme totalement le commentaire de Lyr. Pour moi, le texte d’ambiance de « Confiscation » en 8eme Edition est juste un magnifique bug de traduction. Tout comme la carte « Serra en devenir » en édition M11, qui n’a pas le moindre sens.

    @ iordan derhi:

    Il faut reconnaitre que la carte d’Akroma fait rêver : magnifique illustration, ange, créature très puissante… Pourtant, comme évoqué à la fin de mon article, je crains que sa biographie ne soit pas la plus passionnante. Elle fut créée par erreur, ne présente pas forcément une personnalité très interessante, et n’apparait que dans une seule storyline, celle des blocs Odyssée et Carnage. Tu peux consulter ces storylines en français ici :
    http://smfcorp.net/mtg-articles-2154-l-univers-de-magic-le-bloc-odyssee.html
    http://smfcorp.net/mtg-articles-2156-l-univers-de-magic-le-bloc-carnage.html

    De manière générale, je te conseille les articles de storyline de la SMF, il sont très bien écris :
    http://smfcorp.net/mtg-dim1-406-articles-index.html

    Pour ce qui est de reprendre la biographie d’Akroma et de la retravailler à ta façon, je ne vois pas qui pourrait t’en empécher. Après, il faut voir avec le site sur lequel tu souhaiteras la publier (magiccorp, par exemple, comme tu l’as évoqué).

  41. rooo ça gère smfcorp.net 8D

    @ekho

    salut à toi! les liens que tu m’a indiqué sont excellents et très détaillés! je suis pas d’accord pour la bio d’Akroma; je pense juste que sont caractère très « terminator » (Akroma: »phage l’intouchable? phage: oui c’est moi. Akroma: *pan* xD) a son charme propre: personnellement, je vois en Akroma l’image même de la dévotion et de la volonté de fer. rien ne pourra l’arrêter même si sa quête est perdu d’avance et son sacrifice innévitable. une machine à tuer dans une enveloppe d’ange (tien on dirait même une méthaphore du nazisme en 1939^^), je pense qu’il y a de quoi faire couler de l’encre 😉
    j’ai effectivement aussi remarqué l’hérésie de la carte « serra en devenir »^^’ mais après tout ce personnage oublié de la story line reste bien présent dans le cœur des joueurs (mouais heu au moins dans la mémoire^^’) et ces quelques allusions boiteuses ne pourraient pas être une prophétie du retour de serra dans la story line et/ou dans un nouveau block? avec la réédition de la carte « avatar de serra » dont la première phrase d’ambiance est « serra n’est pas morte » je m’attend a tout 😀

  42. Tiens petite remarque pour en revenir au sujet des couleurs et des « assemblages » de couleurs:

    @Ekho: tu ne parle pas des cartes noires/blanches… pour moi c’est l’une des combinaisons qui me plaît le plus.cela représente l’équilibre des manas et du tiraillement qu’il existe entre le mana noir et le mana blanc, et que même dans l’adversité l’alliance est possible. d’ailleurs j’ai rapidement survolé une édition où les cartes étaient basées sur la culture japonaise (avec des capacités comme le bushido, des créatures samouraï ou ninja,etc) et j’ai été déçu par l’absence de cartes noires/blanches! le yin et le yang, le symbole mythique n’y est que très peu représenté alors qu’il aurait pu être intéressant de faire des capas noires blanches dont les créatures auraient maîtrisées ou les deux  »bons » côtés du noir blanc ou l’inverse. ah oui aussi une chose m’a choqué: Karona, la fusion entre un ange de la colère BLANC et une magicienne de la mort NOIRE donne une carte multicolore!!! pourquoi ne pas simplement la faire noire blanche!? en plus cela aurait parfaitement collé avec la personnalité de la déesse usurpatrice^^ bref pour en revenir au jeu en lui même les cartes noires blanches restent sympathique a jouer et la cohabitation peut être vraiment puissante 🙂

  43. @ iordan derhi:

    Le retour de Serra ? Franchement, j’en doute, même si plusieurs cartes semblent vaguement aller dans ce sens (Vengeresse de Serra en Timespiral, Serra Ascendant en M11, Avatar de Serra réédité en M13…). Même si elle fait rêver les joueurs qui s’intéressent à la storyline, elle n’a jamais fait vendre de cartes, à ma connaissance. Or, c’est quand même le but premier de Wizard.

    @ iordan derhi:

    Remarque très intéressante : le bloc Kamigawa (que je n’ai pas connu, j’avais arrêté Magic à l’époque) ne contient effectivement aucune carte noire et blanche : http://magiccards.info/query?q=%28e%3Asok%2Ffr+or+e%3Abok%2Ffr+or+e%3Achk%2Ffr%29+c%3Ab+c%3Aw+not+c%3Ag+not+c%3Au+not+c%3A%29r&v=card&s=cname !

    Un de ces jours, je pense que je combinerai tous nos comentaires en un article sur le mana dans Magic, et les liens entre eux.

  44. @ Ekho:

    Trop fort l’idée de combiner les coms! Peut-être que nos subtiles remarques pleines de bon sens (…) amènerons a quelque chose de constructif. Pour le retour de Serra je me doute bien que c’est très improbable, sachant que peu de monde connais cet arpenteur et que dans le scénario elle est laissée pour presque morte. En tous cas, pour en revenir au noir-blanc, j attend avec impatience la sortie de la prochaine extension ravnica \o/

    En ce qui concerne la biographie d’Akroma que j’avais proposé, elle avance! je viens de finir le préface (histoire de Ixidor et Nivea) et j’ai déjà 3 feuilles doubles complètes a taper a l’ordinateur ^^’ bref c’est pas pour demain mais j’espère pouvoir la finir le plus rapidement possible.

  45. @ Ekho:

    hahaha tu as un sacré flair \o/ eh oui la philo faut bien que ça serve de temps en temps ^^ (non je plaisante c’est une super matière mais je suis multitâche donc je peut écrire et suivre/participer aux cours) du coup je viens cet aprèm’ de finir le préface (Ixidor et Nivea).

  46. bonjour!

    encore une petite question me vient à l’esprit au sujet des anges. beaucoup ont été créé par serra, comme expliqué ci-dessus. mais quand est-il des autres anges tels que Iona, gardienne d’émeria ou avacyn, ange de l’espoir? (il me semble que cette dernière a été créé par Sorin Markov mais je ne suis pas sur du tout^^’).

    sinon tu avait mentioné un probable article sur le mana, le projet a abouti? si oui, où svp?

    merci d’avance pour les réponses 😉

  47. Salutations !

    Il n’y a pas vraiment de certitude sur l’origine des différents anges du multivers… Pour ma part, et comme expliqué à la fin de l’article, j’aime imaginer que tous les anges du multivers proviennent du Royaume de Serra disparu, sauf mention contraire. Dans le cas d’Avacyn, c’est effectivement une création de l’arpenteur Sorin Markov, ayant pour but de maintenir l’équilibre entre les populations humaines et les créatures de la nuit. Histoire que ses collègues vampires ne manquent jamais de sang frais, pas fou le Markov !

    L’article sur le mana reste une excellente idée. Toutefois, ayant pas mal de projets persos, je ne m’y suis pas encore attelé. Ca viendra… Mais pas avant un autre (long) article sur Magic, actuellement en brouillon… Les journées sont décidément trop courtes ! 🙂

  48. @ Ekho:
    pour les journées longues, fais 10 mn de mathématiques par jour, ça ralonge les journées de 5 ou 6 heures^^. C’est vrai que c’est une explication plaisante et plausible. enfait j’ai essayé de trouvé des romans de storyline MTG mais cela n’existe qu’en français :/ pour ce qu’il y a sur le net, j’ai dû en lire 80% environ x) bref, Sorin étant un arpenteur blanc noir il a une place déjà faite dans mon coeur; de plus il a créé mon deuxième ange préféré (avacyn) et mon block préféré aussi depuis odyssé (avacyn restaured). Plus j’entend parler de lui plus je l’admire! 8D

  49. Hu hu hu…

    10mn de mathématiques, et tu trouves que la journée se rallonge de plusieurs heures ?! Mon vieux, si tu savais……

    Sinon, je reconnais que Sorin a une certaines classe… Mais bon… Voilà… Serra, quoi !

  50. @ Ekho:

    ah? suivant mon théorème tu est plus vieux que ioda c\\\’est ça? x)

    mais il a ultimement dla queule ce dessin!!! je connaissais pas le site mais c’est génial! bon ben moi qui avait prévu de me coucher tôt c’est encore raté on dirai ^^’ bon merci beaucoup pour le lien je m’en retourne admirer ces oeuvres! \o/

    (je viens d oublier par mégarde l’anti-spam et je suis tomé sur une fenêtre qui m\’a permit de copier-coller mon texte. c\’est ultra méga super ingénieux!!!! combien de messages ou mail j\’ai perdu à causes de conneries comme ça^^ plus je squatte ce forum et plus je trouve des choses qui plaisent 🙂

  51. @ iordan derhi:

    Tout à fait, si j’avais du vieillir de 6h à chaque fois que j’ai fait 10 minutes de maths, je serais multi-centenaires… Et encore, je ne pense pas être le pire sur ce blog ! 🙂

    Se « coucher tôt » à 23h55 ?! Je suis sans doute un vieux crouton, mais ça ne me semble pas si tôt que ça, jeune homme !

    Quel site tu ne connais pas ? DeviantART ? C’est un site communautaire, ou chacun peut poster ses œuvres (photos, peintures, dessins, etc.). Quelques illustrateurs de Magic y sont, et beaucoup de fans, avec pas mal de dessins inédits sympas… A l’occasion, j’en ferai un article (mais la grande majorité du site n’a aucun rapport avec Magic, hein !).

    Concernant le copier/coller après un antispam raté, c’est une idée de Lyr (un des commentateurs de blog, celui qui m’a mis une raclée ici). Et j’avoue, c’est une très bonne idée, même si le système n’est pas parfait. 🙂

  52. @ Ekho:

    heu… j’ai une notion du temps bien a moi^^ minuit c’est le début de soirée en temps normal, mais comme j’ai quand même cours j’essaye de me réguler… bon bref c’est pas qu’on s’en fou mais pour revenir au sujet j’avais déjà entendu parler de deviantART mais c’est vrai que je m’y était jamais vraiment intéresse. Même si le système n’est pas encore parfait, c’est déjà méga ingénieux!

    bon petite question de noob: où je peux trouver tes autres articles? sur MTG et pourquoi pas le reste (si il y a un reste…?)

  53. Je préferais le temps où on pouvait retour arrière et en revenant sur la page, le texte tapé était toujours présent, mais ça ne fonctionne plus (déjà qu’ekho ne savait pas pourquoi ça fonctionnait avant 😉 ) Disons que c’est mieux que rien ^^

    @Ekho : « Presque tous les articles qui le composent sont de moi. » Il y a quoi comme articles pas de toi ? Un compte rendu d’heroscape, non, il y en a d’autres ?

  54. salut!

    depuis la sortie de l extension insurrection (gatecrash pour les anglais et les intimes) j’ai pleins de questions à poser sur l extension en elle même, les types de tournois et même la storyline de ravnica. on peut en parler ici, sur cette page? si non, on peut créé un sujet ou autre chose? ou alors je ne suis peut-être pas au bon endroit pour tout ça?

    merci d’avance pour la réponse, telle qu elle soit 😉

  55. Salutations,

    C’est marrant, il doit y avoir des courants d’envie de discuter « storyline de Magic » car je m’y suis justement remis doucement ces derniers temps. J’ai notament un article sur les plans de Planechase II (point de vue jeu ET storyline) sur le feu depuis juin et rédigé aux deux tiers.

    Concernant Gatecrash, tu peux tout à fait aborder le sujet ici, cela dit…

    Pas de chance pour toi, car lors de la sortie du premier bloc Ravnica, j’avais arrété de jouer à Magic. Du coup, je n’en maitrise absolument pas la storyline. Et depuis Innistrad, je dois avouer que j’ai un peu mis Magic de coté (d’autres projets en ce moment) ce qui fait que je n’ai pas du tout suivi ce qui est sorti depuis, et donc encore moins la storyline ! :-/

    Désolé.

  56. Merci a tous!

    bon déjà ma première question concerne le T2: je compte très sérieusement jouer en T2 avec un deck Orzhov (les blanc-noir) et j’ai déjà une bonne partie du deck (grâce à un super résultat miraculeux en AP et une chance insolente en ouvrant des boosters)(4 fonderies sacrée -ravland blanc/rouge rare O_o- en seulement 8 boosters). donc je voulais savoir si vous aviez des conseils pour un deck T2, si par exemple il est judicieux de splash boros (ah oui parce que en plus j ai eu un carré servit de vengeresses et deux charmes boros), ou si innistrad est toujours dans le T2 (T2= deux dernières extensions ou deux derniers blocks??). bon après pour la storyline je vais pas vous demander non plus des détails de ouf, juste c’est quoi ce bordel avec les « Sans Portes », que font ils vraiment et les deux arpenteurs (assez costaux d ailleurs) ont une vrai histoire ou sont juste là pour la déco et quel avenir pour ravnica?

    pas de problème si mes questions sont sans réponses, je m en pose pas mal ces derniers temps à propos de magic mais je suis pas pressé d’en trouver les réponses non plus 😉

  57. Humpf… Ben, la seule question à laquelle je peux te répondre, c’est sur la légalité en T2.

    Il s’agit bien des deux derniers blocs. Donc jusqu’à octobre, Innistrad ET Ravnica sont bien en T2.

  58. Tiens tiens tiens… Voyez-vous ça !

    En M12, ils ont sorti cet ange :
    http://magiccards.info/m12/en/1.html

    Oui, il est bien fait mention de l’Aegis (traduit par « égide en français). S’agit-il du fabuleux artefact de Serra, l’arme mentionné dans mon article ?! On peut se risquer à en rêver, bien que l’image et la capacité fasse plus penser à un élément de défense, plutôt qu’à une arme…

  59. Dixit wikipedia : « Dans la mythologie grecque, l’égide (en grec ancien αἰγίς / aigís) est une arme merveilleuse détenue par Zeus, offensive autant que défensive, symbole de la puissance souveraine. »
    Dans la mythologie, la forme de l’égide n’est pas claire, tantôt un bouclier, tantôt une cuirasse, tantôt une peau de chèvre ou de géant. A priori, aucune de ces forme n’a la forme d’une arme, il s’agit de forme défensives.
    Pour ce qui est des pouvoirs de cette « armure », par contre, ils ont l’air majoritairement défensif, mais parfois offensif également. L’égide est utilisée à plusieurs reprises pour protéger des hommes (comme Achille ou Hector), ce qui correspond particulièrement bien au pouvoir de la carte d’ange que tu indique.

    Le problème, c’est que c’est devenu presque un nom commun (comme dans l’expression « être sous l’égide de quelqu’un »), du coup il est difficile de savoir si l’ange dont tu parle fait référence à l’Egide mythique de Serra, ou si c’est juste un nom qu’on lui a donner pour ses pouvoirs protecteurs.

  60. Tout à fait d’accord. 🙂

    Mais disons que si j’avais été concepteur de cartes Magic et amateur de Serra, j’aurai fait cette carte pour faire un joli clin d’oeil au personnage…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post comment