Doctor who : résumé des 223 épisodes précédents

Last modified date

9 commentaires

1 minute de lecture

Alors que la saison 7 du Doctor commence à peine, je vous propose ci-dessous de revoir l’ensemble des épisodes précédents… Et je ne parle bien sûr par de les revisionner mais de se les remémorer.

Dans un précédent article, j’avais tenté un rapide passage en revue de la nouvelle série de Doctor Who, avec les trois dernières incarnations du Docteur. Toutefois, je suis tombé l’autre jour sur une très jolie frise chronologie détaillant l’ensemble des épisodes de toute la saga, du premier Docteur à la seconde saison du onzième (soit la saison 6 de la nouvelle série).

Y figurent la succéssion des différentes incarnations du Docteur, les différents compagnons qu’il a eu, ssaussibieaucourdtemps in universe qu’au fil des saisons (je rappelle que la saga a commencé au début des 60’s !). A cela s’ajoute les antagonistes principaux du Docteurs (Daleks, Cybermens, etc.) ainsi que différentes statisques : quel a été le docteur le plus agé ? Le plus jeune ? Lequel a le plus affronté les Daleks ? Ou le Maitre ? Quel est l’épisode le plus apprécié (et suis-je d’accord) ? … ?

Pour afficher l’image en grand dans une nouvelle fenêtre ou un nouvel onglet, cliquez ici.

Cette infographie propose une excellente vison globale de la saga. N’étant familier qu’avec la nouvelle série, je l’ai lardement appréciée.

Source, listant notamment les titres de tous les épisodes : Cabletv.com

Cet article a été publié il y a 9 ans. Son contenu est sans doute daté, tant sur la forme que sur le fond... Toutefois, cela n’empêche pas d'échanger à son propos. N'hésitez donc pas à vous exprimer en commentaires.

Geek bordelais, féru de science, amoureux de technologies, mordu de SF, amateur de fantasy, épris de jeux en tous genre, adepte de réflexions diverses. Et j'aime le canard, aussi.

9 commentaires

  1. Et beh, moi qui en suis encore à la saison 1.2 (comprendre saison deux de la première série), j’en ai encore du chemin à parcourir ! « Heureusement » que bon nombres d’épisodes des premières saisons ont été perdus !

  2. @ :

    Ça reste du théâtre filmé, c’est-à-dire quasiment pas de mise en scène, un jeu exagéré (oh put***, les cris des personnages féminins, mes oreilles en tremblent encore), et des décors/accessoires en carton-pâte.

    Au niveau du rythme, c’est le rythme « classique » des « radio drama » années 60-70, c’est-à-dire que l’action avance trèèès lentement, histoire que personne ne soit abandonné en cours de route s’il n’est pas attentif en permanence (je rappelle qu’avant l’apparition de la HD et tout ça, la TV était considérée comme un média qu’on peut sans risque ne regarder que d’un oeil, par exemple en faisant ses tâches ménagères, contrairement au cinéma, ou le spectateur est complètement passif – de nos jours, depuis les séries TV et téléfilms tendent de plus en plus à se rapprocher du rythme plus tendu du cinéma, notamment du cinéma d’action – cf. par exemple la série « 24 »). Du coup, faut s’y habituer, et ne pas s’étonner qu’un arc (constitué en général de 4 à 6 épisodes d’une vingtaine de minute, parfois moins, rarement plus) n’ait pas toujours plus d’actes qu’un épisode unique de série contemporaine.

    D’autant que c’est filmé en vidéo*, une technologie qui venait tout juste de voir le jour, donc sans montage ou quasi (en « tourné-monté », mais en multicam quand même – du moins peut-être pas dès le pilote, mais très vite).

    Par contre, passé suffisamment d’épisodes « subis », disons à partir du quatrième ou cinquième arc, d’une part les acteurs sont plus à l’aise (ça se sent), et d’autre part nous en tant que spectateur on s’est suffisamment attaché aux personnages pour accepter la piètre technique (ou en tout cas à la prendre à la légère, avec humour et tendresse, comme dans un bon nanar).

    [*addedum pour ceux qui confondent, parce qu’il y en a beaucoup : il existe deux techniques analogiques d’enregistrer de l’image : soit l’impression photochimique sur un film défilant, calqué sur la technique photographique, c’est le cinéma ; soit l’enregistrement d’un signal électrique, calqué sur la radiophonie, c’est la vidéo. Dans le deux cas, il s’agit d’un enregistrement analogique, même si beaucoup de personnes confondent « vidéo » et « numérique » : la numérisation est encore autre chose, même si elle est issue de la technique vidéo, et en reprend certaines normes (notamment le découpage d’une image en « lignes » horizontales de pixel) ; elle consiste à coder les images au moment de leur capture, et donc à enregistrer, plutôt qu’un signal, un code.
    La conséquence, c’est qu’au tout début de la vidéo, on n’avait pas encore inventé l’enregistrement d’un signal sur bande magnétique, et le microsillon, suffisant pour le son, ne contenait pas assez de données à la seconde pour de l’image. Donc, au lieu d’enregistrer, on diffusait en direct sur les ondes le signal capté par la caméra. Même si les bandes magnétiques sont arrivées très vite – et elles étaient là au temps des premières saisons de Dr Who, sinon on n’aurait plus aucun épisode ! – l’idée est quand même restée que la TV, c’était du flux, et dans la pratique, le montage est demeuré à son degré le plus simple. D’autant que la technique du montage sur bande, contrairement au montage film qui est précis puisqu’on coupe le film entre deux images, consistait à enregistrer d’une bande sur l’autre, donc sa précision n’allait pas au-delà de la rapidité du monteur à appuyer sur « play » et « stop »…]

  3. clap clap clap !!! super commentaire dark para .
    Tout a fait dans l’esprit de la série. A la 3eme lignes , je me suis endormie 🙂

    (Je suis une utilisatrice pas gentille qui essaie de se faire passer pour quelqu’un d’autre)

  4. la 3eme ligne du message , of course! 😀

    c’était juste pour dire : son commentaire est bon mais trop long et ennuyeux .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

The maximum upload file size: 10 Mo. You can upload: image, document, spreadsheet, text, archive.

Post comment