Un robot apostrophe les députés accrocs au smartphone

Annecdote amusante du moment, elle n’en fait pas moins réfléchir…

Dries Depoorter est un belge, informaticien et également artiste. Fort de ces trois caractéristiques, il a mis au point un robot qui analyse en temps réel les vidéos des sessions du parlement flamand. Son programme, doté d’une puissante capacité de reconnaissance d’images, à pour but de repérer les députés passant trop de temps sur leur smartphone durant les sessions. Une fois repéré, ledit député est alors identifié (à nouveau via de la reconnaissance d’image, ici les visages) puis un message est automatiquement posté sur Twitter (et Instagram). Le message apostrophe directement le député et lui intime gentiment de rester concentré, extrait vidéo à l’appuis !

Techniquement, je ne peux que saluer l’idée mais également sa réalisation (autrefois, j’avais également moi-même codé un robot Twitter, bien moins évolué que celui-ci). Le robot de Depoorter est programmé en python. Il se déclenche automatiquement lorsqu’une session du parlement est diffusée sur sa chaine youtube. Sinon, il analyse des vidéos plus anciennes afin d’améliorer ses capacités de reconnaissances, par machine learning basé sur Keras.

La démarche, en revanche, pousse à la réflexion. Fondamentalement, il s’agit ici d’une intelligence artificielle qui scrute en temps réels les députés éventuellement distraits (mais pas forcément, il peuvent également travailler sur leurs smartphones). Je pense qu’aucun travailleur normal n’accepterait d’être ainsi observé en analysé durant ses activités professionnelles Et pourtant, on parle ici de données qui sont publiques (diffusion vidéo des séances du parlement). Ce robot ne fait donc rien de plus qui ne pourrait être fait par n’importe quel citoyen attentif et concerné, et uniquement avec des données déjà publiques (vidéos du parlement, comptes des députés sur les réseaux sociaux…). En outre, les députés sont des personnages publiques, et ont un devoir d’exemplarité, d’autant plus durant les sessions du parlement. Pour ma part, je suis donc plutôt favorable à ce type d’initiatives. Et vous ?!

Reste qu’il est possible pour un député de se faire apostropher alors qu’il travaille réellement sur son smartphone. Dans ce cas, ce type de robot pourrait être modifié pour identifier et s’adresser aux députés… absents de leurs sièges. Why not ?!

Sources initiales :

Geek bordelais, féru de science, amoureux de technologies, mordu de SF, amateur de fantasy, épris de jeux en tous genre, adepte de réflexions diverses. Et j'aime le canard, aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

The maximum upload file size: 10 Mo. You can upload: image, document, spreadsheet, text, archive.

Post comment